Les crèmes sont-elles solubles dans les solvants ?

vendredi 11 octobre 2013 par Dr Céline Palussière530 visites

Accueil du site > Allergènes > Contact > Les crèmes sont-elles solubles dans les solvants ?

Les crèmes sont-elles solubles dans les solvants ?

Les crèmes sont-elles solubles dans les solvants ?

vendredi 11 octobre 2013, par Dr Céline Palussière

Les crèmes protectrices échouent dans la prévention des irritations cutanées secondaires à l’exposition aux solvants – résultats d’une étude randomisée en double aveugle. : Schliemann, S., Kleesz, P. and Elsner, P. (2013), Protective creams fail to prevent solvent-induced cumulative skin irritation – results of a randomized double-blind study.

dans Contact Dermatitis. doi : 10.1111/cod.12103

- Contexte :

  • Le contact cutané professionnel avec les substances lipophiles constitue un facteur de risque de développement d’une dermite irritative des mains.
  • Les crèmes de protection de la peau font partie de l’équipement de protection personnel, et certaines se disent protectrices contre les irritants lipophiles.
  • Leur effet protecteur contre les solvants est toutefois sujet à caution.

- Objectifs :

  • Évaluer l’efficacité des crèmes barrières sensées protéger contre les irritants lipophiles, dans un modèle d’irritation répétitive récemment mis au point.

- Méthodes :

  • Trente-cinq volontaires sains ont été recrutés dans une étude randomisée contre placébo en double aveugle, et six crèmes barrières ont été évaluées contre l’irritation induite par deux modèles de solvants représentatifs des produits professionnels, le n-octane et le cumene.
  • Les scores cliniques et les méthodes biotechniques (capacitance et la mesure de perte hydrique transcutanée) étaient utilisés pour quantifier les réactions irritatives.

- Résultats :

  • Aucun des produits testés n’a fourni une protection contre l’irritation clinique ou la déshydratation de la couche cornée induites par le n-octane.
  • Un produit testé a significativement aggravé l’irritation cutanée induite par les deux irritants, et un deuxième produit a augmenté la déshydratation induite par le n-octane seulement.

- Conclusions :

  • Le manque d’efficacité et l’aggravation de l’irritation cutanée induite par deux des six produits testés accentuent le besoin de tests d’efficacité standardisés pour les produits de protection cutanés en milieu professionnel.

Devant un eczéma irritatif ou allergique des mains, nous donnons des conseils de soins de peau au sujet du lavage des mains, du port de gants... et de l’application de crèmes.

Depuis quelques années, les crèmes dites barrières apportent une protection supplémentaire, en isolant la peau des agressions extérieures (physiques, chimiques). Mais leur effet protecteur allégué dans la vie domestique n’est pas forcément retrouvé en milieu professionnel.

Les solvants industriels sont très utilisés pour le nettoyage des textiles ou des métaux, l’utilisation de peintures, la fabrication de parfums... Tous les solvants peuvent entrainer des effets plus ou moins graves en cas d’exposition prolongée, allant d’une irritation cutanée à des effets systémiques (impact sur le système nerveux, hématologique, reproductif...)

L’article porte sur leur action irritative cutanée, qui est bien connue. Le port de gants est parfois difficile pour les opérations techniques délicates, et ils peuvent eux-même être pourvoyeurs d’irritation cutanée liée à la macération.

Il serait donc tentant de conseiller l’application de ces crèmes barrières. Or cette étude prospective permet de montrer clairement que ces conseils sont inutiles et parfois même contre-productifs.

L’intérêt de cette étude, outre la remise en cause d’allégations non fondées par les producteurs de ces crèmes, réside dans une méthodologie rigoureuse, avec tests sur des volontaires sains, en double aveugle contre placébo.

Aucun effet protecteur n’était mis en évidence dans les dermites irritatives induites par les solvants industriels, et deux crèmes aggravaient même les signes subjectifs et objectifs d’irritation.

En ce qui concerne l’explication de ces résultats, on peut tout à fait concevoir que les solvants aient la capacité de détruire le film lipidique protecteur formé par les crèmes barrières. Le mélange des produits de dégradation des crèmes et des solvants est visiblement très mal supportés au niveau cutané.

Il faut en outre se méfier de la baisse de vigilance possible des patients, qui se croient protégés par ces crèmes et peuvent en oublier les mesures de précautions élémentaires.

Vos commentaires

  • Le 27 février 2016 à 00:31, par edith hogan En réponse à : Les crèmes sont-elles solubles dans les solvants ?

    bonjour ! , il n’existe donc aucune creme protectrice ou barriere qui m’aiderait au travail (produits chimique dont l’utilisation de plastisol ) , face a une dermatite de contacte type irritante ? je viens de lire une article qui disait ceci : Les crèmes solubles Elles protègent, pendant une durée limitée, des substances grasses, des solvants volatiles, des pétroles distillés, des hydrocarbures chlorés et des travaux. j’aimerais avoir votre avis , et si oui , qu’est-ce qu’une creme solube ?
    merci a vous !!