Sésame est pareil, donc ça change.

lundi 19 mars 2007 par Dr Hervé Couteaux2934 visites

Accueil du site > Allergènes > Alimentaires > Sésame est pareil, donc ça change.

Sésame est pareil, donc ça change.

Sésame est pareil, donc ça change.

lundi 19 mars 2007, par Dr Hervé Couteaux

En pleine mutation, les allergies alimentaires de l’enfant n’ont pas encore livré tous leurs secrets. Sans avoir la gravité de l’allergie à l’arachide, l’allergie au sésame, fille naturelle des fast-foods (?) est plutôt précoce, sévère, et n’est pas encore parfaitement connue : elle mérite bien le feu des projecteurs !

Sensibilisation et allergie alimentaire au sésame chez l’enfant : histoire naturelle et suivi à long terme. : i Cohen, Michael Goldberg, Batia Levy, Moshe Leshno, Yitzhak Katz

The Allergy and Clinical Immunology Institute, Assaf Harofeh Medical Center, Zerifin, affiliated to the Sackler Faculty of Medicine, Tel Aviv University, Tel Aviv, Israel ; The Faculty of Management and Sackler Faculty of Medicine, Tel Aviv University, Tel Aviv, Israel

dans Pediatric Allergy and Immunology (OnlineEarly Articles).
doi:10.1111/j.1399-3038.2006.00506.x

- Contexte :

  • L’allergie alimentaire au sésame (AAS) chez l’enfant est de plus en plus identifiée dans beaucoup de pays.

- Objectif :

  • Notre objectif était de décrire le cours et l’histoire naturelle de l’AAS.

- Méthodes :

  • 74 patients sensibilisés au sésame ont été évalués en utilisant des données cliniques, des questionnaires, des tests cutanés (SPT), des tests IgE in vitro, et des tests de provocation oraux (TPO) et classés par catégorie dans trois groupes :
    • groupe A : patients qui ont présenté une réaction allergique après ingestion d’aliments contenant du sésame (n = 45)
    • groupe B : patients évalués pour dermatite atopique ayant des SPT positifs pour le sésame (n = 11)
      -**groupe C : patients présentant une sensibilisation au sésame (n = 18).
  • Les patients du groupe A ont été suivis en moyenne pendant six/sept ans.

- Résultats :

  • L’analyse de nos résultats a indiqué que 76% des patients du groupe A présentaient une allergie au sésame à l’âge de 2 ans.
  • L’âge médian au début de l’allergie pour ces patients était de 1 an.
  • La réaction immédiate à une quantité minimale de sésame était caractéristique.
  • La peau était l’organe le plus fréquent d’expression de l’allergie, suivi des systèmes respiratoires et gastro-intestinaux.
  • La tolérance s’est développée pour seulement 20% des patients.
  • La présence d’IgE spécifiques élevées (>0.15 unité internationale) a été démontré seulement chez 75% de ceux pour lesquels elle a été recherchée.
  • 16 patients ont subi un TPO au sésame qui a été trouvé positif dans 88%.
  • Aucune corrélation n’a été trouvée entre la taille du SPT, le niveau des anticorps in vitro d’IgE vis-à-vis du sésame, les résultats des TPO, et le développement de la tolérance au sésame.

- Conclusion :

  • En conclusion, l’allergie alimentaire au sésame tend à apparaître tôt dans la vie, mais à la différence de l’allergie au lait de vache et des oeufs, persiste dans 80% des cas.
  • Des réactions cliniques typiques combinées avec des SPT positifs pour le sésame sont fiables pour le diagnostic.

L’allergie alimentaire au sésame apparaît précocement dans la vie mais a tendance à persister dans environ 80% des cas.

La démarche diagnostique est classique, associant les données cliniques (réaction immédiate pour des quantités minimes, fréquence des atteintes cutanées) et les tests cutanés.

Le Sésame, Sesamum indicum L. appartient à la famille des Pédaliacées. C’est une plante annuelle herbacée des pays tropicaux et sub-tropicaux, à tige dressée unique, pouvant mesurer jusqu’à 1,50 mètre.

C’est une plante oléagineuse cultivée depuis trois mill ans dont le fruit est une capsule qui contient de nombreuses graines aplaties d’environ 3mm, de couleur jaune pâle à brun.

Actuellement, elle est essentiellement cultivée en Inde, Chine et Corée.

Les allergènes du sésame : Ses i 1 et Ses i 2, appartenant à la famille des 2S albumine, Ses i 3, une 7S viciline-like globuline et Ses i 4 et Ses i 5, des Oléosines, Ses i 6 et Ses i 7, deux 11S globulines, et Ses i profiline.

Il faut noter que le caractère non raffiné de l’huile de sésame entraîne la présence de protéines et donc une allergènicité certaine de cette huile.

La dose déclenchante est parfois très faible ; de simples traces peuvent suffire.

Les allergies associées concernent les fruits à coque (noix du Brésil en particulier) et l’arachide.

Selon allergome, les seules réactivités croisées documentées concernent Ses i profilin et Lol p 12, la profiline de l’ivraie.

Cliniquement, la sévérité de cette allergie peut se traduire par des chocs anaphylactiques, concernant plutôt les adultes jeunes et les adolescents que les enfants. Rappelons qu’un TPO peut s’envisager devant une histoire clinique évocatrice et un bilan négatif et qu’il est contre indiqué en cas d’antécédent de choc anaphylactique.

En pratique, il existe des faux négatifs pour les prick tests réalisés avec les extraits commerciaux et les tests IgE ont une sensibilité médiocre en CAP system : la conséquence en est un nombre élevé de faux négatifs au final.

Réglementairement la présence de sésame dans un aliment devra être indiquée par l’étiquetage.