Allergie digestive à PR-10 : chercher la petite « Bet » dans un endroit bien mal placé !

jeudi 20 septembre 2012 par Dr Alain Thillay2082 visites

Accueil du site > Allergènes > Alimentaires > Allergie digestive à PR-10 : chercher la petite « Bet » dans un endroit bien (...)

Allergie digestive à PR-10 : chercher la petite « Bet » dans un endroit bien mal placé !

Allergie digestive à PR-10 : chercher la petite « Bet » dans un endroit bien mal placé !

jeudi 20 septembre 2012, par Dr Alain Thillay

Test de provocation allergénique coloscopique avec Bet v 1 chez des patients présentant des allergies alimentaires liées au pollen. : Pickert CN, Lorentz A, Manns MP, Bischoff SC.

Colonoscopic allergen provocation test with rBet v 1 in patients with pollen-associated food allergy

dans Allergy 2012 ; 67 : 1308–1315.

- Contexte :

  • Après consommation de fruits, de noix et de légumes, certains patients allergiques aux pollens souffrent de symptômes gastro-intestinaux (GI) qui peuvent être dus à une allergie alimentaire associée au pollen.

- Objectif :

  • Le but de cette étude était d’évaluer le test de provocation allergénique par coloscopie (TPAC) à l’aide de l’allergène recombinant du pollen de bouleau, Bet v 1 (rBet v 1) pour établir le diagnostic in vivo de l’allergie alimentaire associée au pollen se manifestant au niveau du tractus gastro-intestinal.

- Méthodes :

  • Trente-quatre patients ayant des antécédents de réactions indésirables aux aliments, des symptômes gastro-intestinaux et une allergie au pollen de bouleau, et, cinq témoins sains ont subi le TPAC.
  • Vingt minutes après la provocation endoscopique de la muqueuse caecale avec rBet v 1, la réaction papuleuse et érythémateuse de la muqueuse a été enregistrée de façon semi-quantitative, et, des biopsies de tissus ont été examinées afin de rechercher une activation des éosinophiles muqueux.

- Résultats :

  • La réaction muqueuse à rBet v 1 était corrélée à la présence de pollinose (P = 0,004), aux antécédents de réactions indésirables aux allergènes alimentaires associés à Bet v 1 (P = 0,001) et à l’activation des éosinophiles tissulaires (P <0,001).
  • Une papule et un érythème au TPAC ont été observés chez 13 des 16 patients (81%) ayant des antécédents de symptômes digestifs associés à l’ingestion d’aliments croisants avec Bet v 1 et chez quatre patients parmi les 18 (22%) sans ce type d’antécédents (P <0,001).
  • Les patients du groupe témoin n’ont pas développé de réactions muqueuses visibles à rBet v 1.
  • Pas de réaction anaphylactique systémique à noter lors des 39 TPAC.

- Conclusions :

  • L’administration par voie muqueuse de rBet v 1 lors du test de provocation allergénique par coloscopie fournit un nouvel outil de diagnostic qui pourrait étayer le diagnostic de l’allergie alimentaire liée à Bet v 1 se manifestant au niveau du tractus gastro-intestinal.

La classique réactivité, bouleau/Prunoïdés via la PR-10, est sans doute la réaction croisée la plus connue dans le monde allergologique.

Pour en étayer le diagnostic, nous possédons déjà de nombreux éléments, les antécédents d’atopie, l’histoire clinique, les tests cutanés et les tests sériques par la mesure des IgE spécifiques du produit et/ou de protéines recombinantes. En cas de doute, nous pouvons aller encore plus loin, par un test de provocation labiale.

Ici, les deux équipes allemandes qui ont effectué ce travail, une équipe d’un service de gastro-entérologie (Hanovre) et une équipe d’un service de nutrition (Stuttgart), ont cherché à vérifier, chez des patients allergiques au pollen de bouleau, présentant des signes gastro-intestinaux lors de la prise de végétaux contenant une PR-10, si un test de provocation muqueux positif était corrélé.

Il s’agit de prendre ici en considération des patients souffrant de symptômes gastro-intestinaux et non pas d’un simple syndrome oral.

Lors d’une coloscopie, le test de provocation consistait à déposer au niveau du cæcum une solution de rBet v 1 et de mesurer visuellement érythème et papule et de pratiquer une biopsie afin de confirmer l’activation des éosinophiles muqueux.

Au total, trente-quatre patients ont été sélectionnés pour leur allergie au pollen de bouleau avérée avec ou sans réactions digestives.

Chez les 16 patients souffrant d’une allergie pollinique et de troubles digestifs, 13 patients (81%) avaient un test de provocation positif.

Chez les 18 patients présentant une allergie pollinique sans réaction digestive, quatre patients seulement (22%) avait le test de provocation muqueux positif.

Les cinq patients du groupe témoin, non allergiques, étaient tous négatifs lors du test de provocation intestinale.

Les auteurs de conclure que ce TPAC pourrait constituer un nouvel outil diagnostique dans le cadre d’une suspicion d’allergie digestive aux Bet v 1-like.

Personnellement, je ne vois pas d’intérêt à cette méthode lourde, onéreuse, si ce n’est celui d’occuper deux équipes de chercheurs des domaines gastro-entérologique et nutritionnel, sans doute appâter par la notoriété grandissante des sciences allergologiques.

Par contre, dans le domaine de la recherche, ce test de provocation peut sans doute apporter des éléments de réponse concernant le fait que certains patients réagissent à Bet v 1 absorbé normalement par la bouche alors que cette protéine est censée être désactivée dès le début du tractus digestif.

Ce test ne serait rien d’autre qu’un test cutané pratiqué en muqueux et la réaction de digestives de ces patients serait due à une autre protéine ?

La discussion est ouverte…