Les asthmatiques peuvent se traiter au pif !

mardi 13 février 2007 par Dr Philippe Carré1294 visites

Accueil du site > Maladies > Rhinites > Les asthmatiques peuvent se traiter au pif !

Les asthmatiques peuvent se traiter au pif !

Les asthmatiques peuvent se traiter au pif !

mardi 13 février 2007, par Dr Philippe Carré

Rhinite allergique et asthme sont souvent associés, obligeant à prescrire des médicaments à tropisme nasal et bronchique. Des travaux ont montré qu’il existait un continuum anatomique et physiologique entre nez et bronches. Les auteurs ont étudié l’effet d’un corticoïde inhalé nasal sur le contrôle de la rhinite et de l’asthme.

Obtention d’un contrôle concomitant de la rhinite allergique et de l’asthme avec un corticoïde inhalé par voie nasale. : P. Camargos11Paediatric Pulmonology Unit, University Hospital, Federal University of Minas Gerais, Belo Horizonte, C. Ibiapina11Paediatric Pulmonology Unit, University Hospital, Federal University of Minas Gerais, Belo Horizonte, L. Lasmar11Paediatric Pulmonology Unit, University Hospital, Federal University of Minas Gerais, Belo Horizonte, A. A. Cruz22Program for Control of Asthma and Allergic Rhinitis in Bahia (ProAR), Federal University of Bahia School of Medicine, Salvador, Brazil

dans Allergy 62 (3), 310-316.

- Contexte

  • La rhinite allergique (RA) et l’asthme coexistent fréquemment, et un double traitement est recommandé, associant des corticostéroïdes inhalés (CSI) topiques par voie nasale et orale

- But de l’étude

  • Mettre en évidence l’efficacité d’un CSI par voie nasale visant à un contrôle concomitant de la RA et de l’asthme

- Méthodes

  • Un essai contrôlé a été conduit dans un groupe de 60 patients avec un asthme et une RA, âgés de 6 à 18 ans, qui étaient randomisés en deux groupes
  • Pendant 8 semaines, le groupe expérimental (30 patients) recevait exclusivement du propionate de fluticasone HFA (PF-HFA) inhalé par voie nasale, la bouche fermée, par le biais d’une chambre d’inhalation à grand volume rattachée à un masque facial
  • Le groupe comparatif (30 patients) recevait un spray nasal de sérum isotonique avec une inhalation buccale de PF-HFA, par le biais d’une pièce buccale rattachée à la même chambre d’inhalation
  • Les scores cliniques de RA et d’asthme, ainsi que les résultats de la mesure des débits nasaux inspiratoires (DNI) et de la spiromètrie étaient recueillis en aveugle

- Résultats

  • Il y avait une amélioration significative dans les scores de RA et du DNI dans le groupe expérimental (p<0.001) jusqu’à la semaine 8, où était observée une aggravation après arrêt de l’expérimentation
  • Les scores de symptômes d’asthme, le VEMS et les débits médians n’étaient pas statistiquement différents entre les 2 groupes, que ce soit à la visite initiale ou lors des visites de suivi (p>0.20)
  • Le VEMS avant broncho-dilatateur s’améliorait de 10% dans les 2 groupes, lorsque l’on comparait les valeurs à l’inclusion et celles obtenues à la fin de l’étude

- Conclusions

  • Ces résultats suggèrent que le PF-HFA inhalé par voie nasale à travers une chambre d’inhalation peut contrôler la RA et l’asthme chez des enfants et des adolescents
  • Cette approche peur entraîner une meilleure compliance, des coûts plus bas, et des effets secondaires moins fréquents.

Deux groupes de 30 enfants et adolescents, porteurs d’une RA et d’un asthme, ont été randomisés pour recevoir du PF-HFA inhalé, soit par voie nasale (groupe nasal), soit par voie buccale (groupe buccal) associé à un spray nasal de sérum isotonique, pendant 8 semaines.

Le PF-HFA était administré dans les deux cas par l’intermédiaire d’un masque facial relié à une chambre d’inhalation, le groupe nasal respirant bouche fermée.

Ont été comparés les scores cliniques de RA et d’asthme, ainsi que le résultat des DNI et de la spiromètrie :
- il y avait une amélioration significative des scores de RA et des DNI dans le groupe nasal pendant les 8 semaines, avec aggravation à l’arrêt
- les scores d’asthme et la spiromètrie étaient identiques dans les 2 groupes tout au long de l’étude
- le VEMS pré-bronchodilatation s’améliorait de 10% dans les deux groupes entre l’inclusion et la fin de l’étude.

Les auteurs concluent que :
- le PF-HFA inhalé par voie nasale avec une chambre d’inhalation permet de contrôler, chez des enfants et des adolescents, non seulement la RA mais aussi l’asthme
- ce qui permettrait en pratique courante une meilleure compliance thérapeutique et une réduction des coûts et des effets secondaires du traitement.

Cette étude confirme certaines données de la littérature sur l’amélioration possible des manifestations cliniques et fonctionnelles de l’asthme, par la corticothérapie inhalée par voie nasale chez des sujets ayant une RA et un asthme. Elle confirme ainsi les liens étroits entre les muqueuses nasale et bronchique et renforce le concept uniciste de maladie rhino-bronchique.

Mais le degré d’amélioration de l’asthme reste très variable d’une étude à l’autre, et il n’y a pas de recommandation consensuelle à cet égard.

Reste à prouver que la compliance serait meilleure avec l’utilisation, dans cette tranche d’âge, d’une chambre et d’un masque facial, qui représentent une certaine contrainte ; des travaux antérieurs ont donné des résultats proches avec des aérosols doseurs standard, d’utilisation plus simple par voie nasale.

On peut rappeler aussi qu’il existe une autre thérapeutique disponible pour la prise en charge globale et le contrôle de la maladie allergique à tropisme nasal et bronchique, à savoir l’immunothérapie spécifique, mais qui sort du cadre de cette étude.