Les patients atteints de rhinosinusite chronique ne se sentent vraiment pas bien !

mardi 21 mai 2013 par Dr Bertrand Lovato1008 visites

Accueil du site > Maladies > Rhinites > Les patients atteints de rhinosinusite chronique ne se sentent vraiment pas (...)

Les patients atteints de rhinosinusite chronique ne se sentent vraiment pas bien !

Les patients atteints de rhinosinusite chronique ne se sentent vraiment pas bien !

mardi 21 mai 2013, par Dr Bertrand Lovato

Évaluation des facteurs de morbidité associés aux rhinosinusites chroniques : Bruce K. Tan, Rakesh K. Chandra, Jonathan Pollak, Atsushi Kato, David B. Conley, Anju T. Peters, Leslie C. Grammer, Pedro C. Avila, Robert C. Kern, Walter F. Stewart, Robert P. Schleimer, Brian S. Schwartz

dans The Journal of Allergy and Clinical Immunology - May 2013 (Vol. 131, Issue 5, Pages 1350-1360, DOI : 10.1016/j.jaci.2013.02.002)

- Objectifs

  • Les auteurs ont cherché à déterminer l’incidence des rhinosinusites chroniques (RSC) et leur association à d’autres facteurs de morbidité, en fonction de la présence ou non de polypes associés.

- Méthodes

  • 446 480 dossiers médicaux de la Clinique Geisinger ont été utilisés pour une étude de cohorte rétrospective entre 2001 à 2010.
  • Les cas de RSC nouvellement diagnostiqués entre 2007 et 2009 ont été appariés à 8118 sujets témoins pour comparer la présence d’autres facteurs de morbidité.

- Résultats

  • L’incidence moyenne retrouvée pour les RSC sans polypose associée est de 1048 pour 100 000 personnes – années, soit un nombre total de 7523 nouveaux cas diagnostiqués entre 2007 et 2009
  • Celle pour les RSC avec polypose est de 83 pour 100 000 personnes – années, soit un nombre total de 595 nouveaux cas diagnostiqués entre 2007 et 2009
  • Avant le diagnostic établi entre 2007 et 2009 de RSC, ces patients avaient une prévalence plus élevée de rhinosinusite aigue, de rhinite allergique, d’asthme, de reflux gastro œsophagien, d’apnées du sommeil, d’anxiété et de céphalées (p<0,001) ; ils avaient de plus, sur un recul de 24 mois, un plus grand nombre de consultations en tout genre et de prescriptions d’antibiotiques (p< 0,001).
  • Les RSC sans polypose sont également plus souvent atteints que les sujets témoins d’infections des voies aériennes inférieurs et supérieures, mais aussi de la peau et des tissus mous et de façon plus surprenante, des voies urinaires.
  • Enfin, les patients souffrant de RSC avec polypose sont statistiquement plus agés avec une prédominance du sexe masculin, que ceux sans polypose.

- Conclusions

  • Les patients atteints de RSC ont une prévalence plus élevée d’infections, d’apnées du sommeil, d’anxiété, de céphalées et de reflux gastro œsophagien, entrainant donc une surconsommation de consultations et de soins médicaux.

Cette étude effectuée sur un échantillon très important de patients nord-américains, prouve ce que l’on savait déjà !

Les patients atteints d’une affection inflammatoire chronique des voies aériennes supérieures souffrent plus souvent que les autres d’infections, de poussées inflammatoires aigues, de céphalées, d’apnées du sommeil, de reflux gastro oesophagien et d’anxiété.

Il est toutefois dommage (et un peu curieux), que les notions d’allergie respiratoire et de surpoids ne soient pas plus connues et précisées, tant ces deux cofacteurs expliquent à eux seuls une grande majorité des pathologies associées.

A nous maintenant d’améliorer la qualité de vie de nos patients souffrant de RSC…