La divination par la lecture de la poussière de matelas !

dimanche 16 mai 2004 par Dr Alain Thillay1533 visites

Accueil du site > Sciences > Hygiène > La divination par la lecture de la poussière de matelas !

La divination par la lecture de la poussière de matelas !

La divination par la lecture de la poussière de matelas !

dimanche 16 mai 2004, par Dr Alain Thillay

La théorie hygiéniste a déjà fait couler beaucoup d’encre. En voici une de plus qui a recours à une méthode originale pour quantifier l’exposition microbienne, le dosage de l’acide muramique dans la poussière des matelas. Cette étude sera-t-elle suffisamment pertinente pour confirmer ou infirmer la théorie hygiéniste ? That’s the question !

Évaluation de l’exposition microbienne chez des enfants ruraux d’âge scolaire par dosage de l’acide N-acétyl-muramique de la poussière de matelas et ses associations avec l’état respiratoire. : Robert Theodoor van Strien, PhDa Regina Engel, MScb Otto Holst, PhDb Albrecht Bufe, MDc
Waltraud Eder, MDa,d Marco Waser, MSce
Charlotte Braun-Fahrländer, MDe Josef Riedler, MDf Dennis Nowak, MDg Erika von Mutius, MDa*
the ALEX Study Team

From aUniversity Children’s Hospital, Munich, Germany ; bthe Division of Structural Biochemistry, Research Center Borstel, Leibniz Center for Medicine and Biological Sciences, Borstel, Germany ; cthe Department of Experimental Pneumology, Ruhr-University Bochum, Bochum, Germany ; dArizona Respiratory Center, Tucson, Ariz ; ethe Institute of Social and Preventive Medicine, Basel, Switzerland ; fChildren’s Hospital, Salzburg, Austria ; and gthe Institute of Occupational and Environmental Medicine, Munich Germany

dans JACI May 2004 • Volume 113 • Number 5

- CONTEXTE

  • Il a été montré que l’exposition aux endotoxines était associée à une diminution de la prévalence de la sensibilisation et de la symptomatologie atopique.
  • Même si les endotoxines ne représentent qu’une part de l’exposition microbienne intérieure.
  • L’acide muramique, constituant des peptidoglycanes, est présent dans les bactéries gram+ et gram- de l’environnement, cet acide peut servir de marqueur de l’exposition microbienne.

- OBJECTIF

  • Étudier les facteurs déterminant le niveau d’exposition intérieure à l’acide muramique/peptidoglycane, ainsi que son potentiel d’association à l’état respiratoire.

- METHODES

  • Chez 553 enfants d’âge scolaire vivant ou ne vivant pas en ferme, en Autriche, Suisse et Allemagne, la concentration d’acide muramique a été déterminée dans la poussière des matelas ainsi que l’état de santé par le dosage des IgE et par questionnaire.

- RESULTATS

  • La concentration en acide muramique a été retrouvée significativement plus élevée dans la poussière de matelas des enfants vivant en ferme que dans la poussière de matelas d’enfants n’y vivant pas (157 contre 131 ng/mg).
  • Les enfants ayant de hauts taux d’acide muramique dans leur matelas avaient de façon significative une prévalence plus faible de sifflements thoraciques (OR 0,3 ; IC 95% ; 0,1-0,9), ce qui correspond au statut de la ferme et de l’exposition aux endotoxines.
  • L’association à l’asthme était identique, et aucune association n’a été retrouvée avec les sensibilisations atopiques.

- CONCLUSION

  • Comme les endotoxines, l’acide muramique produit un marqueur indépendant à l’exposition microbienne.
  • A l’encontre des endotoxines, l’acide muramique était inversement associé aux sifflements thoraciques plus qu’à la sensibilisation atopique.

Le premier objectif de cette étude était de montrer que le recours au dosage de l’acide muramique de la poussière de matelas était un bon marqueur de l’exposition microbienne. C’est ce que suggèrent de façon significative les résultats de l’étude.

Malheureusement, l’autre objectif de l’étude, montrer le rapport entre exposition bactérienne et l’état respiratoire et atopique, est moins pertinent.

En effet, l’évaluation de l’atopie n’est faite que par le dosage des IgE spécifiques sériques - les tests cutanés sont préférables - et l’évaluation de l’état clinique (sifflements thoraciques) n’est faite que par questionnaire dont on connaît le manque de fiabilité, des explorations fonctionnelles respiratoires voir la mesure de l’hyperréactivité bronchique par test de provocation non spécifique auraient été ici plus logiques.

De fait, il existe une grande probabilité d’un manque de recrutement des atopiques, la sensibilité des IgE sériques spécifiques est inférieure à celle des tests cutanés, et d’un manque de recrutement d’obstructions bronchiques.

C’est ce qu’on appelle un biais de recrutement.

D’autant plus, que les résultats semblent contredire la théorie hygiéniste puisque aucun lien n’est retrouvé entre niveau d’exposition microbienne et l’atopie.

Voici encore une étude de plus concernant la théorie hygiéniste qui est quasiment inexploitable.