Urticaire chronique inexpliquée : une maladie familiale ?

vendredi 6 septembre 2002 par Dr Isabelle Bossé4295 visites

Accueil du site > Maladies > Urticaire > Urticaire chronique inexpliquée : une maladie familiale ?

Urticaire chronique inexpliquée : une maladie familiale ?

Urticaire chronique inexpliquée : une maladie familiale ?

vendredi 6 septembre 2002, par Dr Isabelle Bossé

L’urticaire chronique idiopathique, par définition sans étiologie connue ni retrouvée, trouverait un début d’explication dans le cadre de familles atteintes avec des modifications génétiques.

Urticaire chronique idiopathique : l’étude d’une famille. : Asero R. dans Ann Allergy Asthma Immunol 2002 Aug ;89(2):195-6

- CONTEXTE : Les facteurs génétiques jouent un rôle important dans la pathogénie de nombreuses pathologies auto-immunes. Des études récentes ont montré que l’urticaire chronique idiopathique (CIU) était une maladie auto-immune au moins chez certains patients, mais des études sur les familles n’avaient jamais encore été réalisées.

- OBJECTIF : l’objectif était d’étudier un exemple familial de CIU.

- METHODES : 1308 adultes porteurs d’urticaire chronique idiopathique ( âgés de plus de 12 ans ; hommes 388 / femmes 920 ) ayant consulté au cours des 10 dernières années, ont été interrogés de manière approfondie pour affirmer l’existence de l’urticaire chronique idiopathique parmi les parents au premier degré. Les histoires cliniques positives ont été confirmées par les données médicales. Les chiffres ont été comparés avec ceux attendus dans la population générale sur la base d’une prévalence de 0,1 % de cette pathologie.

- RESULTATS : ils font état de : 56 des 1308 patients (4%) avaient une histoire familiale de CIU affectant au moins un parent au premier degré. Ce chiffre dépasse d’environ 8 fois celui attendu. 22 sur 23 (96 %) des patients avec une histoire familiale avait un test positif au sérum autologue ( p < 0,01 en comparaison avec les prévisions) .

- CONCLUSIONS : les auteurs constatent que l’urticaire chronique idiopathique est plus fréquente chez les parents au premier degré des individus atteints, que dans la population générale ; ceci suggère l’existence d’un facteur génétique pour cette maladie et procure un support clinique à l’association urticaire chronique idiopathique et l’antigène DR4 des leucocytes humains. 96 % des patients avec une histoire familiale avaient un test positif au sérum autologue, situation qui a été associée avec la présence de médiateurs libérant de l’histamine dans le sang circulant, parmi lesquels l’anti-Fc epsilonRI ou des anticorps anti IgE.


Même si cette étude ne permet pas d’élucider tous les facteurs étiologiques de l’urticaire chronique idiopathique, elle en dévoile une partie et tous les espoirs sont permis qu’un jour le mot « idiopathique » associé à l’urticaire ne disparaisse !!