Dis moi où tu habites et ce que tu manges et je te dirai à quoi tu es allergique !

vendredi 27 mars 2009 par Dr Hervé Couteaux946 visites

Accueil du site > Allergènes > Alimentaires > Dis moi où tu habites et ce que tu manges et je te dirai à quoi tu es (...)

Dis moi où tu habites et ce que tu manges et je te dirai à quoi tu es allergique !

Dis moi où tu habites et ce que tu manges et je te dirai à quoi tu es allergique !

vendredi 27 mars 2009, par Dr Hervé Couteaux

L’abord des allergies IgE-médiées a été révolutionné au niveau individuel par la prise en compte de la réactivité au niveau moléculaire, c’est-à-dire au niveau des allergènes. Les études épidémiologiques menées au niveau des allergènes nous fournissent des éléments irremplaçables pour l’appréciation des interactions entre allergènes, patients et expositions.

EpidemAAITO : Une étude multicentrique des caractéristiques de l’allergie alimentaire en Italie chez des adultes fréquentant des cliniques d’allergie. : R. Asero * , L. Antonicelli † , A. Arena ‡ , L. Bommarito § , B. Caruso ¶ , M. Crivellaro ∥ , M. De Carli ** , E. Della Torre †† , F. Della Torre †† , E. Heffler § , F. Lodi Rizzini ‡‡ , R. Longo §§ , G. Manzotti ¶¶ , M. Marcotulli ∥∥ , A. Melchiorre ∥∥ , P. Minale *** , P. Morandi ††† , B. Moreni ∥∥ , A. Moschella ‡‡‡ , F. Murzilli §§§ , F. Nebiolo § , M. Poppa ‡‡‡ , S. Randazzo ¶¶¶ , G. Rossi ∥∥∥ and G. E. Senna ∥

* Coordinator ; Ambulatorio di Allergologia, Clinica San Carlo, Paderno Dugnano (MI), Italy, † 2nd Coordinator ; Servizio di Allergologia, Ospedali Riuniti, Ancona, Italy, ‡ Ambulatorio Allergologia, Azienda Usl 5 di Messina, Italy, § Ambulatorio di Allergologia e Immunologia, AO Ordine Mauriziano, Torino, Italy, ¶ U.O. Allergologia, Azienda Ospedaliera, Verona, Italy, ∥ Servizio di Chimica Clinica ed Ematologia, Azienda Ospedaliera, Verona, Italy, ** Dipartimento di Medicina Interna, Az Ospedaliero-Universitaria Santa Maria della Misericordia, Udine, Italy, †† I.N.R.C.A.-I.R.C.C.S. U.O.C. Pneumologia generale, U.O. Allergologia, Casatenovo (LC), Italy, ‡‡ S.S.V.D. Allergologia – Spedali Civili, Brescia, Italy, §§ Azienda Sanitaria Provinciale, Vibo Valenzia, Italy, ¶¶ Az Ospedaliera, Treviglio (MI), Italy, ∥∥ UO Allergologia, A.O. Desenzano del Garda (BS), Italy, *** Dipartimento di Allergologia, Ospedale San Martino, Genova, Italy, ††† Ambulatorio di Allergologia AO Vimercate, Ospedale di Giussano (MI), Italy, ‡‡‡ ASL 14, Domodossola Verbania, Italy, §§§ UO Allergologia, Ospedale S.S. Filippo e Nicola, Avezzano (AQ), Italy, ¶¶¶ Ambulatorio di Allergologia, ASL 2, Caltanissetta, Italy and ∥∥∥ Ambulatorio Allergologico, AUSL Reggio Emilia, Italy

dans Clinical & Experimental Allergy
Volume 39 Issue 4, Pages 547 - 555

- Contexte :

  • Il n’y a pas d’études de prévalence des différents types d’allergies alimentaires chez l’adulte.

- Objectifs :

  • Définir la prévalence de l’allergie alimentaire IgE-médiée chez des adultes Italiens fréquentant des cliniques d’allergie et évaluer les différences possibles associés à la localisation géographique et/ou à des habitudes alimentaires.

- Méthodes :

  • Dix-sept cliniques d’allergie consultant en externe, éparpillées dans toute l’Italie ont participé à une étude multicentrique en 2007.
  • Le nombre de sujets atopiques et de patients présentant une allergie alimentaire ont été inclus selon des critères prédéfinis.
  • Les patients avec histoire d’allergie alimentaire sans équivoque, confirmée par prick test cutané positif, ont été inclus.

- Résultats :

  • 25601 sujets ont été examinés ; 12 739 (50%) étaient atopiques, et 1079 (8,5%) avaient des allergies alimentaires IgE-médiées.
  • 64% des patients étaient des femmes.
  • Globalement, l’allergie alimentaire la plus fréquente a été le syndrome pollens-aliments (55%), qui a été associé à des syndromes oraux dans 95% des cas, et dont la fréquence a diminué en allant vers le sud.
  • 45% des patients ont une allergie alimentaire de type 1, le plus souvent causée par des fruits et légumes (72%), et généralement associée à une histoire de symptômes systémiques.
  • Les allergies alimentaires de type 1 représentent 96% des allergies alimentaires dans le Sud.
  • La protéine de transfert des lipides (LTP) représentait 60% des sensibilisations et était à l’origine de la plupart des allergies alimentaires primaires en toutes zones.

- Conclusion :

  • Les aliments d’origine végétale représentaient la cause de la plupart des allergies alimentaires chez les adultes italiens.
  • Le syndrome pollens-aliments est le type le plus fréquent d’allergie alimentaire suivi par l’allergie aux LTP, dont la fréquence augmente vers le sud.
  • Le profil de l’allergie à certains aliments est clairement influencé par des caractéristiques géographiques telles que l’exposition aux pollens et les habitudes alimentaires.

En Italie, les aliments d’origine végétale sont la première cause d’allergie alimentaire chez l’adulte.

Au deuxième rang en fréquence pour les allergies alimentaires, viennent les allergies aux LTP.

Ces résultats globaux sont à nuancer selon les zones géographiques, d’une part en fonction de l’exposition pollinique et d’autre part, selon les habitudes alimentaires.

Plus on va vers le Sud de l’Italie moins il y a de pollens et plus les habitudes alimentaires exposent à une allergie aux LTP.

Rappelons les données du CICBAA (2005) pour la France :

  • Rosacées (27.3%),
  • latex (23%),
  • Apiacées (17.5),
  • fruits à coque (16%),
  • céréales (14.4%),
  • arachide(10.1%)…

On constate que les Rosacées occupent le premier rang, devant les aliments du groupe latex.

Les Rosacées peuvent faire partie d’un syndrome pollens-aliments tout comme ils peuvent être à l’origine d’une allergie aux LTP : c’est dire l’importance de raisonner dorénavant non seulement en terme de produits (traduisant l’exposition des patients) mais aussi en termes d’allergènes (traduisant le statut allergique des patients) afin d’améliorer non seulement le diagnostic mais aussi la prise en charge des allergies alimentaires en particulier et des allergies IgE-médiées en général.

En pratique, cela implique la mise en place d’études épidémiologiques multicentriques au niveau moléculaire qui, seules, peuvent permettre d’appréhender les interactions entre l’atopie des sujets, les différentes expositions et les allergènes en cause.

Même si l’Italie joue un rôle capital en allergologie moléculaire, notamment sous l’impulsion de Ricardo Asero (cf étude du jour) et d’Adriano Mari, L’Espagne est clairement en pointe dans ce genre d’étude, avec des résultats qui ne peuvent qu’être une source de motivation pour les équipes ayant les moyens de mettre en place de telles études : mais quelles sont ces équipes en France ?...