Les allergies de nos enfants dues à la pollution chimique ?

jeudi 26 mars 2015 par Dr Céline Palussière928 visites

Accueil du site > Maladies > Atopie > Les allergies de nos enfants dues à la pollution chimique ?

Les allergies de nos enfants dues à la pollution chimique ?

Les allergies de nos enfants dues à la pollution chimique ?

jeudi 26 mars 2015, par Dr Céline Palussière

Exposition prénatale aux contaminants chimiques environnementaux et asthme et eczéma chez les enfants d’âge scolaire : Smit LAM, Lenters V, Høyer BB, Lindh CH, Pedersen HS, Liermontova I, Jönsson BAG, Piersma AH, Bonde JP, Toft G, Vermeulen R, Heederik D.

Prenatal exposure to environmental chemical contaminants and asthma and eczema in school-age children.

dans Allergy 2015 ; DOI : 10.1111/all.12605.

- Contexte :

  • Des preuves émergentes suggèrent que l’exposition prénatale ou en début de vie à des contaminants chimiques environnementaux pourrait contribuer à un risque augmenté d’asthme et d’allergie chez les enfants d’âge scolaire.

- Méthodes :

  • Nous avons étudié 1024 couples mère-enfant du Groenland et d’Ukraine issus de de la cohorte de naissance INUENDO.
  • Les données étaient collectées par le biais d’un questionnaire réalisé lors d’un entretien, lorsque les enfants avaient entre 5 et 9 ans.
  • Les questions de l’étude ISAAC étaient utilisées pour définir l’asthme, l’eczéma et les sifflements.
  • Nous avons réalisé l’analyse de composition (PCA) de seize contaminants dans le sérum maternel collecté au cours de la grossesse, y compris les substances perfluoroalkylées (PFAS), les métabolites de diethylhexyl (DEHP), les phthalates diisononyl (DiNP), PCB-153 de p,p’-DDE.
  • Les scores des cinq principaux composants (PC) pouvant expliquer 70% de la variance étaient inclus dans des modèles de régression logistique multiple.

- Résultats :

  • Dans une méta-analyse qui incluait les deux populations, les PC2 scores, reflétant l’exposition au DiNP, étaient associés négativement avec l’eczéma (OR 0.71, 95% CI 0.52-0.96).
  • Les autres associations n’étaient pas probantes entre les deux populations.
  • Chez enfants Ukrainiens, le score PC3 (DEHP) était associé positivement avec les sifflements actuels ( OR ajusté 1.56, 95% CI 1.03-2.37 ) alors que le PC5 score, dominé par l’acide perfluorooctanoique (PFOA) était inversement associé avec les sifflements actuels (OR 0.64, 0.41-0.99) .
  • Chez les enfants du Groenland, une association négative du PC4 (organochlorés) avec les antécédents d’eczéma était retrouvée ( OR 0.78, 0.61-0.99) .

- Conclusions :

  • Nous avons trouvé des preuves limitées pour soutenir un lien entre l’exposition aux contaminants chimiques environnementaux et l’asthme et l’eczéma dans l’enfance.

Une des explications fréquemment avancées au sujet de l’augmentation de la prévalence de l’allergie est la pollution, et notamment notre exposition quotidienne aux produits chimiques. Cette étude a voulu analyser les liens entre cette exposition chez la femme enceinte et l’allergie de l’enfant.

Un préalable s’impose : de quels produits chimiques parle-t-on ?

Le terme employé, contaminants chimiques environnementaux, regroupe des substances présentes soit naturellement (par exemple le plomb), soit suite aux activités humaines (rejets de l’industrie, de la circulation automobile, déchets non traités, pesticides...)

  • Les phtalates ont beaucoup fait parler d’eux récemment, et plus particulièrement le bisphénol A qui est suspecté de provoquer des troubles endocriniens, voire des malformations. Les phtalates sont des substances chimiques incorporées aux matières plastiques, PVC, pour en améliorer la solidité, l’élasticité, la souplesse. Il sont présents dans nombre de nos objets quotidiens. Les plus employés sont les DEHP, analysés en particulier dans cette étude.
  • Les revêtements antiadhésifs des ustensiles de cuisine contiennent des dérivés de l’acide perfluorooctanoïque, qui est un composé perfluoroalkylé, appartenant à la classe des produits organiques persistants.
  • Le dichlorodiphényldichloroéthylène est un dérivé du DDT, produit chimique organochloré utilisé comme insecticide.

On voit donc que les sources de ces contaminants sont très diverses et que l’homme y est forcément exposé, tout au long de sa vie.

Ces contaminants peuvent entrer dans la chaîne alimentaire et sont donc susceptibles d’avoir un impact sur la santé humaine. Ils sont dosables dans le sérum et sont retrouvés dans le lait maternel.

Les auteurs de cette étude ont cherché un lien statistique entre l’exposition à ces produits chimiques, mise en évidence par le dosage dans le sérum des femmes enceintes, et la survenue de pathologies allergiques (asthme et eczéma) chez leurs enfants, 5 à 9 ans plus tard.

Et bien finalement, les résultats ne sont pas flagrants ! Ils sont même discordants en fonction des produits chimiques étudiés, certains pouvant même montrer un léger effet protecteur pour l’eczéma. Surprenant...

De là à banaliser l’utilisation et la contamination de notre environnement par toutes ces substances, dont les effets à long terme ne sont pas connus, il y a un pas. Mais en tout cas cette étude tend à montrer que s’il y a effet délétère, ce n’est certainement pas du côté des allergies. A confirmer par d’autre études, sur des populations différentes...

Vos commentaires

  • Le 25 décembre 2015 à 09:43, par lucien mercier En réponse à : Les allergies de nos enfants dues à la pollution chimique ?

    Quand on voit 1,3 million de personnes – plus de la moitié dans les pays en développement – meurent chaque année en raison de la pollution de l’air des villes et que ca fait kempirer, je me demande ce que fou le gouvernement pour protéger nos enfants ! Pic de pollution a paris en novembre ?! mais ou va-t-on ? YEN A MARRE ! Je vous conseil l’article de mutuelle-news. fr « Pollution : Quels effets sur notre santé ? »