L’homme est fait pour vivre à la ferme !

lundi 29 septembre 2003 par Dr Alain Thillay1811 visites

Accueil du site > Sciences > Hygiène > L’homme est fait pour vivre à la ferme !

L’homme est fait pour vivre à la ferme !

L’homme est fait pour vivre à la ferme !

lundi 29 septembre 2003, par Dr Alain Thillay

Cette publication américaine est à verser au dossier de la théorie hygiéniste. Il s’agissait de montrer les qualités d’immunomodulation d’endotoxines et d’ADN bactérien sur des échantillons de poussière provenant de différents habitats (urbains ou ruraux), de fermes et d’étables.

ADN bactérien dans la poussière domestique et la poussière de grange. : Sitesh R. Roy, MD Allison M. Schiltz, BA
Alex Marotta, MD Yiqin Shen, BA Andrew H. Liu, MD

Division of Pediatric Allergy and Immunology, National Jewish Medical and Research Center, and the Department of Pediatrics, University of Colorado Health Sciences Center, Denver, Colo, USA

dans JACI September 2003 • Volume 112 • Number 3

- CONTEXTE.
* L’exposition naturelle dans le début de la vie à des composants microbiens (endotoxines bactériennes) peut moduler favorablement le développement de l’allergie et de l’asthme dans l’enfance.
* L’ADN bactérien est un stimulus potentiel du système immunitaire inné ; ce potentiel de stimulation immune de la poussière est inconnu.

- OBJECTIFS. Nous avons cherché à quantifier l’ADN bactérien et les endotoxines contenus dans la poussière provenant d’habitations urbaines, d’habitations rurales, d’habitations de fermes et d’étables, et, à déterminer si l’ADN de ces poussières est un immunostimulant.

- METHODES.
* L’ADN total, l’ADN bactérien et les endotoxines ont été mesurés dans 32 échantillons de poussière.
* Pour mesurer l’ADN bactérien, nous avons utilisé une méthode quantitative de PCR (polymerase chain reaction) spécifique de l’ADN ribosomal bactérien.
* Les cellules périphériques mononuclées de 5 adultes ont été stimulées à l’aide d’endotoxines provenant des échantillons de poussière avec ou sans lipopolysaccharide (LPS).
* A l’aide de la méthode ELISA, nous avons mesuré dans le surnageant des cellules, l’IL-12p40, l’IL-10 et le TNF-alpha.

- RESULTATS.
* L’ADN bactérien de la poussière était corrélé avec l’endotoxine (r=0,56, P<0,001), ainsi qu’avec le contenu en ADN total (r=0,51, P=0,003).
* Les plus grands taux d’ADN bactérien étaient mesurés dans les étables (moyenne de 22,1 µg/g de poussière, valeurs de 1,3 à 56,2), suivis par les habitations rurales (6,3µg/g, 0,2 à 20), les habitations de fermes (2,2µg/g, 0,1 à 9,1), les habitations urbaines (0,6 µg/g, 0,1 à 1,2).
* De façon significative, l’ADN d’étable potentialisait les LPS dans l’induction de l’IL-10 et de l’IL-12p40 mais pas du TNF-alpha (augmentations respectives de 13 fois, 3 fois et 1,5 fois).
* L’ADN provenant de 6 habitations urbaines ne montraient pas cette effet de potentialisation sur les LPS.

- CONCLUSIONS.
* Les endotoxines sont un marqueur de l’ADN bactérien, qui sont aussi augmentées dans les régions de faible prévalence d’asthme et d’allergie.
* L’ADN provenant des granges augmente les effets de modulation immunitaire des endotoxines et peut avec l’exposition à d’autres composants microbiens naturels contribuer à diminuer le développement de l’allergie et de l’asthme.


Il s’agit d’une étude américaine (Denver, Colorado).

D’abord, les auteurs font la démonstration de la corrélation entre ADN bactérien, ADN total et endotoxines. Ainsi les endotoxines sont bien le marqueur de l’ADN bactérien et ce dernier est bien l’agent immunomodulateur.

Les plus grands taux d’ADN bactérien sont retrouvés surtout dans les étables donc en corrélation avec la présence d’animaux. Enfin, l’ADN retrouvé dans les étables a un effet potentialisateur des LPS dans l’induction de certaines interleukines, alors que ce n’est pas le cas de l’ADN « urbain ».

Cette étude vient renforcer les conclusions de nombreuses études épidémiologiques qui montrent que le contact avec les animaux de ferme comme les bovins, chevaux et porcs, dans les débuts de la vie, tend à diminuer les risques de développer une maladie allergique et asthmatique.

Le rapport de cause à effet, en quelque sorte…