Les allergologues aiment câliner les gros biens gras, vive les lipocalines !!

lundi 12 décembre 2011 par Dr Stéphane Guez452 visites

Accueil du site > Allergènes > Aériens > Animaux > Les allergologues aiment câliner les gros biens gras, vive les lipocalines (...)

Les allergologues aiment câliner les gros biens gras, vive les lipocalines !!

Les allergologues aiment câliner les gros biens gras, vive les lipocalines !!

lundi 12 décembre 2011, par Dr Stéphane Guez

Les allergènes lipocalines de mammifères : nouveautés sur leur énigmatique allergénicité. : Virtanen, T., Kinnunen, T. and Rytkönen-Nissinen, M. (2011),

Mammalian lipocalin allergens – insights into their enigmatic allergenicity.

dans Clinical & Experimental Allergy. doi : 10.1111/j.1365-2222.2011.03903.x

Article de synthèse :
La plupart des allergènes respiratoires les plus importants dérivés des mammifères appartiennent à la famille de protéines des lipocalines.

Comme les allergènes lipocalines sont trouvés sur la peau, dans les urines et la salive, ils sont effectivement très répandus et largement présent dans notre environnement intérieur.

Initialement, les lipocalines étaient caractérisées comme des protéines de transfert de petites molécules principalement hydrophobes, mais on sait maintenant qu’elles sont impliquées dans beaucoup d’autres fonctions biologiques.

Bien que l’identité des acides aminés entre les lipocalines est généralement de 20 à 30%, cette homologie peut être beaucoup plus importante.

Les allergènes lipocalines n’expriment pas de propriétés connues physico-chimiques, fonctionnelles ou structurales qui pourraient rendre compte de leur allergénicité, c’est-à-dire une capacité d’induire la formation de LTH2 helper contre elles.

Un aspect spécifique des allergènes lipocalines de mammifères est leur faible capacité à stimuler le versant cellulaire du système immun humain ou murin.

De toute façon, elles induisent une production d’IgE chez un grand nombre de patients atopiques exposés à cette source allergénique.

La faible capacité des allergènes lipocalines de mammifère à stimuler le système immun cellulaire n’apparait pas venir de la fonction de cellules T régulatrices.

Au lieu de ça, les épitopes cellulaires T des allergènes des lipocalines de mammifères sont peu nombreux et ceux qui ont été étudiés ont été démontré être sous optimaux.

De plus, la fréquence des cellules T CD4+ spécifiques des lipocalines de mammifères est très faible dans le sang périphérique.

Important : des recherches récentes suggèrent que le répertoire spécifique T cellulaire des lipocalines diffère considérablement entre les patients allergiques et les patients non allergiques.

Ces observations sont compatibles avec l’hypothèse suivante : la voie par laquelle les cellules T helpers CD4+ reconnaissent les épitopes des lipocalines de mammifères pourrait être impliquée dans leur allergénicité.

En effet, comme plusieurs lipocalines expriment une homologie de 40 à 60% entre espèces, les allergènes lipocalines pourraient être immunologiquement borderline entre le soi et le non soi, ce qui pourrait ne pas conduire à une forte réponse immune antiallergique contre elles.


Les auteurs font une synthèse des connaissances actuelles sur les lipocalines et en particulier sur leur capacité à induire ou non une réponse immunitaire de type TH2.

Il est proposé une hypothèse tenant compte des spécificités de ces molécules et permettant de rendre compte de leur faible immunogénicité habituelle.

Ce travail est important pour tous ceux qui sont intéressés par l’allergologie moléculaire bien qu’il n’y ait pas de versant clinique dans cette synthèse, mais des explications !!

Les lipocalines sont très ubiquitaires et présentes dans l’ensemble du règne animal.

Il y a des homologies entre-elles : il y a donc un risque de « conflit » immunologique entre le soi et le non soi d’un patient qui aurait une réponse immunologique contre les lipocalines.

D’où une différenciation préférentielle de la réponse lymphocytaire vers les TH2 qui induit une tolérance immunologique (mais une réponse éventuellement allergique).

La pression immunologique des lipocalines va induire une tolérance dés le plus jeune âge avec une délétion thymique des clones qui seraient contre ces lipocalines. Un environnement dépourvu de lipocalines ne favorisera pas cette délétion.

On revient donc à la fameuse polémique allergologique sur les chats avec une explication sur l’intérêt d’une exposition précoce au chat qui favorisera une tolérance par une forte exposition aux lipocalines