Diagnostic de l’allergie à l’arachide à l’Ara h.

mardi 15 octobre 2013 par Dr Alain Thillay698 visites

Accueil du site > Maladies > Diagnostic > Diagnostic de l’allergie à l’arachide à l’Ara h.

Diagnostic de l’allergie à l’arachide à l’Ara h.

Diagnostic de l’allergie à l’arachide à l’Ara h.

mardi 15 octobre 2013, par Dr Alain Thillay

IgE spécifiques des composants de l’arachide par quatre techniques différentes : Ara h 2 est le plus pertinent chez l’enfant et l’adulte allergiques à l’arachide. : R. J. B. Klemans, X. Liu, A. C. Knulst, M. J. Knol, F. Gmelig-Meyling, E. Borst, S. G. M. A. Pasmans, E. F. Knol.

dans Clinical & Experimental Allergy, 2013 (43) 967–974.

- Contexte :

  • Plusieurs études ont analysé la valeur diagnostique des IgE spécifiques pour des composants allergéniques de l’arachide.
  • Toutefois, on en sait peu sur la concordance entre les différentes techniques disponibles à la fois chez l’enfant et chez l’adulte.

- Objectif :

  • Evaluer la valeur des composants allergéniques unitaires de l’arachide par des techniques différentes, à savoir biopuce multiplexe, dosage des IgE spécifiques de chaque composant, tests cutanés (TC ) et immunoblot à la fois chez l’enfant et chez l’adulte allergiques à l’arachide.

- Méthodes :

  • Le spectre d’IgE-réactivité aux allergènes de l’arachide, Ara h 1, 2, 3 et 8 a été évalué en utilisant quatre techniques différentes :
    • biopuce multiplexe,
    • dosage unitaire des IgE spécifiques,
    • tests cutanés
    • et immunoblot.
  • Vingt-deux adultes et 15 enfants allergiques à l’arachide évalués sur la gravité clinique, en double aveugle, par un test de provocation orale contre placebo et 27 patients atopiques du groupe contrôle ont été inclus.

- Résultats :

  • Des valeurs de sensibilité comparables ont été trouvées entre les quatre techniques chez les adultes, avec la sensibilité la plus élevée pour Ara h 2 (76,2 à 95,5 %, comparativement à 100 % avec toutes les techniques chez les enfants).
  • Ara h 1 de la biopuce multiplexe (93,3%) a montré une sensibilité plus élevée par rapport aux trois autres techniques (P = 0,04) chez les enfants, mais les valeurs absolues sont parfaitement corrélées.
  • Il n’y avait aucune différence entre les adultes et les enfants.
  • L’aire sous la courbe ROC des IgE spécifiques d’Ara h 1 était plus élevée avec la biopuce multiplexe comparativement au dosage unitaire (0,91 contre 0,75).
  • Chez l’adulte, les IgE spécifiques d’Ara h 1, 2 et 3 étaient corrélées à la sévérité clinique.
  • Aucune corrélation n’a été observée chez l’enfant.

- Conclusion :

  • En conclusion, le dosage unitaire, la biopuce multiplexe, les TC et l’immunoblot sont performants aussi bien chez l’adulte que chez l’enfant allergiques à l’arachide, Ara h 2 étant le plus souvent reconnu par toutes les techniques.
  • Les IgE spécifiques d’Ara h 1, 2 et 3 chez les adultes étaient corrélées à la sévérité.

Le diagnostic résolu par les composants allergéniques fait à présent partie de la pratique courante de l’allergologue. Dans la grande majorité des cas, le praticien à recours aux dosages unitaires des IgE spécifiques des composants.

Dans ce travail provenant de chercheurs de l’Université d’Utrecht, Pays-Bas, l’idée est de comparer la performance de quatre techniques de mesure de l’IgE réactivité vis-à-vis des composants allergéniques pertinents de l’arachide chez des enfants et des adultes allergiques à cette légumineuse.

Il s’agissait d’évaluer le niveau de corrélation entre la positivité du TPO en double aveugle contre placebo à l’arachide ainsi que sa sévérité et les résultats des IgE spécifiques d’Ara h 1, 2, 3 et 8 selon quatre méthodes.

Ont été utilisés les tests cutanés, la biopuce multiplexe, le dosage des IgE sériques spécifiques unitaires et l’immunoblot.

Les quatre techniques se valent chez l’enfant pour ce qui est de la sensibilité de Ara h 2, 100%, pas de faux négatif.

Pour les adultes, la sensibilité se situe entre 76,2% et 95,5% pour Ara h 2.

La meilleure sensibilité pour Ara h 1 chez l’enfant revient à la biopuce multiplexe 93,3%.

L’aire sous la courbe ROC (taux de vrais positifs/taux de faux positifs) concernant Ara h 1 est plus grande avec la biopuce multiplexe qu’avec le dosage unitaire des IgE spécifiques 0,91 contre 0,75 ce qui la fait se rapprocher du coude classificateur.
Par contre pour la sévérité, il y a corrélation chez l’adulte pour Ara h 1, Ara h 2 et Ara h 3 mais pas chez l’enfant.

Cette étude ne va pas révolutionner la pratique courante en allergologie.

Il est dommage que les auteurs n’aient pas inclus dans leur recherche Ara h 9 (LTP) susceptible d’association à des réactions sévères alors qu’Ara h 8 (PR-10) se rend responsable d’un simple syndrome oral sans sévérité.

En outre, cette étude nous montre que le recours au quotidien aux ImmunoCAP composants allergéniques de l’arachide reste tout à fait pertinent ainsi que les tests cutanés d’ailleurs.

Par contre, ce travail suggère qu’il n’existe pas de corrélation pour la sévérité chez l’enfant, notion qui apparaît divergente comparativement à l’ensemble des études publiées à ce sujet.