Bientôt sur Wikileaks ? On connaît enfin le profil du patient qui refuse les AINS !

jeudi 20 janvier 2011 par Dr Stéphane Guez631 visites

Accueil du site > Allergènes > Médicaments > Bientôt sur Wikileaks ? On connaît enfin le profil du patient qui refuse les (...)

Bientôt sur Wikileaks ? On connaît enfin le profil du patient qui refuse les AINS !

Bientôt sur Wikileaks ? On connaît enfin le profil du patient qui refuse les AINS !

jeudi 20 janvier 2011, par Dr Stéphane Guez

Caractéristiques des patients présentant une hypersensibilité aux anti-inflammatoires non stéroïdiens : profils des réponses. : Doña, I., Blanca-López, N., Cornejo-García, J. A., Torres, M. J., Laguna, J. J., Fernández, J., Rosado, A., Rondón, C., Campo, P., Agúndez, J. A., Blanca, M. and Canto, G. (2011),

Characteristics of subjects experiencing hypersensitivity to non-steroidal anti-inflammatory drugs : patterns of response.

dans Clinical & Experimental Allergy, 41 : 86–95. doi : 10.1111/j.1365-2222.2010.03651.x

- Introduction :

  • Les AINS sont une des classes médicamenteuses impliquées dans les réactions médicamenteuses d’hypersensibilité.
  • 2 mécanismes peuvent induire la réaction :
    • une cause immunologique (sensibilisation) due à des IgE spécifiques ou une réponse cellulaire T,
    • et une cause pharmacologique (inhibition de la cyclo-oxygénase).
  • La contribution de chacun de ces mécanismes dans les réactions n’est pas bien connue.

- Objectif de l’étude :

  • Il a été d’analyser un groupe important de patients ayant des réactions certaines d’hypersensibilité aux AINS.

- Matériel et Méthode :

  • Les médicaments impliqués, les manifestations, clinques induites, l’intervalle de temps entre la prise médicamenteuse et le débit de la réaction ont été étudiés.
  • Dans les cas ou le diagnostic n’était pas confirmé, un test de provocation médicamenteux a été réalisé.
  • La recherche d’un terrain atopique a été évaluée par des tests cutanés standards et le taux des IgE totale du sérum.

- Résultats :

  • Un total de 659 patients a finalement été retenu comme ayant eu des réactions d’hypersensibilité aux AINS,
    • 76% ont une intolérance croisée
    • et 24% des réactions spécifiques.
  • Les médicaments les pus souvent impliqués sont :
    • les dérivés de l‘acide propionique, dans la plupart des cas l’ibuprofène,
    • et dans les réponses spécifiques les pyrazolones.
  • Dans les réactions croisées, la manifestation clinique la pus fréquente est l’urticaire et l’angioedème, et dans une moindre proportion l’atteinte des voies respiratoires.
  • La peau et les voies respiratoires sont impliquées ensemble dans un nombre important de cas.
  • L’entité clinique la plus fréquente dans les réponses sélectives est l’urticaire et/ou l’angioedème, suivie par l’anaphylaxie.
  • L’atopie est significativement associée dans le groupe des patients avec réactions croisées.

- Conclusion et implication clinique :

  • Les réactions d’hypersensibilité par réactivité croisée aux AINS sont les manifestations cliniques les plus fréquentes induites par ces médicaments.
  • A coté de l’aspirine, les autres AINS ont de plus en plus un rôle prédominant.
  • L’atopie pourrait être un facteur prédisposant chez les patients ayant une réactivité croisée.

Les auteurs ont analysé les caractéristiques d’une population de patients ayant une réaction d’hypersensibilité aux AINS.

Les réactions croisées sont les plus fréquentes avec des manifestations cutanées et/ou respiratoires et un terrain atopique. Les réactions à une seule molécule sont plus souvent de nature anaphylactique.

Cet article est très intéressant et précise par ailleurs les mécanismes physiopathologiques de ces réactions d’hypersensibilité.

Les auteurs décrivent des résultats positifs d’exploration allergologique en tests cutanés pour les patients qui ont présenté une réaction à une seule molécule sans réactivité croisée, avec une manifestation clinique le plus souvent immédiate de type anaphylactique.

Pour les patients ayant une réaction croisée à de nombreuses molécules cette exploration n’est pas rentable, par contre il est intéressant de rechercher un terrain atopique qui est statistiquement associé.

La nature des molécules elle-même varie en faite selon les années, et est un reflet des habitudes de prescription médicale.