Les probiotiques sont les premiers vaccins du nourrisson, Etonnant, non ?

jeudi 30 octobre 2008 par Dr Gérald Gay2991 visites

Accueil du site > Maladies > Eczéma > Les probiotiques sont les premiers vaccins du nourrisson, Etonnant, non (...)

Les probiotiques sont les premiers vaccins du nourrisson, Etonnant, non ?

Les probiotiques sont les premiers vaccins du nourrisson, Etonnant, non ?

jeudi 30 octobre 2008, par Dr Gérald Gay

L’équilibre de notre flore intestinale est indispensable pour notre santé, notamment par l’action régulatrice qu’elle exerce sur notre immunité. Cette étude prouve l’action d’un probiotique qui diminue le risque d’eczéma chez le jeune enfant : voilà de bons conseils à donner à nos patientes enceintes…

Prévention de l’eczéma et de l’atopie par deux probiotiques : résultats d’une étude randomisée, en double aveugle, versus placebo. : Kristin Wickens, PhDaCorresponding Author Informationemail address, Peter N. Black, FRACPe, Thorsten V. Stanley, FRCPb, Edwin Mitchell, FRACP, DScf, Penny Fitzharris, FRACPg, Gerald W. Tannock, PhDd, Gordon Purdie, BScc, Julian Crane, FRACPa, Probiotic Study Group

a Wellington Asthma Research Group, Wellington School of Medicine and Health Sciences, University of Otago, Wellington, New Zealand
b Department of Paediatrics, Wellington School of Medicine and Health Sciences, University of Otago, Wellington, New Zealand
c Department of Public Health, Wellington School of Medicine and Health Sciences, University of Otago, Wellington, New Zealand
d Department of Microbiology and Immunology, University of Otago, Wellington, New Zealand
e Department of Pharmacology and Clinical Pharmacology, University of Auckland, Auckland, New Zealand
f Department of Paediatrics, University of Auckland, Auckland, New Zealand
g Immunology Department, Auckland Hospital, Auckland, New Zealand

dans JACI Volume 122, Issue 4, Pages 788-794 (October 2008)

Le rôle des probiotiques dans la prévention des maladies allergiques n’est pas formellement établi, bien que des publications précédentes aient annoncé la division par deux du risque d’eczéma à l’âge de 2 ans à l’aide de Lactobacillus GG.

- Objectif :

  • Évaluer si la prise de probiotiques dans la petite enfance permet de réduire le risque d’apparition d’un eczéma et du développement d’un terrain atopique à l’âge de 2 ans.

- Méthodes :

  • Notre étude, réalisée en double aveugle, contre placebo, a concerné des nourrissons à risque d’allergie (NDT : il n’y a pas plus de précision dans l’abstract original sur ce que les auteurs entendent par « nourrissons à risque d’allergie »).
  • Des femmes enceintes ont été randomisées en 3 groupes pour recevoir soit du Lactobacillus rhamnosus HN001 (LR), soit la sous-espèce lactis du Bifidobacterium animalis HN019 (BA), soit un placebo.
  • Les prises étaient quotidiennes, s’étalant de la 37ème semaine d’aménorrhée jusqu’au 6ème mois après la naissance en cas d’allaitement maternel.
  • Les 474 nourrissons de l’étude, quant à eux, recevaient le même traitement que leur mère, du jour de la naissance jusqu’à l’âge de 2 ans.
  • La fréquence de l’eczéma et du développement d’une atopie ont été mesurées à l’âge de 2 ans.
  • Le développement d’une atopie est établi par la positivité des prick-tests aux allergènes courants.

- Résultats :
-* Les nourrissons ayant reçu le LR ont une baisse significative (p=0,01) du risque de présenter un eczéma par rapport au groupe placebo (risque relatif –RR- de 51% avec un intervalle de confiance (IC) de 95% pour des valeurs de RR entre 30% et 85%.

  • Les nourrissons ayant reçu le BA ne présentent aucune différence du risque de présenter un eczéma par rapport au groupe placebo (risque relatif –RR- de 90% avec un IC de 95% pour des valeurs de RR entre 58% et 141%.
  • Il n’y a eu aucun bénéfice du LR ni du BA sur l’apparition d’une atopie (RR respectifs de 74% et 82%).
  • On retrouve des traces de LR dans les selles de 71,5% des nourrissons à l’âge de 3 mois, mais la BA dans seulement 22,6% de celles-ci.
  • En revanche, cette détection est comparable à l’âge de 2 ans.

- Conclusions :
-* Nous avons trouvé que la supplémentation en Lactobacillus rhamnosus diminue significativement le risque d’eczéma à l’âge de 2 ans, mais pas celui de développement d’un terrain atopique.

  • Des recherches complémentaires sont nécessaires pour comprendre comment le Lactobacille prévient l’apparition de l’eczéma.

L’intestin est le premier système de défense de l’organisme contre les agresseurs extérieurs, et il se défend avec ses tripes.

Pour se protéger, il bricole deux barrages qui tapissent sa paroi sur toute sa longueur : le mucus, qui enduit l’épithélium et évite le contact direct avec les microorganismes, et le système immunitaire intestinal, le GALT (Gut Associated Lymphoid Tissue).

Vu le nombre considérable de cellules immunes en activité dans la muqueuse intestinale (2 fois plus que dans le compartiment systémique !), ce noble viscère est considéré comme le premier organe lymphoïde de l’organisme.

Les fonctions du système immunitaire intestinal sont apparemment contradictoires.

L’une, la tolérance induite par voie orale, est d’empêcher le développement de réponses immunes contre les protéines étrangères à l’organisme que sont les protéines alimentaires et bactériennes présentes en permanence dans le tube digestif.

Si le GALT ne fait pas suffisamment preuve d’indulgence à leur égard, on peut voir apparaître des réactions d’hypersensibilité alimentaire, et des réactions inflammatoires exagérées de l’appareil digestif, comme la maladie de Crohn ou la recto-colite hémorragique.

L’autre fonction du GALT, est, au contraire, de développer des réponses immunes protectrices contre les bactéries opportunistes entéropathogènes (Rotavirus, salmonelles,…), par la synthèse, en particulier, d’anticorps IgA, parfaitement adaptés au milieu intestinal.

Comment a-t-on pu ne pas y penser plus tôt ? Le bénéfice décrit dans cette étude aurait dû nous sauter aux yeux : si les antibiotiques, comme on le sait depuis longtemps, sont défavorables aux défenses immunitaires intestinales, il est logique de penser que les probiotiques vont au contraire stimuler celles-ci dans le bon sens.

Bon sang, mais c’est bien sûr ! (bruit de mon poing dans la paume de l’autre main).