Comment ne pas être emballé par les housses anti acariens ?

mercredi 15 mars 2006 par Dr Hervé Couteaux4686 visites

Accueil du site > Pratique > Malades > Comment ne pas être emballé par les housses anti acariens ?

Comment ne pas être emballé par les housses anti acariens ?

Comment ne pas être emballé par les housses anti acariens ?

mercredi 15 mars 2006, par Dr Hervé Couteaux

L’éviction allergénique paraît une évidence logique quand l’objectif est de réduire les symptômes. Les difficultés rencontrées en matière d’éviction sont nombreuses et sont liées pour une grande partie au manque de données fiables disponibles sur le sujet. Une étude d’envergure à la méthodologie fiable est attendue par beaucoup !

Étude des housses et autres dispositifs enveloppant dans l’allergie aux acariens. : Randolf Brehler1, Frans Kniest2

1Department of Dermatology, UKM, Muenster, Germany
2Allergopharma Joachim Ganzer KG, Reinbek, Germany

dans Allergy & Clinical Immunology International - Journal of the World Allergy Organization

- Contexte :

  • La réduction de l’exposition aux allergènes des acariens de la poussière de maison (house dust mites : HDM) est bien établie dans la prise en charge de l’allergie aux acariens mais le bénéfice des mesures de prévention vis-à-vis des HDM est peu documentée.
  • Le projet de cette étude a été d’évaluer l’efficacité des housses de matelas, oreillers, couettes et couvertures comme seule mesure contre les symptômes d’allergie aux acariens.

- Méthodes :

  • Dans cette étude d’un an en double aveugle, contrôlée contre placebo, des sujets volontaires allergiques aux acariens ont enveloppé leur literie de housses perméables ou imperméables aux allergènes.
  • La sévérité des symptômes allergiques cliniques a été mesurée par un score symptomatique quotidien au début et à la fin de l’étude.
  • Nous avons aussi analysé les débits de pointe du matin et les niveaux de protéine cationique des éosinophiles (ECP).

- Résultats :

  • Un bénéfice clinique a été enregistré pour tous les volontaires qui avaient utilisé des housses imperméables aux allergènes et pour 7 des 11 volontaires utilisant des housses placebo perméables aux allergènes.
  • Il y avait une diminution significative du score des symptômes seulement pour le groupe de volontaires utilisant les housses imperméables.
  • Il n’a pas été observé d’effet sur le débit de pointe du matin, ni sur les taux d’ECP.

- Conclusion :

  • Notre étude démontre que l’utilisation de housses peut réduire les symptômes d’allergie chez des patients allergiques aux acariens.
  • Pour quelques patients, cela peut être une thérapeutique adéquate en soi.
  • Cependant, nous conseillons que la mise en place de housses de literie ne soit qu’une première étape dans la prise en charge de l’allergie aux acariens.

D’après cette étude, l’utilisation de housses de literie réduit significativement les symptômes des sujets allergiques aux acariens.

Pour nombreuses qu’elles soient, les études concernant les moyens d’éviction des acariens ne brillent pas par la rigueur de leur méthodologie.

A peu de choses près, ceci était le constat d’une méta-analyse (portant sur 99 études) rapportée en novembre 2004 et dont les résultats n’étaient pas franchement en faveur de l’efficacité des mesures d’éviction en matière d’allergie aux acariens.

En ce sens, cette étude est assez représentative ! Nous ne savons rien de l’histoire clinique des sujets, ni de leurs conditions d’exposition et l’appréciation de l’efficacité n’a été significative que sur un questionnaire ; les deux autres critères retenus, plus objectifs (débit de pointe et ECP) n’ont montré aucune différence.

Il est classiquement admis que la seule utilisation de housses de literie n’entraîne pas d’amélioration significative.

L’efficacité clinique des mesures d’éviction des allergènes des acariens a été retrouvée dans les études où des mesures globales ont été prises avec un suivi de plus de 6 mois.

Toutefois, on ne sait toujours pas reconnaître les patients « répondeurs » à de telles mesures.

En pratique, rappelons le site Internet http://www.conseilhabitatsante.com/, animé par le Pr Denis Charpin, ainsi que les travaux essentiels publiés sur la question par le Pr de Blay de Strasbourg.