Se tartiner au beurre de cacahuète, ça, c’est de la prévention !

lundi 5 mars 2012 par Dr Hervé Couteaux416 visites

Accueil du site > Allergènes > Alimentaires > Se tartiner au beurre de cacahuète, ça, c’est de la prévention (...)

Se tartiner au beurre de cacahuète, ça, c’est de la prévention !

Se tartiner au beurre de cacahuète, ça, c’est de la prévention !

lundi 5 mars 2012, par Dr Hervé Couteaux

Prévention de la sensibilisation allergique alimentaire par voie orale par l’application sur la peau de l’aliment dans un modèle murin : W. Li1,2, Z. Zhang2, A. Saxon1, K. Zhang1
Article first published online : 17 FEB 2012

DOI : 10.1111/j.1398-9995.2012.02798.x

dans Allergy

- Contexte :

  • En matière d’allergies alimentaires, les options thérapeutiques restent limités.
  • Le développement de nouvelles approches pour la prévention et/ou le traitement de l’allergie sévère à l’arachide et d’autres allergies alimentaires est donc urgent.

- Objectif :

  • L’objectif de cette étude était de vérifier si l’application cutanée de l’allergène alimentaire peut être utilisé comme intervention prophylactique et/ou thérapeutique contre les allergies alimentaires.

- Méthode :

  • Des souris Balb/C ont reçu 5 applications cutanées hebdomadaires d’extrait complet d’arachide (CPE) ou d’ovalbumine (OVA), allant de 10 à 1000 mg, sur la peau du dos rasé, suivie par 5 traitements hebdomadaires de CPE par voie orale ou d’OVA avec toxine de choléra pour induire une réactivité allergique à la nourriture.
  • Les réponses immunologiques aux allergènes et les manifestations allergiques cliniques ont été examinées à plusieurs moments.

- Résultats :

  • L’application sur la peau d’une dose de 10 à 1000 pg de CPE ou OVA sur une peau structurellement intacte n’a pas conduit à une sensibilisation allergique à l’arachide ou à l’OVA.
  • Au contraire, l’application cutanée d’allergènes a bloqué, de façon dose-dépendante, l’induction subséquente de la sensibilisation orale, y compris l’inhibition induite par la sensibilisation orale des CPE-IgE spécifiques, des IgG1, IgG2a, supprimant l’anaphylaxie à l’arachide, et modulant la production de cytokines consécutive à une sensibilisation par voie orale.
  • L’application cutanée d’OVA également donné lieu à des résultats similaires à l’application de CPE.

- Conclusion :

  • L’application cutanée d’arachide ou d’OVA sur une peau intacte peut bloquer le développement des allergies alimentaires correspondantes induites par voie orale, ce qui suggère que la tolérance allergique à l’arachide et l’OVA peut être réalisée via l’application cutanée des allergènes.

L’application d’extrait d’arachide sur la peau peut induire une tolérance à l’arachide chez la souris.

Cette étude semble ouvrir un large champ de possibilités dans le traitement de l’allergie à l’arachide et peut-être d’autres allergies alimentaires.

Mais l’expérience et les données accumulées jusqu’ici (l’allergie à l’arachide est probablement l’allergie alimentaire la plus documentée) nous rendent prudents quant aux applications pratiques.

Rappelons par exemple l’étude parue dans J Allergy Clin Immunol. 2009 Feb ;123(2):424-5, Fox AT, Sasieni P, du Toit G, Syed H, Lack G., publication intitulée « Household peanut consumption as a risk factor for the development of peanut allergy. » (La consommation d’arachides à la maison comme facteur de risque de développement d’allergie à l’arachide.)

Les auteurs constatent d’abord que la plupart des enfants ayant une allergie à l’arachide (AA) réagissent dès le premier contact (en général buccal) avec l’arachide.

Les études récentes suggèrent que l’exposition cutanée à l’arachide est une voie possible de sensibilisation.

Les conclusions de l’étude étaient que des taux élevés d’exposition environnementale à l’arachide durant l’enfance semble favoriser la sensibilisation, tandis que des taux bas seraient protecteurs chez les enfants atopiques.

La consommation d’arachides pendant la grossesse ou pendant l’allaitement n’a eu aucune influence, ce qui renforce l’hypothèse que la sensibilisation surviendrait à la suite d’une exposition environnementale.

Il est donc fortement probable que l’exposition cutanée joue un rôle, mais que les conditions de cette exposition soient déterminantes ce qui laisse pas mal de place à des études complémentaires avant d’envisager une application pratique…