Moins de maladies allergiques chez les enfants diabétiques insulino-dépendants.

jeudi 16 mai 2002 par Dr Alain Thillay2251 visites

Accueil du site > Maladies > Diagnostic > Moins de maladies allergiques chez les enfants diabétiques insulino-dépendants.

Moins de maladies allergiques chez les enfants diabétiques insulino-dépendants.

Moins de maladies allergiques chez les enfants diabétiques insulino-dépendants.

jeudi 16 mai 2002, par Dr Alain Thillay

Cette équipe néerlandaise tente de montrer que dans une maladie caractérisée, en autre, par un profil TH1, comme le diabète insulino-dépendant, la prévalence des manifestations de l’allergie est plus faible que dans un groupe contrôle. Tout cela dans le but de confirmer le concept de la balance TH1/TH2.

Prévalence faible des symptômes de l’atopie chez les enfants atteints de diabète insulino-dépendant (DID) R. Meerwaldt, R. J. Odink*, R. Landaeta*, F. Aarts, B. Brunekreef, J. Gerritsen*, dans Clinical & Experimental Allergy Volume 32 Issue 2 Page 254 - February 2002

- INTRODUCTION. Le concept TH1/TH2 est un modèle de compréhension de la physiopathologie de certaines maladies. Les manifestations d’atopie (asthme, eczéma et rhinite saisonnière) sont caractérisées par une inflammation chronique dominée par les cellules TH2 alors que le DID est dominé par les TH1. Sachant que les cellules TH1 et les cellules TH2 s’opposent réciproquement, on peut penser que la prévalence des maladies répondant au profil TH2 soient moins importante chez les patients atteints d’une maladie de type TH1.
- OBJECTIF. Comparer la prévalence des maladies atopiques entre des enfants atteints de DID et des enfants appariés d’un groupe contrôle.
- METHODES. Les parents d’enfants atteints de DID ont été recrutés par des Pédiatres néerlandais pour compléter le questionnaire ISAAC (Internationnal Study of Asthma and Allergies in Childhood) qui concerne la prévalence des maladies atopiques. Un groupe contrôle a été établi à partir d’une étude néerlandaise (ISAAC2).
- RESULTATS. Nous avons reçu 555 questionnaires complétés ce qui correspond à 25% du nombre total d’enfants néerlandais souffrant de DID. Le groupe contrôle comprenait 777 enfants. Après appariement en fonction de l’âge, les questionnaires de188 patients atteints de DID étaient exploitables. Les symptômes d’asthme, de rhinite saisonnière et de dermatite atopique étaient moins souvent rapportés dans le groupe DID comparé au groupe contrôle.
- CONCLUSIONS. La prévalence basse d’asthme, de rhinite saisonnière et d’eczéma chez les enfants atteints de DID comparée à celle d’un groupe contrôle apparié en âge, bien que non statistiquement significative, est cohérente dans le cadre du concept TH1/TH2.


Etude certes intéressante mais un peu limite quant au résultat. On peut dire simplement qu’elle ne contredit pas l’hypothèse que le déséquilibre de la balance TH1/TH2 en faveur des cellules TH2 joue un rôle important dans les maladies allergiques. La physiopathologie de l’allergie IgE-médiée ne se limite pas qu’au déséquilibre de cette balance.

Les enfants diabétiques seraient protégés quelque peu des allergies. C’est plutôt une bonne nouvelle.