Mieux vaut avoir de l’assurance quand on est asthmatique.

lundi 29 juin 2015 par Dr Philippe Carré877 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Mieux vaut avoir de l’assurance quand on est asthmatique.

Mieux vaut avoir de l’assurance quand on est asthmatique.

Mieux vaut avoir de l’assurance quand on est asthmatique.

lundi 29 juin 2015, par Dr Philippe Carré

Le contrôle de l’asthme chez les enfants est associé aux symptômes nasaux, à l’obésité et aux données de l’assurance santé : étude de surveillance nationale. : Ferreira-Magalhães M, Pereira AM, Sa-Sousa A, Morais-Almeida M, Azevedo I, Azevedo LF, Fonseca JA.

Asthma control in children is associated with nasal symptoms, obesity, and health insurance : a nationwide survey.

dans Pediatr Allergy Immunol 2015 : 00.

- Contexte :

  • Cette étude visait à estimer la prévalence du contrôle de l’asthme et les déterminants d’un mauvais contrôle dans la population pédiatrique portugaise (< à 18 ans) ;
  • secondairement, les auteurs ont décrit l’utilisation des services de santé et l’emploi des médicaments liés à l’asthme.

- Méthodes :

  • Les données de 98 enfants avec un asthme actuel ont été analysées, à partir de la seconde phase d’une étude nationale de population réalisée par surveillance téléphonique (étude INAsma)
  • La définition du contrôle de l’asthme était basée sur les critères GINA, regroupant les asthmes partiellement contrôlés et les asthmes incontrôlés sous le terme « asthme non contrôlé » (ANC)
  • Les auteurs ont utilisé une analyse en régression logistique multivariée pour étidier les facteurs associés à l’ANC et aux consultations médicales non programmées pour asthme.

- Résultats :

  • A peu près la moitié des asthmatiques avaient un ANC (49%, IC à 95% 39-59%)
  • En analyse multivariée, les facteurs de risque d’ANC étaient : des symptômes nasaux substantiels (ORa 6.80), l’obésité et le surpoids (ORa 3.44) et le fait de ne pas avoir d’assurance santé (ORa 3.78)
  • Tous les enfants avec un ANC avaient des symptômes nasaux, et le manque de contrôle de l’asthme était aussi associé avec le nombre croissant de symptômes nasaux (p<0.001)
  • Dans l’année précédente, 90% (IC à 95% 84-96%) des enfants avec un asthme courant avaient des visites médicales et 67% (IC à 95% 58-77%) utilisaient des médicaments pour l’asthme
  • Le risque de visites méicales non programmées était plus grand chez les enfants avec des symptômes nasaux (ORa 3.63) et chez ceux sans assurance santé (ORa 2.79), et plus faible chez les adolescents (ORa 0.19).

- Conclusions :

  • La moitié des enfants asthmatiques étaient mal contrôlés
  • Les symptômes nasaux et l’obésité sont des déterminants importants du contrôle de l’asthme
  • Les enfants n’ayant pas d’assurance santé sont à plus grand risque d’avoir un asthme mal contrôlé ; cette association est rapportée pour la première fois dans un pays européen.

Dans cette étude nationale portugaise, les auteurs ont évalué les facteurs de risque de mauvais contrôle de l’asthme chez 98 enfants asthmatiques provenant de la cohorte INAsma.

Il en ressort que la moitié des enfants seulement ont un asthme contrôlé, et que les déterminants de mauvais contrôle de la maladie incluent la présence de symptômes nasaux avérés, le surpoids et l’obésité, et le fait de ne pas avoir d’assurance santé ; plus les symptômes nasaux sont importants, moins bon est le contrôle. De plus, avoir à la fois des symptômes nasaux et l’absence d’assurance santé était un facteur de recours plus important aux services médicaux de façon non programmée.

Ces données viennent confirmer celles de nombreuses autres études antérieures, que ce soit sur le lien avec la rhinite ou l’obésité qui sont connus comme des facteurs aggravant le contrôle de la maladie, mais c’est la première à l’échelon national au Portugal. Le recours aux soins est aussi connu comme lié à la qualité de la prise en charge des frais de santé, et au mauvais contrôle en cas d’assurance santé défaillante.

Ces données entre le niveau de prise en charge sociale et le contrôle de l’asthme peuvent être liées aux options des parents dans le choix du site de prise en charge de l’asthme ; des études complémentaires sont nécessaires pour comprendre l’effet de l’accès aux services de soins, dans la prise en charge de l’asthme, sur le contrôle de la maladie.