Coquillages et crustacées : on connaît la chanson, mais mal !

mercredi 22 octobre 2008 par Dr Hervé Couteaux1924 visites

Accueil du site > Allergènes > Alimentaires > Coquillages et crustacées : on connaît la chanson, mais mal !

Coquillages et crustacées : on connaît la chanson, mais mal !

Coquillages et crustacées : on connaît la chanson, mais mal !

mercredi 22 octobre 2008, par Dr Hervé Couteaux

La fréquence des tests cutanés positifs et le caractère persistant des allergies à la crevette suffiraient à justifier l’intérêt de cette question en allergologie. Malheureusement les crevettes comportent une multitude d’espèces différentes et les allergènes de ces espèces sont encore peu connus.

Une chaine légère de myosine (Lit v 3) : un nouvel allergène de crevette. : Rosalía Ayuso, MD, PhDa, Galina Grishina, MSa, Ludmilla Bardina, MSa, Teresa Carrillo, MD, PhDb, Carlos Blanco, MD, PhDc, María Dolores Ibáñez, MD, PhDd, Hugh A. Sampson, MDa, Kirsten Beyer, MDe

a Division of Allergy and Immunology and the Jaffe Food Allergy Research Institute, Mount Sinai School of Medicine, New York, NY
b Section of Allergy and Respiratory Diseases, Hospital Universitario Dr. Negrín, Las Palmas de Gran Canaria, Spain
c Section of Allergy, Hospital Universitario de la Princesa, Madrid, Spain
d Pediatric Allergy, Hospital del Niño Jesús, Madrid, Spain
e Department of Pediatric Pneumology and Immunology, University Children’s Hospital Charité, Berlin, Germany

dans JACI Volume 122, Issue 4, Pages 795-802

- Contexte :

  • L’allergie aux fruits de mer est fréquente et ce trouble de longue durée persiste habituellement tout au long de la vie.
  • Peu d’options sont disponibles pour le traitement et la prévention est la seule thérapie recommandée.

- Objectif :

  • Nous avons cherché à identifier des allergènes de crustacés pouvant être utilisés de façon pertinente comme agents diagnostiques et immuno-thérapeutiques pour les sujets allergiques aux fruits de mer.

- Méthode :

  • Trente-huit patients ont été sélectionnés sur la base de réactions allergiques immédiates aux crevettes et de niveaux croissants d’IgE sériques spécifiques.
  • Les électrophorèses d’extraits de crevette à une et à deux dimensions ont été suivies par IgE immunoblotting.
  • L’identification des protéines a été faite par spectrométrie de masse matricielle avec désorption-ionisation assistée par laser et séquençage Edman.
  • Une banque d’ADNc a été produite à partir de crevettes blanches du Pacifique (Litopenaeus vannamei) et screenée avec les amorces conçues sur la base de séquences internes obtenues à partir de digestats tryptiques en deux dimensions.
  • Des clones d’ADNc de pleine longueur ont été isolés à partir de la bibliothèque et séquencés.
  • Une protéine recombinante a été exprimée et testée avec des sérums de sujets allergiques aux crevettes.

- Résultats :

  • L’immunoblotting a mis en évidence une liaison IgE à une protéine de 20kDa par 21 des 38 sera (55%).
  • La digestion tryptique de la protéine suivie d’une spectrométrie de masse complétée par des techniques de désorption/ionisation et séquençage a identifié cette protéine comme une chaine légère de myosine (MLC).
  • Le screening de la librairie d’ADNc de crevette a abouti à l’isolement d’une nouvelle protéine d’ADNc.
  • Une traduction d’un tableau de lecture ouverte a fourni la séquence d’acides aminés d’une nouvelle protéine allergénique de crevettes avec une grande similitude avec Bla g 8 (MLC de blatte).
  • La protéine recombinante a été reconnue par 17 patients, confirmant l’allergénicité de la MLC de crevette.

- Conclusion :

  • Nous avons identifié et cloné un nouvel allergène majeur de crevette, Lit v 3.0101, une protéine MLC.

Du nouveau dans les allergènes de crevette : Lit v 3, une chaine légère de myosine, a été identifié et cloné.

Ce qu’on appelle communément « crevette » est loin d’être représenté par une seule espèce.

Plusieurs dizaines d’espèces correspondent à ce vocable dont 14 environ ont, pour le moment, fait l’objet d’études immuno-allergologiques.

Cette étude ne concerne pas « les » crevettes, mais une espèce particulière, la Crevette à pattes blanches, Litopenaeus vannamei.

Au centre de réactivités croisées nombreuses concernant d’autres crustacées, les blattes, les acariens, le calmar, les chironomes, et plusieurs mollusques, il serait tout à fait important de connaître les allergènes homologues à l’origine de ces réactivités croisées.

Longtemps soupçonnées d’être en grande partie à l’origine de ce nœud de réactivités croisées, les tropomyosines n’ont pas confirmé cette hypothèse et l’on sait désormais qu’il faut envisager d’autres familles de protéines.

Les auteurs de cette étude soulignent d’ailleurs l’homologie constatée entre Lit v 3 et Bla g 8, deux chaines légères de myosine.

Pour ceux de nos lecteurs qui fréquentent le site Allerdata.com, signalons que cette étude, publiée le 29 Aout 2008, a déjà été prise en compte par ce site : Lit v 3 figure dans la liste des allergènes caractérisés pour la crevette à pattes blanches, Litopenaeus vannamei.