Comment l’environnement professionnel peut faire échouer des techniques chirurgicales ORL…

jeudi 29 mars 2012 par Dr Cécilia Nocent548 visites

Accueil du site > Maladies > Rhinites > Comment l’environnement professionnel peut faire échouer des techniques (...)

Comment l’environnement professionnel peut faire échouer des techniques chirurgicales ORL…

Comment l’environnement professionnel peut faire échouer des techniques chirurgicales ORL…

jeudi 29 mars 2012, par Dr Cécilia Nocent

Impact négatif de l’exposition professionnelle sur le résultat chirurgical de patient souffrant de rhinosinusite. : V. Hox1,2,†, S. Delrue1,†, H. Scheers2, E. Adams3, S. Keirsbilck3, M. Jorissen1, P. H. Hoet2, J. A. Vanoirbeek2, B. Nemery2,3, P. W. Hellings1,

dans Allergy
Volume 67, Issue 4, pages 560–565, April 2012

- Contexte  :

  • La rhinosinusite chronique est une pathologie fréquente qui est traitée par chirurgie fonctionnelle endoscopique des sinus (FESS) lorsque le traitement médical a échoué.
  • Des facteurs endogènes et/ou exogènes peuvent être responsables de la persistance de symptômes après FESS.
  • Le rôle des expositions professionnelles dans le succès de la FESS n’a jamais été étudié.

-  Méthodes  :

  • Dans cette étude cas-contrôle, Les auteurs testent l’hypothèse que le résultat des procédures de FESS est lié aux expositions professionnelles.
  • Des questionnaires ont été envoyés à 890 patients ayant bénéficié d’une ou plusieurs procédures de FESS et à 182 contrôles. Trois experts indépendants évaluent à l’aveugle les expositions professionnelles à des agents inhalés.
  • La relation entre les expositions professionnelles et le nombre de procédures de FESS est analysée.

-  Résultats  :

  • Une exposition professionnelle pertinente a été rapportée chez 25% des patients ayant bénéficié d’une FESS (n=467) et chez 12% des contrôles (n=69).
  • La prévalence de l’exposition professionnelle augmente de manière linéaire avec le nombre de procédures FESS : 21% chez les patients ayant une FESS à 44% chez les patients ayant 4 ou plus FESS (χ2 = 12.74, p>0.0001).
  • L’analyse en régression logistique en ajustant sur les facteurs confondants comme le tabagisme, l’atopie et l’asthme confirme que l’Odds Ratio chez les patients rapportant une exposition professionnelle est significativement plus élevé quand les patients ont besoin de plus d’une FESS (OR = 1.64) ou plus de deux FESS (OR = 1.97). Ces résultats sont surtout retrouvés avec l’exposition aux agents de faible poids moléculaire.

-  Conclusion  :

  • Les expositions professionnelles semblent être un facteur de risque d’apparition d’une rhino-sinusite chronique, de récidive et de persistance comme le montrent les besoins itératifs de recours à une chirurgie spécifique.

Il s’agit d’une étude belge originale qui s’intéresse à la relation entre les expositions professionnelles à des aéro-contaminants et le succès d’une technique endoscopique chirurgicale (FESS) dans la rhino-sinusite chronique. Cette relation n’a jamais été étudiée.

Ce travail est basé sur l’analyse de questionnaires remplis par des patients ayant bénéficié de ces techniques endoscopiques en comparaison à des sujets contrôles.

Le niveau d’exposition professionnelle est évalué par 3 experts indépendants mais il n’y a pas de mesures faites sur le lieu de travail.

Cette étude montre que plus le niveau d’exposition professionnelle est important, plus le succès de la technique FESS sera mitigé avec nécessité de réaliser plusieurs procédures pour le même patient.

Ces résultats sont très intéressants car on peut se demander, à la lumière de cette étude, si un patient porteur d’une rhino-sinusite chronique qui consulte en vue d’une chirurgie ne devrait pas commencer par avoir un bilan professionnel complet. Si ce bilan retrouve une exposition professionnelle importante, peut-être serait-il licite d’essayer de diminuer l’exposition professionnelle (soit en adaptant le poste de travail soit en améliorant les techniques de protection) avant de réaliser un geste chirurgical afin d’améliorer les chances de succès.

Il s’agit d’une autre approche thérapeutique, moins classique surtout pour des chirurgiens mais qui semble très pertinente.