Corticoides et croissance

mercredi 20 mars 2002 par Dr Alain Thillay3583 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Corticoides et croissance

Corticoides et croissance

Corticoides et croissance

mercredi 20 mars 2002, par Dr Alain Thillay

Cette équipe danoise a cherché à montrer les effets systémiques de la corticothérapie inhalée chez le petit enfant par son effet sur la croissance osseuse. C’est une arrière-pensée qui vient à l’esprit de tout prescripteur responsable.

Etude des effets systémiques de la corticothérapie inhalée chez des enfants âgés de 1 à 3 ans atteints d’asthme.

- OBJECTIF : Etudier l’activité systémique de la corticothérapie inhalée chez de jeunes enfants.

- METHODES : Quarante enfants atteints d’asthme modéré, âgés de 1 à 3 ans ont fait l’objet d’une étude en double-aveugle, contre placebo, randomisée, croisée.
Le traitement par le proproniate de Fluticasone, 200 µg 2 fois par jour, délivré par un aérosol-doseur dans un Babyhaler (FP400), a été comparé au Budesonide, 200 µg 2 fois par jour, en aérosol-doseur et chambre NebuChamber (BUD400) et au placebo.
Le Babyhaler était préparé par quelques pulvérisations de Fluticasone avant l’utilisation effective. La knémométrie a été utilisée pour détecter l’activité systémique des corticoïdes. Elle a été pratiquée à l’aide d’un knémométre portable après 1 puis 4 semaines de traitement.
L’augmentation de longueur de la jambe sous le genou dans cette période de 3 semaines a été la mesure de référence.

- RESULTATS : Les augmentations de longueur de la partie basse de la jambe sous placebo, sous BUD400 et sous FP400 étaient respectivement en moyenne de 85, 45 et 34 µm/jour.
La croissance de la partie basse de la jambe était significativement réduite pour les 2 corticostéroïdes. La différence entre BUD400 et placebo était de -40 µm/j.
La différence entre FP400 et placebo était de -51 µm/j. La différence entre FP et BD était de -11µm/d non statistiquement significative.

- CONCLUSIONS : FP et BD, administrés durant 4 semaines à l’aide d’une chambre d’inhalation à la posologie de 400 µg par jour, ont tous deux une activité systémique chez des enfants âgés de 1 à 3 ans ; pas de différence entre les deux corticoïdes.

Ces constations appellent d’autres études cliniques afin de préciser les effets secondaires de ces traitements prescrits dans la petite enfance.


Cette étude pratiquée sur un échantillon relativement faible demande à être confirmée par d’autres plus vastes. En attendant, c’est au praticien de prescrire à juste titre la corticothérapie inhalée en évaluant le rapport bénéfice/risque.
source : Anhoj J, Bisgaard AM, Bisgaard H. dans Pediatrics 2002 Mar ;109(3):E40-0