Savoir et nouvelles technologies.

jeudi 18 juin 2015 par Dr Hervé Masson237 visites

Accueil du site > Editorial > Edito Abonnés > Savoir et nouvelles technologies.

Savoir et nouvelles technologies.

Savoir et nouvelles technologies.

jeudi 18 juin 2015, par Dr Hervé Masson

Comme chaque année, le site www.allergique.org a envoyé une équipe d’allergologues au plus intéressant congrès mondial en allergologie, celui de l’European Academy of Allergology & Clinical Immulology.

En 2015, le rendez-vous était fixé à Barcelone et plus de 7000 praticiens sont venus profiter d’un programme riche de plusieurs milliers de présentations sous diverses formes : symposium, présentation de posters, débat pour/contre, groupe de travail etc..

Pour la première fois aussi, certaines des présentations étaient diffusées en temps réel sur internet ce qui permettait à ceux qui n’étaient pas présents de profiter des communications passionnantes.

Un fil Twitter avec le hashtag #EAACI2015 a aussi rempli son rôle en diffusant sur la toile les messages courts des membres de l’auditoire.

De nombreuses informations ont alimenté les sites internet de l’EAACI, des institutions européennes, des associations de patients et des journaux professionnels ou non.

Il est clair que nous assistons à une révolution numérique pour ces grandes rencontres qui utilisent de plus en plus le canal internet pour diffuser plus largement leur contenu.

Le virage n’est pas encore totalement pris cependant et il n’est pas encore certain que nous arrêtions d’aller écouter nos orateurs en chair et en os au profit de webinaire assis dans nos fauteuils à la maison.

Pourquoi ?

Une indication est fournie par le petit sondage que m’ont adressé les organisateurs du congrès a posteriori.

Ils me demandaient si la diffusion des communications en vidéo m’avait plu, si je serais intéressé pour renouveler ce type d’expérience et, surtout, quel prix je serais prêt à mettre pour ce type de prestation.

Et oui. Actuellement, l’inscription au congrès coûte 825 €.

Combien d’allergologues changeraient leurs habitudes et pour quel prix ? C’est la question des années à venir.