Victoire pour les bébés petits, ils auraient moins de dermatite atopique !

lundi 5 juillet 2010 par Dr Alain Thillay646 visites

Accueil du site > Maladies > Atopie > Victoire pour les bébés petits, ils auraient moins de dermatite atopique (...)

Victoire pour les bébés petits, ils auraient moins de dermatite atopique !

Victoire pour les bébés petits, ils auraient moins de dermatite atopique !

lundi 5 juillet 2010, par Dr Alain Thillay

Des études antérieures suggèrent une association entre le poids de naissance et le risque de rhinite allergique et de dermatite atopique. Pour confirmer, les auteurs suédois de ce travail ont utilisé les données des registres des jumeaux mais ont, en plus, tenu compte des facteurs confondants potentiels que sont l’âge gestationnel, les facteurs environnementaux familiaux et le contexte génétique.

Un retard de croissance fœtale diminue le risque d’eczéma atopique dans l’enfance : une étude de jumeaux suédois. : C. Lundholm 1 , A. K. Örtqvist 1 , P. Lichtenstein 1 , S. Cnattingius 2 and C. Almqvist 1,3

1 Department of Medical Epidemiology and Biostatistics , 2 Clinical Epidemiology Unit, Department of Medicine, Karolinska University Hospital Solna and 3 Astrid Lindgren Children’s Hospital, Department of Woman and Child Health, Karolinska Institutet, Stockholm, Sweden

dans Clinical & Experimental Allergy
Volume 40 Issue 7, Pages 1044 - 1053

- Contexte :

  • Des études ont trouvé des associations entre le poids de naissance et le risque d’eczéma atopique ou de rhinite allergique (RA), bien que cela pourrait être dû à des facteurs confondants.

- Objectif :

  • Nous avons cherché à évaluer les associations entre la croissance fœtale et le risque d’eczéma atopique ou de RA dans l’enfance, compte tenu de l’âge gestationnel (AG), des facteurs environnementaux familiaux et des facteurs génétiques.

- Méthodes :

  • Les données concernant l’eczéma atopique, la RA, les caractéristiques de naissance et les facteurs confondants ont été recueillies à partir des registres et des entretiens téléphoniques avec les parents de jumeaux âgés de 9 à 12 ans.
  • Tout d’abord, des analyses de cohorte sur tous les jumeaux (eczéma n=10 132 et RA n=10 896) ont été réalisées.
  • Deuxièmement, le contrôle de l’environnement et des facteurs génétiques, l’analyse des co-jumeaux en tant que contrôle ont été effectués sur les paires de jumeaux discordants pour l’eczéma atopique (n=480) et la RA (n=332).

- Résultats :

  • Le taux d’eczéma atopique augmente avec le poids de naissance, de 12,6% chez les jumeaux <2000 g à 17,3% chez les enfants > ou = à 3500 g.
  • Le taux de RA variait de 7,8% à 8,8%.
  • Dans les analyses de cohorte, l’OR de l’eczéma atopique était de 1,62 (IC 95% : 1,27–2,06) pour 500 g d’augmentation du poids de naissance et de 1,00 (IC 95% : 0,75 -1,33) pour la RA.
  • Pour les analyses des co-jumeaux de contrôle sur l’eczéma atopique, l’OR était de 3,93 (IC 95% : de 1,55 à 9,98) pour une augmentation de 500 g de poids de naissance, sans différence significative entre les jumeaux monozygotes et dizygotes (P=0,84).

- Conclusions :

  • Nous avons trouvé une association positive entre la croissance fœtale et l’eczéma atopique dans l’enfance, mais pas avec la RA, indépendamment de l’AG, des facteurs environnementaux et génétiques.
  • Cela indique que la croissance fœtale affecte le système immunitaire et conforte d’autres études sur les mécanismes précoces.

Cette étude émane de l’équipe de chercheurs très prolifiques du Département d’épidémiologie et de biostatistique médicales de l’Institut Karolinska de Stockholm.

Leur terrain de jeu favori est celui des fameux registres de jumeaux de la Suède, ils peuvent ainsi pratiquer des études épidémiologiques sur des sujets brûlants comme l’allergie, les maladies cardiovasculaires, les cancers etc…

La présente étude avait pour objectif, sachant qu’il existe déjà des études publiées sur le sujet en l’occurrence le lien entre poids de naissance et risque de dermatite atopique ou de rhinite allergique, de préciser ce lien mais en essayant d’éliminer les facteurs confondants c’est-à-dire âge gestationnel, les facteurs environnementaux familiaux et le contexte génétique.

Pour mieux comprendre, le poids de naissance peut varier en fonction de l’âge gestationnel, ne tenir compte que de ce poids de naissance pourrait créer une confusion.

En effet, un retard de croissance in-utero peut être dû, soit à un défaut d’apport nutritionnel, soit à une pathologie propre au fœtus acquise ou d’origine génétique.

Les données concernant RA et DA sont recueillies parmi l’ensemble des jumeaux à partir des données des registres et d’une enquête téléphonique concernant des jumeaux âgés de 9 à 12 ans.

La pondération en fonction des facteurs confondants a été effectuée sur les paires discordantes.

Ainsi, le taux de DA augmente avec le poids de naissance de façon significative, ce qui n’est pas retrouvé pour la RA.

Il restera à comprendre le lien entre immunologie et croissance fœtale, la réponse n’est sans doute pas univoque étant donné un nombre élevé de facteurs étiologiques potentiellement responsables d’un petit poids de naissance.