Pique et pique et …atopique.

samedi 2 janvier 2010 par Dr Philippe Carré764 visites

Accueil du site > Allergènes > Venins > Pique et pique et …atopique.

Pique et pique et …atopique.

Pique et pique et …atopique.

samedi 2 janvier 2010, par Dr Philippe Carré

La question s’est toujours posée de savoir s’il existait des facteurs de risque pouvant prévoir la survenue et/ou la gravité de réactions allergiques aux piqûres d’insectes, et en particulier d’hyménoptères. Les auteurs ont étudié la relation entre l’existence d’une maladie atopique et les réactions après piqûres d’insectes chez l’enfant.

Augmentation de fréquence et plus grande sévérité des réactions allergiques aux piqûres d’insectes chez les enfants d’âge scolaire porteurs de maladies atopiques. : Yael Graif 1 , Orly Romano-Zelekha 2 , Irit Livne 3 , Manfred S. Green 2,4 and Tamy Shohat 4,5

1 Allergy and Immunology Clinic, Pulmonary Institute, Rabin Medical Center, Petah Tiqva, affiliated with Sackler Faculty of Medicine, Tel Aviv University, Tel Aviv, Israel , 2 The Israel Center for Disease Control, Israel Ministry of Health, Tel Hashomer, Israel , 3 Israel Ministry of Education, Jerusalem, Israel , 4 Department of Epidemiology and Preventive Medicine, Sackler Faculty of Medicine, Tel Aviv University, Tel Aviv, Israel , 5 Tel Aviv District Health Office, Israel Ministry of Health, Tel Aviv, Israel

dans Pediatric Allergy and Immunology
Volume 20 Issue 8, Pages 757 - 762

- Contexte :

  • La question de savoir si les maladies atopiques sont un facteur de risque de réactions allergiques aux piqûres d’insectes est toujours non résolue.

- But de l’étude :

  • Evaluer l’association entre les maladies atopiques (asthme, rhinite allergique, eczéma atopique) et les réactions aux piqûres d’insectes chez des enfants scolarisés en Israël.

- Méthodes :

  • Un auto-questionnaire de l’Etude Internationale de l’Asthme et des Allergies de l’Enfance a été réalisé dans un échantillon national d’enfants scolarisés âgés de 13 à 14 ans
  • Des questions sur les réactions aux piqûres d’insectes ont été rajoutées
  • Un total de 10.021 questionnaires était valables pour une analyse

- Résultats :

  • Parmi les enfants rapportant des piqûres d’insectes (56.3%), la prévalence de l’asthme était de 6%, celle de la rhinite allergique de 10.5%, et celle de l’eczéma atopique de 8.7%, sans différence significative par rapport à la population globale de l’étude
  • Parmi les enfants ayant une maladie atopique, 36.9% rapportaient une réaction allergique aux piqûres d’insectes comparativement à 24.8% des enfants non atopiques (p<0.0001)
  • En analyse multivariée, l’asthme, la rhinite allergique et l’eczéma atopique apparaissaient être des facteurs de risque pour la survenue de réactions allergiques, quelle qu’en soit la sévérité
  • Les enfants atopiques avaient un taux significativement plus élevé de réactions allergiques sévères que les enfants non-atopiques, et des taux relativement plus élevés de réactions modérées (p<0.0001)
  • Les sujets asthmatiques avec des réactions allergiques sévères avaient plus de paramètres d’asthme sévère que les sujets asthmatiques avec des réactions légères ou pas de réaction.

- Conclusions :

  • Les maladies allergiques sont associées à un taux plus élevé et une plus grande sévérité de réactions allergiques aux insectes piqueurs chez l’enfant
  • La sévérité de la réaction allergique est corrélée à la sévérité des symptômes d’asthme.

Les auteurs ont étudié, dans un groupe de 10021 enfants israéliens scolarisés âgés de 13 à 14 ans, la relation entre l’existence d’une maladie atopique (asthme, rhinite allergique et eczéma atopique) et la survenue de réactions aux piqûres d’insectes.

Cette enquête a été réalisée à partir de l’Etude Internationale de l’Asthme et des Allergies de l’Enfance, par auto-questionnaire, et des questions concernant les piqûres d’insectes ont été rajoutées par rapport au questionnaire initial.

Les résultats montrent que :
- la prévalence des maladies atopiques était la même chez les enfants rapportant des piqûres d’insectes par rapport à la population globale de l’étude
- par contre parmi les enfants ayant une maladie atopique, il y avait significativement plus de réactions aux piqûres que chez ceux sans maladie atopique (36-9% versus 24.8%), l’atopie apparaissait être un facteur de risque global de survenue de réactions, ainsi que de réactions modérées à sévères
- enfin les asthmatiques ayant des réactions allergiques sévères aux piqûres étaient ceux qui avaient la sévérité la plus grande de leur asthme.

Les auteurs en concluent que les sujets atopiques ont un taux plus élevé et une sévérité plus grande de réactions allergiques aux piqûres d’insectes, et que la sévérité de la réaction allergique est corrélée à celle de l’asthme.

Il est connu dans la littérature que l’existence d’une atopie est bien un facteur de risque de gravité d’une réaction allergique aux piqûres d’insectes, mais pas de fréquence plus grande de réaction allergique, au moins chez l’adulte ; cette étude apporte donc des données nouvelles à ce sujet pour ce qui concerne l’enfant.

Parmi les maladies atopiques, c’est surtout l’asthme qui est le facteur de risque de gravité le plus important, ce que confirme cette étude.

Cela étant, on peut apporter une réserve du fait qu’il s’agit d’une étude reposant uniquement sur un interrogatoire, ce qui peut être un biais important quant à l’interprétation de la gravité de l’allergie, surtout en matière de piqûres d’insectes où la subjectivité est plus grande ; par ailleurs, cet auto-questionnaire sur les piqûres a été rajouté à un questionnaire initial et n’a donc probablement pas été validé auparavant. Enfin, on ne sait pas si les conclusions s’appliquent à l’ensemble des insectes piqueurs ou non.

Des études épidémiologiques plus précises et parfaitement validées permettraient de confirmer ces données.