Un nouveau risque intérieur : les phtalates. Damned !!

jeudi 13 décembre 2007 par Dr Stéphane Guez3084 visites

Accueil du site > Sciences > Environnement > Un nouveau risque intérieur : les phtalates. Damned !!

Un nouveau risque intérieur : les phtalates. Damned !!

Un nouveau risque intérieur : les phtalates. Damned !!

jeudi 13 décembre 2007, par Dr Stéphane Guez

Le risque allergique augmente avec un lien certain avec l’environnement. Mais il semble que la pollution intérieure soit plus nocive que la pollution extérieure à l’habitat. Parmi ces polluants intérieurs, il en existe une classe potentiellement dangereuse : les phtalates. Mais y ‘en a-t-il réellement dans les habitats ?

Niveaux de phtalate de l’air intérieur en Norvège et taille des particules. : Rakkestad KE, Dye CJ, Yttri KE, Holme JA, Hongslo JK, Schwarze PE, Becher R.

Norwegian Institute of Public Health, Division of Environmental Medicine, Department of Air Pollution and Noise, P. O. Box 4404 Nydalen, N-0403, Oslo, Norway. kirsten.eline.rakkestad@fhi.no.

dans Environ Monit. 2007 Dec ;9(12):1419-25. Epub 2007 Sep 7.

- Introduction :

  • Les phtalates (PH) sont trouvés dans de nombreux produits de consommation, incluant du matériel d’intérieur comme le chlorure de polyvinyle (PVC).
  • Plusieurs études ont identifié les PH dans l’air intérieur.
  • Une étude cas témoins récente a démontré l’association entre les symptômes allergiques chez les enfants et la concentration en PH dans la poussière collectée dans leurs habitats

- Matériel et méthode :

  • Ici, les auteurs ont analysé le contenu de PH sélectionnés dans les particules de matières (PM) : des échantillons filtrés de PM (10) et PM (2.5) ont été recueillis dans 14 environnements intérieurs différents.

- Résultats :

  • Les résultats montrent la présence de PH di-n-butyle (DBP) et dicyclohexyl (DCHP) et diethyl hexyl (DEHP) dans les échantillons.
  • Le PH dominant, à la fois dans les échantillons PM (10) et PM (2.5) et dans tous les endroits sont le DBP.
  • Une variation d’un facteur de plus de 10 fois la concentration moyenne des PH est observée entre les échantillons des différents sites.
  • Les taux les plus hauts de PH ont été détectés dans la chambre d’un enfant, dans un jardin d’enfants et dans 2 écoles primaires, ainsi que dans une salle d’informatique.
  • La contribution relative des PH totaux dans les échantillons PM(10) et PM (2.5) était de 1.1 +/- 0.3%.pour les 2 tailles de particule.
  • La contribution des PH totaux dans PM (2 .5) aux PH totaux dans PM (10) allait de 23 à 81% suggérant différentes sources.
  • Parmi les PH qui ont été analysés dans le matériel PM, le DBP a été repéré comme la source majeure de PH dans le caoutchouc des roues de voitures.
  • Cependant cette analyse indique que le type de pneus est d’importance mineure pour les taux intérieurs aussi bien des DBP que des PH totaux.

- Conclusion :

  • Cette étude laisse à penser que l’inhalation des particules intérieures contribue à l’exposition totale aux PH.

Dans ce travail, les auteurs montrent qu’à l’intérieur des habitats il existe une forte exposition respiratoire aux phtalates.

Ceux-ci sont liés aux particules de poussières de différentes tailles avec une présence dans les endroits où vivent des enfants. Les sources sont nombreuses en particulier en provenance des meubles.

Les phtalates sont des composés avec un noyau benzénique qui ont une affinité importante pour les graisses.

Ils sont utilisés depuis une cinquantaine d’années en particulier dans tous les dérivés du plastique pour les assouplir. On les retrouve donc jusque dans les emballages alimentaires et autres films de protection fraîcheur.

En dehors du risque cancérigène, il pourrait exister un risque allergique mais qui demande à être confirmé.

L’originalité de cette étude est de prouver que contrairement à une idée établie, il y a bien inhalation de phtalates dans l’habitat par le biais de l’inhalation de particules de poussières qui lient ces produits.

Il est vraisemblable que dans les années à venir, les risques de pollution intérieure vont être l’objet de nombreux débats et vont nécessiter des mesures aussi importantes que celles prises pour limiter la pollution de l’air extérieur.