Nouveau, vous avez une rhinite allergique : mangez des vers !

mercredi 27 janvier 2010 par Dr Alain Thillay1565 visites

Accueil du site > Maladies > Rhinites > Nouveau, vous avez une rhinite allergique : mangez des vers (...)

Nouveau, vous avez une rhinite allergique : mangez des vers !

Nouveau, vous avez une rhinite allergique : mangez des vers !

mercredi 27 janvier 2010, par Dr Alain Thillay

Le traitement des maladies inflammatoires chroniques intestinales par exposition à des helminthes, comme Trichuris suis dans le cas de la maladie de Crohn, semble montrer efficacité et bonne tolérance. Les auteurs danois de ce travail tentent de traiter la rhinite allergique de la même manière. Alors, une thérapie pro-Th2 serait-elle efficace dans le cas d’une maladie IgE dépendante ?!

Traitement de la rhinite allergique par des œufs de Trichuris suis : essai clinique randomisé, contrôlé, en double-aveugle contre placebo. : Peter Bager, PhDa, John Arnved, MDb, Steen Rønborg, PhDb, Jan Wohlfahrt, PhDa, Lars K. Poulsen, PhDc, Tine Westergaard, PhDa, Henning Willads Petersen, PharmDd, Bjarne Kristensen, MScg, Stig Thamsborg, PhDe, Allan Roepstorff, PhDe, Christian Kapel, PhDf, Mads Melbye, DMSca

a Statens Serum Institut, Department of Epidemiology Research, Copenhagen, Denmark

b Pulmonology and Allergy Clinic of Copenhagen, Copenhagen, Denmark

c Allergy Clinic, National University Hospital, Copenhagen, Denmark

d Pharmacy Services, Faculty of Life Sciences, University of Copenhagen, Frederiksberg, Denmark

e Department of Veterinary Disease Biology, Faculty of Life Sciences, University of Copenhagen, Frederiksberg, Denmark

f Department of Agriculture and Ecology, Faculty of Life Sciences, University of Copenhagen, Frederiksberg, Denmark

g Phadia ApS, Allerød, Denmark

dans JACI Volume 125, Issue 1, Pages 123-130.e3 (January 2010)

- Contexte :

  • Dans des modèles expérimentaux, les infections parasitaires à helminthes peuvent protéger contre l’inflammation allergique des voies respiratoires et ont été associées à un risque réduit de l’atopie et d’une réduction de l’évolution de l’asthme dans certaines études observationnelles.
  • Même si aucune preuve clinique existe pour soutenir l’utilisation de la thérapie par les helminthes des affections allergiques, l’helminthe Trichuris suis a démontré son efficacité dans le traitement de maladies intestinales inflammatoires.

- Objectif :

  • Déterminer l’efficacité de la thérapie par les helminthes sur la rhinite allergique.

- Méthodes :

  • Nous avons mené un essai en double-aveugle, contrôlé, contre placebo, en groupes parallèles dans lesquels 100 sujets âgés de 18 à 65 ans présentant une rhinite allergique aux pollens de Graminées ont été assignés au hasard à ingérer soit un total de 8 doses de 2500 œufs vivants de T. suis soit un placebo à intervalle de 21 jours.
  • Le critère principal était une modification de la moyenne journalière du score symptomatique total pour la rhinorrhée, le prurit nasal, les éternuements (variation maximale de 9) ou un pourcentage de jours de bien-être pendant la saison pollinique.

- Résultats :

  • Le traitement par œufs de T. suis (N = 49) comparé au placebo (N = 47) a provoqué des diarrhées passagères dont le pic se situait au 41ième jour chez 33% des participants (placebo, 2%),
  • une augmentation des éosinophiles (P <0,001) et des anticorps spécifiques de T. suis, IgE (P<0,05), IgG (P <0,001), IgG4 (P<0,003), IgA (P<0,001),
  • alors qu’il n’y avait pas de changement significatif du score symptomatique (0,0, IC 95%, -0,5 à 0,4, P=0,87), des jours de bien-être (3%, IC 95%, -9% à 14% ; P=0,63), de l’histamine totale (P=0,44), des IgE spécifiques des pollens de Graminées (P=0,76), ou du diamètre papulaire des tests cutanés aux pollens de Graminées (P=0,85) et à 9 autres allergènes.

- Conclusion :

  • Le traitement répété avec l’helminthe Trichuris suis induit une réponse substantielle clinique et immunologique comme preuve de l’infection, mais n’a aucun effet thérapeutique sur la rhinite allergique.

Trichuris suis est un Nématode Adenoptorea, ordre des Trichinellida, appartenant à la famille des Trichuridés.

Ce Nématode est responsable chez le porc de la Trichurose, il n’est pas habituellement transmissible à l’homme.

Comme l’indique les auteurs danois de ce travail, le même protocole a été utilisé dans le traitement de certaines maladies inflammatoires chroniques intestinales (MICI) comme la maladie de Crohn.

De façon consensuelle, il est admis que le développement des MICI provient d’une dysrégulation de la réponse immunitaire muqueuse dirigée contre des éléments de la flore intestinale sur un terrain de prédisposition génétique.

Ainsi la maladie de Crohn est fréquente dans les pays industrialisés à faible prévalence des helminthiases et inversement rare dans les pays à forte prévalence de cette parasitose.

Dans le cadre de l’hypothèse de l’hygiène, la maladie de Crohn est classiquement associée à une réponse immunitaire préférentiellement Th1, les helminthes s’opposent à la réponse Th1 et favorisent un profil cytokinique de typeTh2.

Des travaux ont suggéré l’efficacité et la bonne tolérance d’un traitement par exposition aux helminthes dans les MICI.

Là, rien à dire tout est logique.

Par contre, il apparaît bien étrange de vouloir améliorer un rhume des foins, maladie Th2, par un traitement favorisant le clone Th2 ?!

Bien sûr, des études publiées dans le cadre de la démonstration de l’hypothèse de l’hygiène suggèrent que le contact dans l’enfance, entre autres facteurs, avec les parasitoses intestinales serait un élément protecteur de l’émergence à terme des maladies allergiques IgE dépendantes.

Si ce constat est déjà discutable car « noyé » dans une kyrielle de facteurs environnementaux, il apparaît bien comme un élément de prévention et non pas comme un moyen thérapeutique curatif.

Il est donc logique que cette étude montre l’absence d’effet positif d’un traitement de l’allergie aux pollens de Graminées par Trichuris suis.