Prédiction tolérance au LV : ATPs contre TPO !

mercredi 13 mars 2013 par Dr Alain Thillay710 visites

Accueil du site > Allergènes > Alimentaires > Prédiction tolérance au LV : ATPs contre TPO !

Prédiction tolérance au LV : ATPs contre TPO !

Prédiction tolérance au LV : ATPs contre TPO !

mercredi 13 mars 2013, par Dr Alain Thillay

Les atopy patch tests sont utiles pour prédire la tolérance orale chez des enfants atteints de symptômes gastro-intestinaux en relation avec une allergie au lait de vache non IgE dépendante. : Nocerino R, Granata V, Di Costanzo M, Pezzella V, Leone L, Passariello A, Terrin G, Troncone R, Berni Canani R.

Atopy patch tests are useful to predict oral tolerance in children with gastrointestinal symptoms related to non-IgE-mediated cow’s milk allergy.

dans Allergy 2013 ; 68 : 246–248.

- Contexte :

  • Les atopie-patch tests (APTs) ont été proposés dans la démarche diagnostique des enfants présentant une allergie au lait de vache non IgE dépendante souffrant de symptômes gastro-intestinaux.

- Objectif :

  • Nous avons cherché à étudier les bénéfices des APTs dans la prédiction de la tolérance orale chez ces patients.

- Méthode :

  • Nous avons évalué prospectivement 172 sujets ayant été diagnostiqués, de façon certaine, comme souffrant d’une allergie au lait de vache non IgE dépendante et de troubles gastro-intestinaux (97 garçons, 56,4% ; âge moyen, 6,37 mois ; de 2 à 12 mois).

- Résultats :

  • Au moment du diagnostic, 113/172 (65,7%) des enfants avaient des APTs positifs aux protéines de lait de vache.
  • Après 12 mois de régime d’exclusion, les APTs étaient répétés immédiatement avant le test provocation orale (TPO).
  • Les APTs étaient significativement corrélés (P <0,001) avec les résultats du TPO (r 0,579).
  • Le diagnostic avait une sensibilité de 67,95%, une spécificité de 88,3%, une valeur prédictive positive de 82,81%, une valeur prédictive négative de 76,85% et un rapport de vraisemblance de 5,80.

- Conclusion :

  • Les atopie-patch tests sont un outil précieux pour le suivi des enfants souffrant d’une allergie non IgE dépendante au lait de vache avec symptômes gastro-intestinaux liés en contribuant à déterminer si un test de provocation orale peut être entrepris sans risque.

Les atopie-patch tests ont déjà montré leur intérêt dans le diagnostic de l’allergie non IgE dépendante au lait de vache. Ici, les auteurs italiens (Rome et Naples) ont cherché à mettre en évidence l’utilité de ces tests dans la prédiction de l’acquisition de la tolérance après la période d’éviction.

Il faut se souvenir, que dès 2000, Niggemann B. avait démontré la grande fiabilité des ATPs chez des enfants allergiques au lait de vache et souffrant de dermatite atopique, spécificité de 95%, sensibilité de 76%, valeur prédictive positive de 81% et valeur prédictive négative de 93%.

L’avantage de cette grande fiabilité est que ces ATPs associés au dosage des IgE spécifiques rendent souvent inutiles les tests de provocation.

L’objectif du présent travail était de vérifier la corrélation entre la négativation des ATPs et la négativation du TPO.

La population choisie ici était constituée d’enfants dûment diagnostiqués comme ayant une allergie non IgE dépendante au lait de vache avec les signes habituels de type gastro-intestinal (douleurs abdominales, diarrhée, constipation, coliques, colite ecchymotique) et avec un TPO positif.

Nous retiendrons des résultats que la sensibilité est de 67,95%, la spécificité de 88,3%, la VPP de 82,81% (pourcentage des enfants ayant un TPO positif chez ceux ayant un ATP positif) et la VPN de 76,85% (pourcentage des enfants ayant un TPO négatif parmi les enfants ayant un ATP négatif).

Nous le constatons au fil des publications en allergologie que, en améliorant nos connaissances tant du point de vue fondamental immunologique, que du point de vue des applications pratiques qui en découle, le test de provocation orale va devenir peu à peu obsolète.

Un gain de temps et d’argent et surtout la suppression de tout risque morbide.