Les profilines, mise au point sur un sujet un peu flou.

lundi 17 novembre 2008 par Dr Hervé Couteaux1564 visites

Accueil du site > Allergènes > Aériens > Pollens > Les profilines, mise au point sur un sujet un peu flou.

Les profilines, mise au point sur un sujet un peu flou.

Les profilines, mise au point sur un sujet un peu flou.

lundi 17 novembre 2008, par Dr Hervé Couteaux

Type même des panallergènes, les profilines sont des allergènes largement répandus dans le monde végétal. Leur fonction physiologique leur a valu d’être des protéines hautement conservées par l’évolution. Elles sont également fréquemment à l’origine de réactivités croisées ce qui explique l’intérêt qu’on peut leur porter…

La profiline du pollen d’olivier (l’allergène Ole e 2) est localisé dans des zones très actives du cytosquelette d’actine et est diffusée, in vitro, dans le milieu de culture au cours de la germination du pollen. : Morales S, Jiménez-López JC, Castro AJ, Rodríguez-García MI, Alché JD.

Department of Biochemistry, Cell and Molecular Biology of Plants, Estación Experimental del Zaidin. CSIC, Profesor Albareda, 1, 18008 Granada, Spain.

dans J Microsc. 2008 Aug ;231(2):332-41.

- Contexte :

  • Les allergènes des pollens offrent une double perspective d’étude : certains d’entre eux sont considérés comme des protéines clés de la physiologie des pollens, mais ils sont également capables de déclencher des symptômes allergiques chez certains sujets après contact tissulaire.

- Méthodes :

  • Une profiline (l’allergène Ole e 2) a été caractérisée, comme étant, dans une certaine mesure, l’un des allergènes majeurs du pollen d’olivier (Olea europaea), une espèce hautement allergisante dans les pays méditerranéens.
  • Afin d’obtenir des indices concernant le rôle biologique de cette protéine, nous avons analysé à la fois sa localisation cellulaire et l’organisation de l’actine pendant l’hydratation du pollen ainsi qu’au début de la germination du tube pollinique.

- Résultats :

  • La localisation des protéines étudiées a été visualisée par microscopie immunofluorescente avec balayage laser confocal, en utilisant différents anticorps.
  • Pendant l’hydratation et la germination du pollen, une présence massive de profiline a été détectée à proximité du site d’émergence du tube pollinique, formant une structure en anneau autour de la région aperturale « effective ».
  • Des profilines ont également été détectées au niveau de l’exine du grain de pollen en germination ainsi que dans le milieu de germination.
  • Après usage d’un protocole de perméabilisation améliorée en vue d’une immunolocalisation, des profilines ont également été localisées dans le cytoplasme du tube pollinique, en particulier au niveau des extrémités proximales et apicales.
  • Des accumulations d’actine ont été observées dans le cytoplasme du tube pollinique, notamment à la fois dans la région apicale et dans la zone immédiatement à proximité de l’aperture.
  • Des filaments d’actine n’ont pas été observés, probablement en raison de la nécessité de disposer de nouvelles procédures de renforcement de la fixation.

- Discussion :

  • La localisation ultra structurale des profilines a permis de mettre en évidence la présence de la protéine dans le cytoplasme à la fois du grain de pollen mature et du tube pollinique.
  • Les résultats indiqués ici peuvent être interprétés comme des signes d’une grande dissociation des complexes actine-profiline, d’une mobilisation des monomères d’actine, et, par conséquent, d’une intense activité du cytosquelette d’actine.

- Conclusion :

  • La libération importante des protéines allergéniques du grain de pollen dans l’environnement aqueux, comme cela est décrit ici pour les profilines, peut nous aider à comprendre les mécanismes par lesquels ces allergènes peuvent entrer en contact avec les muqueuses de l’homme, et, par voie de conséquence, le déclenchement des symptômes d’allergie.

Le titre de cette étude en résume bien les principaux résultats.

Présentes dans le cytoplasme du grain de pollen et dans le tube pollinique, les profilines sont relarguées dans le milieu quand le pollen est dans un environnement aqueux.

Rappel de physiologie :

  • Les filaments d’actine sont des polymères biologiques essentiels à l’intégrité architecturale cellulaire.
  • La croissance dynamique des filaments d’actine est responsable d’un grand nombre de processus biologiques, de la division à la migration cellulaire.
  • Les protéines de liaison de l’actine ou ABP (Actin Binding Protein) sont des protéines qui interviennent dans plusieurs processus (polymérisation, dépolymérisation, stabilisation, organisation...).
  • Ces protéines appartiennent au groupe des protéines de séquestration des monomères qui comprennent trois grandes familles : Thymosines, ADF / cofilines et profilines.
  • Les profilines régularisent la polymérisation de l’actine G.

Du point de vue allergologique :

Rappelons une étude intéressante de DUBOST R., RUET N. et DEVILLER P. qui a eu pour but d’établir l’incidence de la sensibilisation à la profiline chez des patients polliniques.

  • Sur 94 patients on a pu définir deux groupes :
    • un groupe « profiline », réactif à la profiline, ayant test cutané et IgE anti-profiline positifs, soit 31 patients,
    • et un groupe « négatif », non réactif à la profiline (test cutané et IgE anti-profiline négatifs), soit 41 patients.
  • Des résultats discordants ont été trouvés chez 22 patients.
  • Compte-tenu de ces deux groupes, la prévalence de la sensibilisation à la profiline dans cette étude est de 43%.
  • Une polysensibilisation pollinique (aux trois groupes de végétaux, arbres, herbacées et graminées) est plus fréquente dans le groupe profiline (64,5%) que dans le groupe négatif (12,5%).
  • Une polysensibilisation à des pollens et des aliments est aussi plus fréquente dans le groupe « profiline » (65,5%) que dans le groupe « négatif » (12,2%).

Quant à la pertinence des profilines en matière d’allergie clinique et non plus seulement en matière d’IgE-réactivité, le sujet fait toujours débat mais on semble dorénavant admettre que les profilines jouent effectivement un rôle en clinique, la symptomatologie qu’on peut leur imputer paraissant plutôt modérée.