Le syndrome « fruits-latex » : mangerait-on donc des fruits en caoutchouc ? !

lundi 2 décembre 2002 par Dr Stéphane Guez15414 visites

Accueil du site > Allergènes > Alimentaires > Le syndrome « fruits-latex » : mangerait-on donc des fruits en caoutchouc ? (...)

Le syndrome « fruits-latex » : mangerait-on donc des fruits en caoutchouc ? !

Le syndrome « fruits-latex » : mangerait-on donc des fruits en caoutchouc ? !

lundi 2 décembre 2002, par Dr Stéphane Guez

L’allergie au latex est maintenant bien connue et sa reconnaissance est simple lorsqu’il y a une bonne concordance entre la clinique, les tests cutanés et les RAST. Le problème le plus difficile est celui des allergies croisées dont la liste n’est pas close. Quels sont les derniers aliments dont il faut de méfier ?

Le syndrome fruits-latex : Wagner S, Breiteneder H. Department of Pathophysiology, University of Vienna, AKH-EBO 3Q, Waehringer Guertel 18-20, A-1090 Vienna, Austria dans Biochem Soc Trans 2001 Dec ;30(6):935-40

Environ 30 à 50% des patients qui ont une allergie au latex naturel ont une hypersensibilité associée à des aliments dérivants des plantes, spécialement des fruits consommés frais. Cette association entre allergie au latex et allergie aux fruits est appelée le syndrome fruits-latex.

Un nombre croissant de ces sources alimentaires dérivants des plantes, comme l’avocat, la banane, la châtaigne, le kiwi, la pèche, la tomate, la pomme de terre et le poivron ont été associés à ce syndrome.

L’hypothèse serait qu’il existerait une allergie croisée, avec des IgE qui reconnaîtraient des épitopes structurellement similaires aux différentes protéines qui seraient phytogénétiquement liées, ou qui proviendraient de structures conservées au cours de l’évolution.

Plusieurs types de protéines ont été identifiées et impliquées dans ce syndrome. 2 des ces protéines sont des protéines de défenses des plantes.

Les chitinases de classe1 contenant un domaine N terminal identique à l’heveine peuvent croiser avec l’heveine (Hev b 6.02), qui est un allergène majeur chez les patients allergiques au latex naturel.

Une glucanase béta 1,3 a été identifiée comme un allergène important du latex qui peut croiser avec des protéines du poivron.

Un autre allergène important chez les patients allergiques au latex, le Hev b 7, est une protéine analogue à l’allergène de la pomme de terre et qui va donc réagir de façon croisée avec les protéines de la pomme de terre.

Enfin, les patients avec une allergie aux aliments dérivants des plantes et ayant une pollinose associée ont une fixation fréquente de leurs IgE à la profiline pan-allergénique, ce qui peut entraîner une positivité de la recherche d’IgE spécifiques chez les patients allergiques au latex.

Bien qu’il y ait beaucoup d’informations sur ces aliments dérivants de plantes et des données sur les allergènes impliqués dans le syndrome fruits-latex, on ne sait pas vraiment si la sensibilisation au latex précède ou suit le début de l’allergie alimentaire.


Cet article soulève le difficile problème des allergies croisées, et les auteurs exposent cette difficulté dans leur conclusion : qui a commencé ? l’allergie au latex ou l’allergie aux fruits ?

La question est d’importance pour savoir s’il faut ou non préconiser des mesures préventives comme interdire par exemple la consommation de certains fruits ou légumes à des patients allergiques au latex, ou au contraire interdire le latex à des patients ayant certaines allergies alimentaires.

Des articles précédents ont montré qu’il fallait être extrêmement prudent, et que « sensibilité croisée » ne signifie pas « allergie croisée » et que seul un test de provocation par voie orale peut permettre d’interdire des aliments potentiellement croisants.

L’allergologue doit donc être vigilant et poser des question relatives à une allergie alimentaire associée chez un patient allergique au latex (et vice versa) mais il ne doit pas aller plus loin si les réponses du patient sont négatives, pour ne pas aboutir à des régimes d’éviction sans fondement et/ou à la mise en place de PAI non gérables.

Vos commentaires

  • Le 2 décembre 2016 à 08:18, par LEVESQUE En réponse à : Le syndrome « fruits-latex » : mangerait-on donc des fruits en caoutchouc ? !

    BONJOUR
    Il y a très longtemps après un test j’ai su que je suis allergique au latex. Étant infirmière et en utilisant des gants en latex mes mains était dans un très mauvaise état. Mon mari médecin ma prescrit une crème a la cortisone et fini le calvaire. Par contre depuis mes 3 ans j’ai des trouble digestive et un intestin irritable et je passe encore aujourd’hui mon temps aux toilette. J’ai 55 ans. Un vrai problème et très pesant pour une vie en famille. Maintenant avec votre article je vais essayer de supprimer les aliments mentionner et voir si mon problème digestive est juste un problème allergique contre le latex et améliore mon quotidien.
    Je garde votre page et j’espère trouver enfin une vie normale. Et je puisse peut être aussi aider beaucoup de gens qui ont le même problème.
    Salutations
    E.L.