Raffinerie pétrolière ou trafic routier intense : entre deux pollutions, il faut choisir la moindre…

vendredi 23 janvier 2009 par Dr Geneviève DEMONET1118 visites

Accueil du site > Sciences > Environnement > Raffinerie pétrolière ou trafic routier intense : entre deux pollutions, il (...)

Raffinerie pétrolière ou trafic routier intense : entre deux pollutions, il faut choisir la moindre…

Raffinerie pétrolière ou trafic routier intense : entre deux pollutions, il faut choisir la moindre…

vendredi 23 janvier 2009, par Dr Geneviève DEMONET

La pollution, qu’elle soit intérieure ou extérieure, nuit à la santé respiratoire. Une étude a été menée en Argentine chez des enfants exposés à l’industrie pétrochimiques et à un trafic routier intense. Il semble, à la lecture de ce travail, que différents types de pollutions n’ont pas des conséquences similaires…

Augmentation des symptômes asthmatiques et respiratoires chez les enfants exposés à la pollution pétrochimique : Wichmann FA, Müller A, Busi LE, Cianni N, Massolo L, Schlink U, Porta A, Sly PD.

Instituto del Desarrollo de Investigaciones Pediátricas (IDIP) Prof Dr Fernando Viteri Hospital de Niños SM Ludovica, La Plata, Argentina.

dans J Allergy Clin Immunol. 2008 Dec 24

- Contexte :

  • Les études épidémiologiques montrent des associations statistiques entre les taux de polluants dans l’air et la survenue d’évènements respiratoires.

- Objectifs :

  • Nous avons tenté de déterminer les effets de l’exposition à la pollution pétrochimique sur la santé respiratoire des enfants.

- Méthodes :

  • Des enfants âgés de 6 à 12 ans vivant à proximité de pôles pétrochimique à La Plata en Argentine (n = 282) ont été comparés à des enfants habitant dans une région au trafic routier intense (n = 270) ou dans 2 zones relativement non polluées (n = 639).
  • Des données démographiques et sur la santé des enfants ont été obtenues par l’intermédiaire d’un questionnaire validé auquel les parents ont répondu.
  • On a mesuré la fonction pulmonaire parmi un échantillon randomisé (n = 181).
  • Les particules et les taux de composés organiques volatiles extérieurs et intérieurs ont été mesurés sur des périodes de 4 semaines d’étude et rapportés comme moyennes globales dans chaque zone étudiée.

- Résultats :

  • Les enfants vivant à proximité des pôles pétrochimiques avaient davantage d’asthme (24.8% vs 10.1% à 11.5%), davantage d’exacerbations asthmatiques (6.7 vs 2.9-3.6 par an), davantage de symptômes respiratoires (sifflements actuels, dyspnée, toux nocturne et rhinite), et une fonction pulmonaire plus basse (chute >13% du VEMS prédit) que les enfants vivant dans d’autres régions.
  • La durée de résidence dans la zone était un facteur de risque significatif mais pas l’âge, le sexe, l’index de masse corporelle, la proximité de routes ayant un trafic routier intense ni de celle d’autres industries non pétrochimiques, la durée de l’allaitement maternel et les caractéristiques socio-économiques et démographiques des enfants et de leurs familles.

- Conclusion :

  • L’exposition à des particules et aux composés organiques volatiles provenant de pôles pétrochimiques était associée à une aggravation de la santé respiratoire des enfants mais pas l’exposition en provenance d’un trafic routier intense.

Une étude a été menée en Argentine chez des enfants de 6 à 12 ans exposés à la pollution de l’industrie pétrochimique, à un trafic routier intense ou à une relative absence de pollution.

Un recueil des particules et des composés organiques volatils extérieurs et intérieurs a été effectué pendant 4 semaines et les parents ont rempli un questionnaire sur la santé de leurs enfants. Une mesure de la fonction pulmonaire a été réalisée parmi un échantillon de ces enfants.

Les enfants exposés à l’industrie pétrochimique avaient un retentissement respiratoire plus important que les enfants des autres régions géographiques. Par ailleurs, le risque était d’autant plus grand que la durée du séjour dans la zone exposée était longue.

On n’a pas de détails sur l’état respiratoire des enfants exposés au trafic routier par rapport à ceux vivant dans une zone protégée de la pollution (ni de ceux exposés à la fois à la pétrochimie et au trafic routier…) !