Anaphylaxie en pédiatrie : ADRÉNALINE !

mardi 4 septembre 2007 par Dr Alain Thillay2541 visites

Accueil du site > Maladies > Urgences > Anaphylaxie en pédiatrie : ADRÉNALINE !

Anaphylaxie en pédiatrie : ADRÉNALINE !

Anaphylaxie en pédiatrie : ADRÉNALINE !

mardi 4 septembre 2007, par Dr Alain Thillay

En Europe, il est bien établi que l’adrénaline est le traitement de première intention de la réaction anaphylactique chez l’enfant. Pourtant, nombre de pays européens n’ont toujours pas de directives précises concernant la prise en charge de l’anaphylaxie pédiatrique. Cette présentation de position émanant de l’EAACI fait le point de la situation et évoque l’avenir.

Gestion de l’anaphylaxie chez l’enfant : présentation de position de l’Académie européenne d’allergologie et d’immunologie clinique. : A. Muraro, G. Roberts, A. Clark, P. A. Eigenmann, S. Halken, G. Lack, A. Moneret-Vautrin, B. Niggemann, F. Rancé, EAACI Task Force on Anaphylaxis in Children

1Centre for Food Allergy Diagnosis and Treatment Veneto Region, Department of Pediatrics, University of Padua, Padua, Italy ; 2David Hide Asthma and Allergy Research Centre, Isle of Wight and University of Southampton, UK ; 3Department of Allergy, Addenbrookes NHS Foundation Trust, Cambridge, UK ; 4Pediatric Allergy Unit, University Children’s Hospital, Geneva, Switzerland ; 5Department of Pediatrics, Odense University Hospital, Denmark ; 6Paediatric Unit, St Thomas’s Hospital, London, UK ; 7Service de Médecine Interne, Immunologie Clinique et Allergologie, Hôpital Central, Nancy, France ; 8Department of Pediatrics, Pneumology and Immunology, University Children’s Hospital Charité, Berlin, Germany ; 9Unité d’Allergologie et de le Pneumologie Pédiatriques, Hôpital des Enfants, Toulouse, France

dans Allergy
Volume 62 Issue 8 Page 857-871, August 2007

L’anaphylaxie est une urgence clinique pédiatrique croissante qu’il était difficile de diagnostiquer jusqu’à récemment du fait d’un manque de consensus de définition.

Nombre de pays européens n’ont aucune directive spécifique pour l’anaphylaxie.

Cette présentation de position préparée par le groupe de travail de l’EAACI sur l’anaphylaxie chez l’enfant a pour but de fournir des directives pratiques pour la gestion de l’anaphylaxie en se basant sur le nombre limité de preuves disponibles.

- L’adrénaline intramusculaire est la thérapie de première intention reconnue pour l’anaphylaxie, à l’hôpital et en ambulatoire, et devrait être administrée dès que la condition est identifiée.
- Les thérapies additionnelles telles que le remplissage vasculaire, les nébulisations de bronchodilatateurs, les antihistaminiques ou les corticostéroïdes complètent l’action de l’adrénaline.
- Il n’y a aucune contre-indication absolue à l’administration de l’adrénaline chez l’enfant.
- L’évaluation de l’allergie est obligatoire chez tous les enfants ayant des antécédents d’anaphylaxie parce qu’il est essentiel d’identifier et d’éviter l’allergène afin de ne pas voir sa répétition.
- Un plan de gestion de l’anaphylaxie est nécessaire, basé sur une évaluation des risques individuels, qui sont influencés par les réactions allergiques antérieures subies par l’enfant, ses conditions médicales et sociales.
- Des partenariats de collaboration devraient être établis, impliquant le personnel des écoles, les professionnels de santé et les associations de patients.

- Les indications absolues pour prescrire l’adrénaline auto-injectable sont

  • les antécédents de réactions cardiorespiratoires,
  • l’anaphylaxie induite par l’effort,
  • les anaphylaxies idiopathiques et
  • l’asthme persistant avec l’allergie alimentaire.

- Les indications relatives incluent

  • l’allergie à l’arachide ou autres fruits à coque,
  • les réactions à de petites quantités d’un aliment donné,
  • l’allergie alimentaire chez l’adolescent et
  • le fait de vivre loin d’un service médical.

On s’attend à ce que la création de bases de données nationales et européennes produise des données de meilleure qualité et aide à développer une approche par étapes pour une meilleure gestion de l’anaphylaxie pédiatrique.


Cette publication émane d’un groupe de travail de l’EAACI réunissant les plus grands talents de l’anaphylaxie pédiatrique dont, pour la France, A. Moneret-Vautrin et F. Rancé.

Le but de ce groupe de travail étant de dégager un guide pratique le plus simple possible pour la prise en charge de la réaction anaphylactique chez l’enfant, le constat a été de noter qu’en fait peu de données véritablement exploitables sont disponibles dans les différents pays de l’Europe.

Toutefois, quelques grandes lignes se dégagent, chez l’enfant : le traitement de première intention de l’anaphylaxie est l’adrénaline intramusculaire sans contre-indication absolue. Les autres thérapeutiques ne sont à considérer qu’ensuite.

Il est rappelé que tout enfant ayant eu une réaction anaphylactique doit faire l’objet d’une exploration allergologique minutieuse afin de déterminer l’allergène responsable pour en pratiquer l’éviction et prévenir ainsi les réactions ultérieures.

Pour cela, l’établissement de la gestion de la réaction anaphylactique se fera sous forme écrite et communiquée à toutes les personnes entourant l’enfant : membres de la famille, médecin de famille, médecin de l’Education Nationale, personnels de l’Education Nationale ou tout autre personnel de collectivité pouvant recevoir l’enfant.

Je ne reviendrai pas sur les indications de prescription de l’adrénaline qui sont bien précisées et classiques.

Le groupe de travail préconise la création dans tous les pays européens d’une base de données des réactions anaphylactiques chez l’enfant afin d’obtenir des données plus pertinentes, ce qui débouchera sur la création d’outils de prise en charge de cette pathologie de meilleure qualité.

En France, la création du PAI a permis de faire comprendre à tous les acteurs de la santé l’importance de la prise en charge de la réaction anaphylactique. Le protocole d’intervention en cas d’urgence le formalise.

On se rappellera qu’en la matière, il vaut mieux une adrénaline de trop qu’une adrénaline de moins.