La pollution aggrave les maladies respiratoires, une Lapalissade.

mardi 15 février 2005 par Dr Isabelle Bossé11911 visites

Accueil du site > Sciences > Environnement > La pollution aggrave les maladies respiratoires, une Lapalissade.

La pollution aggrave les maladies respiratoires, une Lapalissade.

La pollution aggrave les maladies respiratoires, une Lapalissade.

mardi 15 février 2005, par Dr Isabelle Bossé

Au moment où le protocole de KYOTO se met enfin en place (7 ans après la décision) et sans les EU, cette étude vient conforter ce que beaucoup pensent : la pollution a un rôle néfaste sur les maladies respiratoires chroniques.

La pollution de l’air en hiver et les paramètres de maladie dans des échantillons de maladie pulmonaire obstructive chronique avancée , dans la région de Denver, Colorado. : Philip E. Silkoff, MD * *
Lening Zhang, PhD
Steven Dutton, MS
Esther L. Langmack, MD
Sverre Vedal, MD
James Murphy, PhD
Barry Make, MD

From the Department of Medicine, National Jewish Medical and Research Center, and the University of Colorado Health Sciences Center, Denver, Colo

dans JACI February 2005 • Volume 115 • Number 2

- Objet de l’étude :

  • la pollution ambiante pourrait aggraver la pathologie pulmonaire obstructive chronique (BPCO ).

- Objectifs :

  • les auteurs ont examiné les associations entre la pollution et la fonction respiratoire, le recours aux thérapeutiques d’urgence, et les symptômes pendant deux hivers sur deux échantillons de sujets atteints de BPCO , à Denver Colorado.

- Méthodes :

  • les sujets mesurent leur fonction respiratoire et notent leurs symptômes et les médicaments d’urgence.
  • la pollution quotidienne est mesurée pour les substances particulaires (PM 10 et PM 2.5), le monoxyde de carbone (CO), le dioxyde d’azote (NO 2), dans la ville de Denver.
  • les effets estimés de la pollution sur ces données ont été obtenus pour le jour-même et 1 ou 2 jours après les mesures de la pollution (temps 0, 1 et 2).

- Résultats :

  • 16 sujets ( moyenne d’âge 65.8 ans, VEMS moyen 42.3 % de la théorique) et 18 sujets ( moyenne d’âge 67.4 ans, VEMS moyen 39.4 % de la théorique) ont participé à l’étude, respectivement le premier et le deuxième hiver.
  • il n’y avait pas de différence démographique ou de pathologie dans les deux échantillons.
  • lors du premier hiver, aucune association préjudiciable pour la santé n’a été retrouvée.
  • pourtant, lors du second hiver, des associations négatives significatives ont été retrouvées pour le taux de CO le matin et des particules de PM 10, le CO , et le NO2 le soir, et l’augmentation de l’usage de médicaments au temps 0.
  • le score symptomatique total augmente au temps 0 avec le NO2 .
  • les concentrations particulaires étaient plus élevées lors du deuxième hiver par rapport au premier, et celui-ci avait été plus froid et plus humide.

- Conclusions :

  • lors du second hiver, les sujets souffrant de BPCO sévère avaient une fonction respiratoire plus altérée au temps 0 et 1, et augmentaient le recours aux médicaments d’urgence à T0, avec les augmentations de la pollution de l’air ambiant.
  • les effets de la pollution varient entre les deux hivers, peut-être en relation avec les taux de pollution et les données météorologiques.
  • des effets significatifs ont été observés malgré les taux de pollution ambiants en conformité avec les standards de l’Agence Américaine de Protection de l’Environnement.

Les malades recrutés dans l’étude étaient assez sévèrement touchés avec des VEMS faibles.

L’âge de la pathologie obstructive chronique est élevé , 65 ans environ. Les plus âgés, comme les plus jeunes, et les plus malades, sont certainement les premières victimes.

La pollution qu’elle soit particulaire ou gazeuse a une influence néfaste sur les malades respiratoires chroniques, même si les données n’étaient pas significatives le premier hiver. Les résultats sont significatifs malgré des taux de pollution conformes aux normes, donc il faut revoir les normes à la baisse....

Mais peut-on espérer une prise de conscience en particulier des américains, peuple le plus pollueur de la planète et dont les dirigeants ne semblent pas s’en soucier ?