Protéines S100 : marqueurs pertinents de la rhinosinusite chronique ?

mardi 6 avril 2010 par Dr Alain Thillay851 visites

Accueil du site > Maladies > Rhinites > Protéines S100 : marqueurs pertinents de la rhinosinusite chronique (...)

Protéines S100 : marqueurs pertinents de la rhinosinusite chronique ?

Protéines S100 : marqueurs pertinents de la rhinosinusite chronique ?

mardi 6 avril 2010, par Dr Alain Thillay

Il a été rapporté une diminution de l’expression de l’ARNm de la psoriasine et de la calprotectine chez les patients souffrant de rhinosinusite chronique. Les auteurs américains de cette étude cherchent à montrer l’existence une diminution du taux des ces deux protéines S100 au niveau épithélial mais aussi des polypes nasaux.

Preuve en faveur d’une diminution des taux de psoriasine et de calprotectine épithéliales dans la rhinosinusite chronique. : David D. Tieu, MDa, Anju T. Peters, MDb, Roderick T. Carter, BSb, Lydia Suh, BSb, David B. Conley, MDa, Rakesh Chandra, MDa, James Norton, MSb, Leslie C. Grammer, MDb, Kathleen E. Harris, BSb, Atsushi Kato, PhDb, Robert C. Kern, MDa, Robert P. Schleimer, PhDb

a Department of Otolaryngology–Head and Neck Surgery, Northwestern University Feinberg School of Medicine, Chicago, Ill

b Division of Allergy-Immunology, Department of Medicine, Northwestern University Feinberg School of Medicine, Chicago, Ill

dans JACI Volume 125, Issue 3, Pages 667-675 (March 2010)

- Contexte :

  • La diminution de l’expression de l’ARNm de la S100A7 (Psoriasine) et de la S100A8/A9 (calprotectine) a été rapportée chez des patients souffrant de rhinosinusite chronique (RSC).

- Objectifs :

  • Nous avons cherché à déterminer si l’expression des protéines S100 est aussi altérée au niveau de la cavité nasosinusale des patients atteints de RSC.

- Méthodes :

  • Nous avons déterminé les taux de protéines S100 du liquide de lavage nasal et des tissus des sinus provenant de patients atteints de RSC à l’aide d’ELISA et de l’analyse immunohistochimique de tissus de polypes nasaux de patients atteints de RSC avec des polypes nasaux et des tissus de sujets témoins sains.

- Résultats :

  • Les taux d’expression de protéines S100 étaient diminués par rapport à ceux observés chez les sujets de contrôle, dans le liquide de lavage nasal des deux groupes RSC (P <0,05).
  • De même l’expression tissulaire de ces protéines évaluée par immunohistochimie montre des réductions nettes, principalement au niveau de l’épithélium.
  • Fait intéressant, les niveaux de calprotectine étaient augmentés au niveau des tissus des polypes nasaux malgré la baisse des taux dans le liquide de lavage.
  • Les taux de calprotectine des tissus nasaux étaient corrélés à ceux des neutrophiles, évalués au moyen de quantification de l’élastase neutrophilique.

- Conclusions :

  • Plusieurs protéines S100 existent dans les gènes du complexe de différenciation épidermique et il a été démontré qu’elles jouent un rôle dans le maintien de la fonction barrière et de la formation d’un bouclier antimicrobien.
  • Nous démontrons des niveaux sensiblement diminué d’expression des protéines S100 dans l’épithélium des patients atteints de RSC, ce qui pourrait conduire à diminuer les réponses immunitaires innées et la fonction barrière.
  • Des niveaux accrus de calprotectine des tissus des polypes nasaux pourraient refléter le recrutement des neutrophiles et un mécanisme de compensation.
  • Les études futures seront importantes afin de déterminer si des niveaux réduits de protéines S100 conduisent à une diminution des réponses antimicrobiennes des voies respiratoires supérieures et des sinus et si cette réduction joue un rôle étiologique dans la pathogenèse des RSC et la susceptibilité aux maladies infectieuses.

La psoriasine (S100A7) fait partie de la famille des protéines S100 qui sont impliquées dans de nombreux processus biologiques dont la prolifération et la différenciation cellulaire et l’inflammation.

Au niveau de la peau, elle est produite et sécrétée par les kératinocytes normaux ou tumoraux.

Elle est surexprimée dans l’inflammation épidermique, plus particulièrement dans le psoriasis.

Elle est aussi produite dans les zones de colonisation bactérienne cutanée.

La calprotectine (S100A8/A9) elle aussi fait partie de la famille S100 est une protéine produite par les granulocytes neutrophiles, sa concentration est augmentée dans le selles dans les maladies inflammatoires du tube digestif telles que colite ulcéreuse ou maladie de Crohn ; en cas de diarrhée chronique, elle permet de faire le distinguo entre diarrhées fonctionnelles et inflammatoires.

Les auteurs de ce travail ont voulu vérifier si l’expression de ces deux protéines S100 est diminuée au niveau des tissus du tractus nasal et des sinus chez des patients atteints de rhinosinusite chronique avec ou sans polype comparativement à des sujets sains.

Dans les deux groupes atteints de RSC avec polype ou sans polype, l’expression des deux protéines est diminuée au niveau du liquide de lavage nasal, il en est de même au niveau de l’épithélium.

Malgré cela, la calprotectine était plus exprimée au niveau des tissus des polypes.
Ainsi, il est curieux de constater qu’à l’inverse de la psoriasine au niveau de la peau et de la calprotectine au niveau intestinal, ces protéines sont moins exprimées au niveau des tissus nasaux chez des patients présentant une RSC.

Comme ces protéines jouent un rôle dans la défense antimicrobienne quid de cette diminution ?

Conséquence ou cause des infections rhinosinusiennes ?

En tous, cas il semble qu’elles n’ont pas le même comportement au niveau nasal.
S’agit-il des meilleurs marqueurs de la RSC ?

Je pense que c’est là le point de critique le plus important de cette étude.