La connaissance des allergènes du frêne s’accélère…

mardi 13 avril 2010 par Dr Hervé Couteaux3125 visites

Accueil du site > Allergènes > Aériens > Pollens > La connaissance des allergènes du frêne s’accélère…

La connaissance des allergènes du frêne s’accélère…

La connaissance des allergènes du frêne s’accélère…

mardi 13 avril 2010, par Dr Hervé Couteaux

Les frênes présents en France peuvent entraîner des pollinoses posant parfois de difficiles problèmes diagnostiques, notamment en raison du chevauchement avec la pollinisation des bouleaux et de la connaissance imparfaite des allergènes du frêne. Autour de Pascal Poncet, les auteurs se sont précisément intéressés au frêne…

Évaluation du profil de sensibilisation au pollen de frêne par une approche protéomique avec des sérums individuels de patients allergiques. : P. Poncet 1,2 , H. Senechal 1,3 , G. Clement 4 , A. Purohit 5 , J.-P. Sutra 1 , F.-X. Desvaux 1 , J.-M. Wal 6 , G. Pauli 5 , G. Peltre 1 & M.-L. Gougeon 2

1 Ecole Supérieure de Physique et Chimie Industrielles de la Ville de Paris, CNRS, Paris ; 2 Institut Pasteur, Paris ; 3 INSERM, Paris ; 4 INRA, Versailles ; 5 HUS, Strasbourg ; 6 CEA-DSV, Saclay, France

dans Allergy
Volume 65 Issue 5, Pages 571 - 580

- Contexte :

  • En Europe, la sensibilisation au pollen de frêne induit une pollinose pouvant avoir des réactivités croisées avec d’autres sources de pollen.
  • Le but de cette étude était d’identifier le répertoire des allergènes de pollen de frêne et d’évaluer l’étendue de la diversité de la réponse en IgE chez des patients allergiques au pollen de frêne.

- Méthodes :

  • L’IgE réactivité de 114 patients sensibilisés au pollen de frêne et de huit patients sensibilisés au pollen de Graminées a été examinée par immunoblot 1D (SDS-PAGE) contre un extrait de pollen de frêne.
  • L’IgE réactivité de 13 patients sensibilisés au pollen de frêne et de 2 patients sensibilisés au pollen de Graminées a ensuite été évaluée en immunoblot 2D.
  • Quelques protéines IgE-réactives et non IgE-réactives ont été identifiées par spectrométrie de masse.

- Résultats :

  • Dans l’analyse 1D :
    • 86% des sérums ont montré des liaisons à Fra e 1 (18-20 kDa),
    • 23% à Fra e 2 (14 kDa), profiline
    • 3% à Fra e 3 (10 kDa) polcalcine
    • 57% pour les allergènes de haut poids moléculaire (HMW,> 30 kDa).
  • L’analyse individuelle en immunoblot 2D a montré plusieurs zones de protéines se liant aux IgE dont trois ont été plus souvent reconnues :
    • (i) Fra e 1, comprenant, au moins, 15 isoformes,
    • (ii) une série de spots acides (45 kDa),
    • (iii ) Fra e 2, la profiline du frêne.
  • Les allergènes HMW pourraient être classés dans quatre zones,
    • deux non identifiées,
    • un homologue de β-galactosidase
    • L’autre à des protéines de transport du sucre.
  • Une malate déshydrogénase et la calmoduline se sont avérées être des protéines se liant aux IgE et 10 protéines non-IgE réactives ont été identifiées.

- Conclusion :

  • Aucune corrélation n’a été mise en évidence directe entre le profil d’IgE et le degré de sensibilisation même si 2 spectrotypes pouvaient être distingués.
  • Nos données contribuent à une meilleure délimitation des allergènes de pollen de frêne et des profils de sensibilisation.

Sur une centaine de patients, les auteurs ont étudié l’IgE-réactivité des patients polliniques au frêne : elle s’exerce dans 86% des cas pour Fra e 1, une Ole e 1-like, dans environ 25% des cas pour le couple profiline-polcalcine et dans 57% pour des protéines de haut poids moléculaires (supérieur à 30kDa).

Au total, assez peu de nouveautés dans cette étude protéomique, déjà présentée pour une large partie par Pascal PONCET en 2007, à l’ALLERGY SCHOOL de Bischenheim ; l’allergome du frêne (le répertoire des allergènes d’une source allergénique) garde quelques zones d’ombres...

En dehors des allergènes déjà connus et caractérisés : Fra e 1, une Ole e 1-like, Fra e 2, une profiline, Fra e 3, une polcalcine, et Fra e 9, une Béta 1,3-Glucanase, on apprend que, parmi les protéines de haut poids moléculaire, on peut noter la présence de malate déshydrogénase et de calmoduline, simples protéines IgE-réactives pour le moment (en attente d’une promotion au grade d’allergènes ?...)

Aucune corrélation n’a été décelée entre les IgE-réactivités et la clinique.

Selon Hemmer et al., en 2000 et Niederberger et al., en 2002, on peut préciser les protéines de haut poids moléculaires susceptibles d’être des allergènes chez le frêne :

  • isoflavone reductase-like protein (Bet v 5, latex, …)
  • Superoxide dismutase-like protein (Ole e 4)
  • b 1-3 glucanase-like protein (Fra e 9 et Ole e 9)
  • pectinesterase-like protein (Bet v 8)

Il reste donc un travail de recensement précis à poursuivre, avec la place et le rôle de chaque allergène, en zone bouleau, en zone olivier et ailleurs, ce qui implique des études sur un nombre bien plus importants de sera dans des localisations géographiques variées !...sans oublier les allergènes non hydrosolubles !

Il est probable du reste que la pollinose au frêne soit sous-estimée et ceci pour plusieurs raisons : d’abord parce qu’elle n’est pas testée systématiquement en routine, ensuite en raison du chevauchement avec la pollinisation des Bétulacées, et enfin à cause de nombreuses réactivités croisées (avec les autres Oléacées mais aussi avec les Graminées, les Bétulacées et probablement d’autres sources).

Les praticiens sont évidemment déjà demandeurs d’un test d’IgE réactivité pour l’allergène Fra e 1, qui serait utile dans bien des cas !