Les IgE soulagées : les peptides courts ne s’accrochent pas !

jeudi 10 septembre 2009 par Dr Hervé Couteaux1563 visites

Accueil du site > Sciences > Immunologie > Les IgE soulagées : les peptides courts ne s’accrochent pas !

Les IgE soulagées : les peptides courts ne s’accrochent pas !

Les IgE soulagées : les peptides courts ne s’accrochent pas !

jeudi 10 septembre 2009, par Dr Hervé Couteaux

Un allergène (définition WAO/EAACI), c’est donc un antigène capable de déclencher des manifestations allergiques. Tout ce qui conditionne cette réaction allergique et, en premier lieu les facteurs de la liaison allergène-IgE est un sujet d’étude de première importance en allergologie…

Pertinence de la liaison des IgE à des peptides courts pour l’activité allergénique d’allergènes alimentaires. : Melanie Albrecht, MSca, Yvonne Kühne, MSca, Barbara K. Ballmer-Weber, MDb, Wolf-Meinhard Becker, PhDc, Thomas Holzhauser, PhDa, Iris Lauer, PhDa, Andreas Reuter, PhDa, Stefanie Randowa, Sabine Falka, Andrea Wangorsch, BSca, Jonas Lidholm, PhDd, Gerald Reese, PhDa, Stefan Vieths, PhD

a Division of Allergology, Paul-Ehrlich-Institut, Langen, Germany

b Allergy Unit, Department of Dermatology, University Hospital Zürich, Zurich, Switzerland

c Leibniz-Center for Medicine and Biosciences, Research Center Borstel, Borstel, Germany

d Phadia AB, Uppsala, Sweden

dans JACI Volume 124, Issue 2, Pages 328-336.e6 (August 2009)

- Contexte :

  • L’analyse des liaisons entre anticorps IgE et épitopes fournit des informations pour :
    • le diagnostic d’allergie alimentaire
    • l’élaboration de candidats vaccins hypoallergéniques.
  • Mais la contribution des épitopes séquentiels aux liaisons IgE fonctionnellement pertinentes n’est pas entièrement comprise.

- Objectifs :

  • Nous avons cherché à étudier le rôle de peptides dans la liaison aux IgE, peptides décrits comme les séquences essentielles des épitopes dans la littérature traitant de la capacité de liaison des IgE à 2 allergènes alimentaires sélectionnés.

- Méthodes :

  • Des peptides (se liant aux IgE) des deux allergènes alimentaires Ara h 2 (arachide) et Pen a 1 (crevette) ont été identifiés.
  • Des peptides synthétiques solubles représentant les séquences identifiées ont été évaluées pour leur capacité à inhiber la liaison des IgE aux allergènes parents au moyen d’un test ELISA et d’un dosage de libération de médiateur.
  • Les capacités de liaison aux IgE du recombinant (non spatialement configuré) rAra h 2 a été analysée.
  • Une tropomyosine hybride portant les régions de Pen a 1 se liant aux IgE, greffées dans le contexte structurel de la tropomyosine non allergènique de souris a été soumise à des expériences d’inhibition par ELISA et analyse ImmunoCAP.

- Résultats :

  • Bien que les peptides (se liant aux IgE) représentant les sections des séquences d’allergènes ont été détectés, aucune capacité à inhiber la liaison des IgE à l’allergène parent en ELISA ou en test d’activation des basophiles n’a été observée. -*rAra h 2 non conformé a montré une diminution des capacités de liaison aux IgE par rapport aux rAra h 2 « conformés » et n’a pas réussi à déclencher la libération de médiateurs.
  • La tropomyosine hybride s’est moins liée aux IgE que rPen a 1 en analyse ImmunoCAP et a montré des capacités inhibitrices marginales.

- Conclusion :

  • Des peptides identifiés comme des séquences majeures d’épitopes de Pen a 1 et d’Ara h 2 montrent une faible participation à la liaison aux IgE des allergènes étudiés.

Des séquences d’acides aminées, considérées comme les parties essentielles d’épitopes de Pen a 1 et d’Ara h 2, n’ont eu qu’un rôle mineur en matière de liaison IgE.

Cette étude Allemande, sous l’égide du Paul-Ehrlich-Institut, s’est donc intéressée à un point très particulier de la réaction allergique, à savoir l’implication de fragments linéaires d’épitopes dans la liaison allergènes-IgE.

Ici comme ailleurs, les résultats de ces expérimentations indiquent que c’est la conformation des protéines (du moins celle des épitopes) qui joue un rôle majeur dans la liaison allergène-IgE et que l’identité de séquence seule ne garantit pas une identité de comportement lors des réactions immunitaires.

Bien évidemment ces conclusions, probablement valables pour ces deux allergènes (Pen a 1 et Ara h 2) ne sauraient être étendues aux plusieurs centaines d’allergènes identifiés à l’heure actuelle…

Quant aux applications pratiques, il n’en est pas fait mention, mais il serait peut être intéressant, par exemple dans l’optique de candidats vaccins hypoallergéniques, de savoir si l’activation des cellules T est maintenue ou non ?