Association obésité et asthme : on a beau chercher pourquoi, ça reste compliqué !

jeudi 24 septembre 2015 par Dr Philippe Carré489 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Association obésité et asthme : on a beau chercher pourquoi, ça reste (...)

Association obésité et asthme : on a beau chercher pourquoi, ça reste compliqué !

Association obésité et asthme : on a beau chercher pourquoi, ça reste compliqué !

jeudi 24 septembre 2015, par Dr Philippe Carré

Obésité, prévalence de l’asthme et IL-4 : rôles des cytokines inflammatoires, de l’adiponectine et du neuropeptide Y. : Lu Y, Van Bever HPS, Lim TK, Kuan WS, Goh DYT, Mahadevan M, Sim TB, Ho R, Larbi A, Ng TP.

Obesity, asthma prevalence and IL-4 : Roles of inflammatory cytokines, adiponectin and neuropeptide Y.

dans Pediatr Allergy Immunol 2015 : 26 : 530–536.

- Contexte :

  • L’obésité est associée au risque et à la sévérité de l’asthme, mais les mécanismes biologiques sous-jacents sont mal connus
  • Les auteurs ont émis l’hypothèse que les marqueurs cytokiniques d’inflammation systémique, ainsi que l’adiponectine et le neuropeptide Y (NPY), marqueurs de la régulation immuno-modulatrice et neuro-hormonale, sont impliqués dans l’association obésité-asthme.

- Méthodes :

  • Les auteurs ont exploré la relation entre l’index de mase corporelle (IMC), la C-réactive protéine (CRP), l’IL-6, le TNF-α, l’adiponectine et le NPY, et la prévalence de l’asthme ainsi que les taux d’IL-4, chez 70 jeunes asthmatiques et 69 sujets sains contrôles appariés sur l’âge et le sexe, en utilisant des données transversales et longitudinales.

- Résultats :

  • Le taux moyen d’IMC était plus élevé chez les asthmatiques que chez les sujets sains (p<0.001)
  • Dans des modèles de régression logistique contrôlant des facteurs confondants potentiels, des associations indépendantes avec la prévalence de l’asthme ont été trouvées pour l’obésité (p=0.001), les tertiles croissants de CRP (tendance linéaire p<0.001), l’IL-6 (tendance linéaire p<0.001) et les tertiles les plus faibles et les plus élevés de TNF-α (tendance quadratique p<0.05), l’augmentation de l’adiponectine (p linéaire =0.022) et les tertiles décroissants de NPY (tendance linéaire p<0.001)
  • Parmi les patients asthmatiques, le taux de NPY était corrélé positivement avec l’adiponectine (p<0.05) et le TNF-α (p<0.05), et les taux de NPY et d’IL-6 étaient associés de façon significative avec le taux d’IL-4 basal et à 1 an de suivi.

- Conclusions :

  • L’association obésité-asthme n’était pas expliquée par une inflammation systémique
  • Spécifiquement, la CRP, le TNF-α, l’IL-6, le NPY et l’adiponectine étaient associés de façon indépendante avec la prévalence de l’asthme
  • Le NPY et l’IL-6 étaient associés à l’IL-4, marqueur d’inflammation allergique des voies aériennes dans l’asthme, et devraient être à l’avenir étudiés en tant que marqueurs pronostiques de l’asthme.

Les auteurs ont étudié les liens entre l’obésité et l’asthme chez 70 sujets asthmatiques comparés à des sujets sains, en faisant l’hypothèse que certains marqueurs modulant l’inflammation (d’origine soit cytokinique, soit adipeuse, soit de modulation immune ou neuro-hormonale) pourraient être impliqués à la fois dans l’asthme et l’obésité.

Les résultats montrent que :

  • la prévalence de l’asthme est bien associée à l’IMC, comme cela est connu
  • mais que l’association asthme-obésité n’est pas expliquée par une inflammation systémique
  • la CRP, le TNF-α, l’IL-6, le NPY et l’adiponectine sont associés de façon indépendante à la prévalence de l’asthme
  • par contre, le NPY et l’IL-6 sont associés au taux d’IL-4, qui est un index d’inflammation allergique dans l’asthme.

L’IL-6 et le NPY pourraient être des marqueurs pronostiques utiles d’inflammation allergique IgE médiée et de sévérité de l’asthme. En raison du caractère transversal de l’étude, qui ne concernait que les cas prévalents d’asthme, de la faible taille des échantillons, et du caractère géographique de la population étudiée (limitée à Singapour), les résultats ne peuvent être extrapolés et nécessitent d’être confirmés par d’autres études ultérieures.

Des recherches sont aussi nécessaires pour comprendre les rôles modulateurs de l’adiponectine et du NPY dans le développement et la progression de l’asthme, qui permettraient une meilleure caractérisation phénotypique de l’asthme chez les obèses et peut-être d’identifier de nouvelles cibles thérapeutiques.