Faut-il faire déménager les femmes enceintes ?

jeudi 11 février 2010 par Dr Geneviève DEMONET756 visites

Accueil du site > Sciences > Environnement > Faut-il faire déménager les femmes enceintes ?

Faut-il faire déménager les femmes enceintes ?

Faut-il faire déménager les femmes enceintes ?

jeudi 11 février 2010, par Dr Geneviève DEMONET

Le rôle de la pollution dans les pathologies respiratoires n’est plus à démontrer. Les japonais remontent le temps en évaluant les conséquences de l’exposition au trafic routier chez les femmes enceintes sur le risque pour l’enfant à naître de développer une pathologie allergique…

Proximité du domicile avec les routes principales durant la grossesse et risque de pathologies allergiques chez les nourrissons japonais : l’Etude d’Osaka sur la Santé de la Mère et de l’Enfant : Yoshihiro Miyake 1 , Keiko Tanaka 1 , Hiroshi Fujiwara 2 , Yasuhiro Mitani 2 , Hiroaki Ikemi 2 , Satoshi Sasaki 3 , Yukihiro Ohya 4 and Yoshio Hirota 5

1 Department of Public Health, Faculty of Medicine, Fukuoka University, Fukuoka, Japan , 2 Department of Civil and Structural Engineering, Graduate School of Engineering, Kyushu University, Fukuoka, Japan , 3 Department of Social and Preventive Epidemiology, School of Public Health, The University of Tokyo, Tokyo, Japan , 4 Division of Allergy, Department of Medical Specialties, National Center for Child Health and Development, Tokyo, Japan , 5 Department of Public Health, Osaka City University School of Medicine, Osaka, Japan

dans Pediatric Allergy and Immunology
Volume 21 Issue 1-Part-I, Pages 22 - 28

Le rôle de la pollution de l’air liée au trafic routier dans le déclenchement des pathologies allergiques n’est pas encore clairement compris.

Cette étude prospective a examiné la relation entre la proximité du domicile, pendant la grossesse, avec la route principale la plus proche (qui a été utilisée comme un reflet des polluants de l’air dus au trafic) et le risque de maladies allergiques chez les nourrissons japonais dans une zone urbaine.

Les sujets étudiés étaient 756 paires mère-enfant.

  • La distance de chaque domicile des sujets durant la grossesse aux 235 routes principales de la préfecture d’Osaka a été calculée à l’aide d’un logiciel d’information géographique.
  • La première étude durant la grossesse puis la seconde entre 2 et 9 mois après l’accouchement ont collecté des informations sur les facteurs confondants potentiels.
  • Dans la troisième étude, menée de 16 à 24 mois après la naissance, un questionnaire auto-rempli, a inclus des questions sur les désordres allergiques.

- Dans la troisième étude, 22.1% et 18.7% des nourrissons avaient respectivement des sifflements et un eczéma atopique selon les critères de l’Etude Internationale sur l’Asthme et les Allergies dans l’Enfance (ISAAC).
- Le risque d’asthme et d’eczéma atopique (diagnostics établis par un médecin) était de 4.4% et 8.9 % respectivement.
- Une plus courte distance du domicile avec la route principale la plus proche était associée avec un risque accru d’asthme (diagnostic établi par un médecin) et de dermatite atopique (odds ratios ajustés pour comparaison de < 50 m avec 200 m ou plus = 4.01 et 2.26, Intervalle de Confiance 95% : 1.44-11.24 et 1.08-4.59, valeur de p pour la tendance = 0.02 et 0.03 respectivement).
- Aucune relation évidente n’a été observée entre la distance de la résidence durant la grossesse à la plus proche route principale et le risque se sifflement ou d’eczéma atopique basés sur les critères ISAAC.
- Il a été difficile de distinguer les effets de l’exposition prénatale et post-natale car la plupart des sujets vivaient à la même adresse avant et après la naissance de l’enfant.

Nos résultats peuvent être conformes à l’hypothèse que l’exposition intra-utérine aux polluants de l’air engendrés par le trafic routier et/ou la même exposition après la naissance peuvent augmenter le risque de manifestations plus importantes de pathologies allergiques chez les nourrissons.


Une étude prospective a été menée à Osaka au Japon sur 756 femmes enceintes suivie jusqu’à 24 mois après la naissance de leur enfant.

Elle a montré que la proximité du domicile avec une route principale augmentait le risque de survenue de sifflements et de dermatite atopique chez le nourrisson lorsque le diagnostic avait été porté par un médecin mais pas selon les critères ISAAC.

L’exposition in utéro et post-partum n’ont pu être différenciées, les domiciles étant le plus souvent identiques avant et après la naissance.

La pollution de l’air par le trafic routier pourrait donc influencer la survenue de pathologies allergiques mais on se heurte probablement à des critères de repérage de l’allergie.