Une histoire d’œuf ou…

lundi 26 septembre 2011 par Dr Hervé Couteaux267 visites

Accueil du site > Allergènes > Alimentaires > Une histoire d’œuf ou…

Une histoire d’œuf ou…

Une histoire d’œuf ou…

lundi 26 septembre 2011, par Dr Hervé Couteaux

Tolérance du lait de vache et des œufs chauffés chez des enfants allergiques à ces aliments. : Aneta Krogulska, Jakub Białek, Krystyna Wąsowska-Królikowska

dans Post Dermatol Alergol 2011 ; XXVIII, 4 : 277–284

- Introduction :

  • Un total de 75% des enfants allergiques aux protéines de lait de vache et de 70% des enfants allergiques au blanc d’œuf font preuve de tolérance pour le lait ou les œufs transformés.
  • Dans le même temps, il a été constaté que ces enfants représentent un phénotype d’allergie plus modérée et grandissent plus vite.

- Objectifs :

  • Evaluer la possibilité d’acquérir une tolérance au lait de vache et aux œufs chauffés chez les enfants allergiques à ces produits alimentaires.

- Matériel et méthodes :

  • L’étude a inclus 26 enfants présentant une allergie alimentaire IgE médiée, âgés de 2.1 à 5.7 ans.
  • Les enfants étudiés ont été choisis parmi 378 enfants diagnostiqués au Département d’allergologie pédiatrique, gastro-entérologie et de nutrition de l’Université médicale de Lodz et à la Clinique d’allergologie à l’Université Memorial Maria Konopnicka.
  • L’enseignement n ° 4 à Lodz hôpital repose sur l’allergie alimentaire suspectée.
  • Des tests de provocation par voie orale ont été réalisés pendant plus de deux jours consécutifs : le 1er jour avec l’allergène chauffé, le 2ème jour avec des allergènes alimentaires non chauffés.
  • Parmi les méthodes de tests, d’entrevue et d’évaluation, des tests IgE totales et IgE spécifiques ont également été utilisés.

- Résultats :

  • Des tests de provocation allergénique positifs avec l’allergène chauffé ont été obtenus chez 8 enfants (31%), ils ont été négatifs chez 18 enfants (69%).
  • Les enfants avec test de provocation orale négatif ont été exposés à des produits alimentaires non chauffés.
  • Un résultat positif a été obtenu chez 13 enfants, révélant ainsi les enfants ayant une allergie au produit brut avec une tolérance simultanée au produit chauffé.
  • Un résultat négatif de la provocation a été trouvé chez trois enfants avec une tolérance à la fois l’allergène non transformés et transformés.

- Conclusion :

  • La plupart des enfants avec une allergie IgE-dépendante aux protéines de lait de vache ou de blanc d’œuf tolèrent les produits chauffés de ces protéines.
  • L’évaluation de l’acquisition de la tolérance chez des enfants souffrant d’allergie alimentaire par le suivi d’un régime nécessite des études complémentaires.

Sur 26 enfants allergiques au lait de vache ou aux œufs, 18 ont toléré ces produits après chauffage au cours d’un test de provocation.

Ces 18 enfants ont subi un nouveau test de provocation au produit non chauffé : 13 ont présenté des réactions.

Quid novo sub sole ? Ben… pas grand-chose !...La plupart des protéines en cause dans l’allergie alimentaire, à l’exception (notable) des protéines de stockage des graines, sont thermosensibles, et cette dénaturation thermique va en général de pair avec une bonne tolérance…

Ce fait est particulièrement avéré pour l’œuf dont les allergènes connus sont effectivement dénaturés par la chaleur à l’exception de l’ovomucoïde.

Il est moins évident pour le lait, et, de fait, une simple pasteurisation (chauffage à 70°) ne modifie guère l’allergénicité du lait.

Les caséines résistent assez bien à la chaleur mais le comportement des diverses protéines du lait est en fait assez hétérogène : les conclusions de l’étude concernent les 26 enfants sélectionnés et ne sauraient être admises trop rapidement pour l’ensemble des enfants allergiques au lait.

Enfin, sur 18 enfants, 13 ont eu un TPO positif au produit non chauffé …Donc 5 n’étaient pas allergiques ?... On aurait aimé connaître les critères de sélection …

Nous pouvons sans crainte suivre les auteurs de l’étude quand ils rappellent la nécessité d’études complémentaires…