Contrôle ou pas contrôle (de l’environnement) : là est la question.

lundi 24 mai 2004 par Dr Isabelle Bossé1099 visites

Accueil du site > Sciences > Environnement > Contrôle ou pas contrôle (de l’environnement) : là est la question.

Contrôle ou pas contrôle (de l’environnement) : là est la question.

Contrôle ou pas contrôle (de l’environnement) : là est la question.

lundi 24 mai 2004, par Dr Isabelle Bossé

Une étude de plus qui débute tôt dans la vie, puisqu’avant même la naissance et qui concerne des bébés à haut risque allergique. Les auteurs ont recherché l’incidence du contrôle de l’environnement au bout de trois années.

Contrôle de l’environnement dans la première enfance : effet sur les symptômes, la sensibilisation et la fonction respiratoire à l’âge de 3 ans. : Woodcock A, Lowe LA, Murray CS, Simpson BM, Pipis SD, Kissen P, Simpson A, Custovic A.

Wythenshawe Hospital, North West Lung Centre, Manchester, United Kingdom

dans Am J Respir Crit Care Med. 2004 May 13

Les auteurs ont étudié si le contrôle de l’environnement pendant la grossesse et les premiers mois de vie avait un effet sur la sensibilisation et la fonction respiratoire à l’âge de 3 ans.

Des enfants à haut risque (n = 251 ) ont été randomisés pendant la grossesse dans deux groupes :

  • un avec un contrôle rigoureux de l’environnement ( groupe actif),
  • l’autre sans aucune intervention ( groupe contrôle).

Des questionnaires, des tests cutanés, des dosages d’ Ig E, et des mesures des résistances des voies respiratoires ont été réalisés à l’âge de 3 ans.

- Les enfants du groupe actif étaient significativement plus souvent sensibilisés comparativement au groupe contrôle (au moins à un allergène par tests cutanés : risque relatif 1.61, 95 % IC 10.2-2.55, p = 0.04 ; aux acariens par dosage d’Ig E spécifiques : 2.85, 1.02-7.97 ; p = 0.05).
- Toutefois, les résistances des voies respiratoires étaient significativement meilleures dans le group actif ( kilopascal/seconde, moyenne géométrique (( intervalle de confiance )) : 1.05 (( 10.1-1.10)) versus 1.19 (( 1.13-1.25)), p< 0.0001, actif versus contrôle).
- Le débit maximum à la capacité fonctionnelle résiduelle a été mesuré par compression thoracique rapide à l’âge de 4 semaines dans un sous-groupe.

Les données prospectives sur la fonction respiratoire entre les deux groupes ( bébés et à 3 ans) ont été obtenues sur 32 enfants ( 14 du groupe actif, 18 du groupe contrôle).
- Il n’y avait pas de différence des valeurs de la fonction respiratoire dans les deux groupes, mais à 3 ans les résistances respiratoires étaient significativement plus basses dans le groupe actif que dans le groupe témoin ( p = 0.003).

Un contrôle très strict de l’environnement est donc associé avec un risque plus élevé de sensibilisation aux acariens, mais à de meilleurs résultats pour certaines mesures de la fonction respiratoire chez des enfants à haut risque à l’âge de 3 ans.


Les valeurs contrôlées sont la sensibilisation par tests cutanés ou dosages d’Ig E spécifiques, et la fonction respiratoire par mesure des résistances, cependant les auteurs ne font pas ici état des signes cliniques présentés par les enfants : sont-ils seulement sensibilisés ou allergiques, et les résistances respiratoires élevées sont-elles assorties de signes cliniques ?

Les résultats montrent donc une plus forte sensibilisation aux acariens dans le groupe actif : le contrôle de l’environnement ne sert donc à rien.

Mais une fonction respiratoire nettement meilleure : le contrôle de l’environnement sert donc à quelque chose.

On peut aussi supputer que la sensibilisation aux acariens n’a aucun lien avec l’augmentation des résistances respiratoires.

Que faut-il privilégier ? le risque de sensibilisation ou d’altération de la fonction respiratoire, terrible dilemme..... pas près d’être résolu.