Entendez-vous siffler les petits grecs !

vendredi 10 janvier 2014 par Dr Alain Thillay219 visites

Accueil du site > Maladies > Atopie > Entendez-vous siffler les petits grecs !

Entendez-vous siffler les petits grecs !

Entendez-vous siffler les petits grecs !

vendredi 10 janvier 2014, par Dr Alain Thillay

Allaitement maternel et prévalence des sifflements dans la petite enfance et la préadolescence : études Genesis et Healthy Growth. : Guibas GV, Xepapadaki P, Moschonis G, Douladiris N, Filippou A, Tsirigoti L, Manios Y, Papadopoulos NG. Breastfeeding and wheeze prevalence in pre-schoolers and pre-adolescents : the Genesis and Healthy Growth studies.

dans Pediatr Allergy Immunol 2013 : 24 : 772–781.

- Contexte :

  • À ce jour, des recherches approfondies ont été menées sur un lien potentiel entre l’allaitement maternel et les maladies respiratoires sifflantes.
  • Néanmoins, une association reste à établir, en partie en raison de divergences en fonction de l’âge et de différentes définitions relatives aux expositions et des résultats des études publiées.

- Objectif :

  • Nous avons étudié ainsi la relation entre des modèles divers d’alimentation infantile avec la prévalence des sifflements respiratoires et de l’asthme dans deux cohortes d’enfants d’âges différents (préscolaire et préadolescent).

- Méthodes :

  • La présence de sifflements dans les 12 derniers mois (en cours) et d’asthme diagnostiqué par un médecin ont été rétrospectivement signalés par les parents des participants de deux études transversales (études rétrospectives de questionnaire) :
    • l’étude Genesis (1871 enfants âgés de 1 à 5 ans)
    • et l’étude Healthy Growth (1884 enfants âgés de 9 à 13 ans).
  • Les informations sur les pratiques d’alimentation (allaitement maternel exclusif, allaitement mixte ou lait maternisé) et leur durée (2, 4 ou 6 mois) ont été enregistrées.
  • Les données périnatales et anthropométriques ont également été recueillies.

- Résultats :

  • En âge préscolaire, les régimes sans allaitement maternel exclusif étaient positivement corrélés avec la présence de sifflements respiratoires dans les 12 derniers mois, à la fois avant et après ajustement en fonction des facteurs confondants.
  • Aucune différence entre les associations de régimes avec 2, 4 ou 6 mois d’allaitement maternel exclusif et l’existence de sifflements respiratoires dans les 12 derniers mois n’a pu être mise en évidence.
  • En outre, il n’y avait pas de corrélation pertinente entre les pratiques alimentaires et le diagnostic d’asthme.
  • Chez les préadolescents, aucune association entre les modes d’alimentation infantile et la survenue de respiration sifflante ou d’asthme n’a été observée.

- Conclusions :

  • L’allaitement maternel exclusif est associé à une prévalence réduite de la présence de sifflements dans les 12 derniers mois en âge préscolaire, mais cela semble décliner chez les enfants plus âgés.
  • L’association d’une période d’allaitement maternel exclusif aussi basse que 2 mois avec la prévalence de sifflements préscolaires, semble être comparable à celle de 6 mois d’allaitement maternel exclusif.

L’asthme infantile est une maladie chronique de grande prévalence dans le monde entier. Depuis des dizaines d’années les études s’accumulent pour préciser les facteurs environnementaux pouvant avoir un effet protecteur sur l’apparition de l’asthme ultérieurement, ou, au contraire, un effet facilitateur.

Cette étude d’origine grecque s’appuie sur les données de deux études transversales rétrospectives de questionnaire, l’une concernant des enfants d’âge préscolaire et l’autre concernant des préadolescents.

Si de fait, ces études ont été pratiquées sur la population des mêmes régions, la première s’est opérée entre 2003 et 2004 alors que la seconde entre 2007 et 2009, elles ne recrutent donc pas nécessairement les mêmes sujets.

Il s’agit d’études transversales pratiquées à deux périodes différentes avec des critères comparables.

Ce type d’étude accumule de nombreux biais comme la difficulté à établir la séquence temporelle des évènements, les facteurs de confusion (facteur indirect), les biais d’incidence/prévalence, les biais de sélection ; sans compter les biais liés au questionnaire.

Nous analyserons donc les résultats avec une certaine circonspection.

Les points importants des résultats sont les suivants : tous les allaitements non maternels sont corrélés aux sifflements thoraciques chez les jeunes enfants préscolaires, même un allaitement maternel de courte durée (2 mois) aurait un effet protecteur sur l’apparition des sifflements, pas de corrélation entre type d’alimentation et diagnostic d’asthme, et, enfin, chez les préadolescents pas d’association entre régime alimentaire et sifflements et asthme.

Globalement, aucune corrélation entre l’environnement alimentaire, quel qu’il soit, et le diagnostic d’asthme fait par un médecin.

A en croire ces constats, l’allaitement maternel aurait un rôle protecteur sur certains phénotypes de sifflements thoraciques plus prévalents dans la petite enfance, ceux liés aux infections virales bronchiques.

C’est ce qui avait déjà été constaté dans des études antérieures.

Le fait que l’allaitement maternel n’a pas d’effet protecteur sur les sifflements des enfants plus grands (préadolescents) serait donc le corollaire ; dans cette tranche d’âge c’est le facteur allergique qui prédomine dans la genèse de ces sifflements thoraciques.

A noter, que cette étude s’oppose aux résultats d’autres travaux qui montraient un lien en fonction de la durée de l’allaitement maternel exclusif et la diminution proportionnelle des sifflements.
Ici, dès 2 mois, l’effet protecteur est le même pour des durées d’allaitement de 4 ou 6 mois.

Etant donné le nombre de biais important pouvant influencer les résultats de la présente étude, nous resterons donc fidèles à la recommandation d’un allaitement maternel exclusif de 6 mois.