Faut-il faire osciller les enfants asthmatiques pour prédire leur avenir ?

jeudi 14 mai 2015 par Dr Philippe Carré390 visites

Accueil du site > Maladies > Diagnostic > Faut-il faire osciller les enfants asthmatiques pour prédire leur avenir (...)

Faut-il faire osciller les enfants asthmatiques pour prédire leur avenir ?

Faut-il faire osciller les enfants asthmatiques pour prédire leur avenir ?

jeudi 14 mai 2015, par Dr Philippe Carré

Oscillométrie préscolaire et fonction respiratoire à l’adolescence chez des enfants asthmatiques. : Knihtilä, H., Kotaniemi-Syrjänen, A., Mäkelä, M. J., Bondestam, J., Pelkonen, A. S. and Malmberg, L. P. (2015),

Preschool oscillometry and lung function at adolescence in asthmatic children.

dans Pediatr. Pulmonol.. doi : 10.1002/ppul.23188

- Contexte :

  • La réduction de la fonction respiratoire dans l’enfance précoce est associée à des symptômes persistants et à une fonction respiratoire altérée plus tard dans la vie
  • L’oscillométrie d’impulsion (OI) est faisable pour évaluer aussi la fonction respiratoire à l’âge préscolaire, et certains des paramètres, comme la résistance respiratoire à 5 Hz (RR5) et la résistance dépendant de la fréquence (RDF) ont été suggérés comme reflétant la dysfonction des petites voies aériennes
  • Savoir si les changements de l’OI préscolaire prédit la fonction respiratoire ultérieure reste inconnu.

- Méthodes :

  • Les données médicales de 154 enfants asthmatiques ont été analysées, avec une OI réalisée entre 2 et 7 ans et une spirométrie entre 12 et 18 ans
  • Les paramètres de l’OI et de la spirométrie après bronchodilatateur ont été comparés, et l’association était estimée selon un modèle multivarié.

- Résultats :

  • Mesurée à l’âge préscolaire, la RR5 et la RDF étaient corrélées de façon significative au VEMS post-bronchodilatateur à l’adolescence (RR5 : r = - 0.223, p=0.005 ; RDF : r = 0.234, p=0.004)
  • Bien que le nombre d’enfants avec un VEMS abaissé était faible, l’association d’une OI augmentée (OR 5.9 ; IC à 95% 1.7 ; 20.9) et d’une RDF diminuée (OR 8.2 ; IC à 95% 1.7 ; 39.6) avec un VEMS abaissé restait significative en analyse multivariée
  • Des données similaires étaient aussi observées aves les autres paramètres spirométriques.

- Conclusions :

  • Chez les enfants asthmatiques, l’OI préscolaire est associée à la fonction respiratoire spirométrique à l’adolescence, mais la dispersion est large
  • Une OI préscolaire normale semble indiquer un devenir de la fonction respiratoire favorable, alors que chez certains sujets l’OI pourrait potentiellement avoir un intérêt clinique, à un âge plus jeune que la spiromètrie, pour évaluer les déficits de la fonction respiratoire et le risque augmenté d’altération ultérieure de cette fonction respiratoire.

Ces auteurs finlandais ont évalué 154 enfants asthmatiques, qui ont tous eu une exploration respiratoire fonctionnelle : d’abord par une oscillométrie d’impulsion (OI) entre 2 et 7 ans, puis par une spirométrie classique entre 12 et 18 ans, le but étant de savoir si les anomalies de l’OI dans le jeune âge étaient associées à la persistance d’une altération respiratoire à l’adolescence.

Les résultats montrent une association entre la fonction respiratoire préscolaire, mesurée par OI, et la spirométrie réalisée à l’adolescence chez ces enfants asthmatiques ; les paramètres de l’OI les plus corrélés à la spirométrie étaient les mesures de la RR5 et de la RDF, indices qui ont été proposés pour refléter l’obstruction sur les petites voies aériennes (PVA) ; ce qui suggère le rôle important des PVA dans l’évolution de la fonction respiratoire dans l’asthme.

L’exploration des petites voies aériennes peut être réalisée par une mesure des débits expiratoires médians, de l’hétérogénéité ventilatoire, du trapping aérien ou de la fermeture prématurée des voies aériennes, techniques plus ou moins complexes ; l’avantage de l’OI est requérir une coopération minimale, ce qui la rend adaptée à une mesure de fonction respiratoire à l’âge préscolaire où la coopération est limitée.

Des études antérieures avaient montré que chez des enfants asthmatiques, les indices d’OI pouvaient prédire la perte du contrôle de l’asthme, suggérant que l’atteinte des petites voies aériennes pouvait précéder l’aggravation des symptômes et la diminution des valeurs fonctionnelles.

L’OI préscolaire, en particulier la RDF, est donc associée de façon significative aux valeurs de la spirométrie à l’adolescence ; les jeunes enfants avec une OI préscolaire normale auront probablement une fonction respiratoire conservée plus tard. Une OI préscolaire anormale pourrait identifier un sous-groupe d’enfants asthmatiques avec une morbidité persistante, nécessitant une surveillance plus attentive pendant l’enfance. Ce qui reste à prouver par des études épidémiologiques ultérieures.