Arachide et docteur NO : un nouveau Bond ?

mardi 28 janvier 2014 par Dr Philippe Carré337 visites

Accueil du site > Allergènes > Alimentaires > Arachide et docteur NO : un nouveau Bond ?

Arachide et docteur NO : un nouveau Bond ?

Arachide et docteur NO : un nouveau Bond ?

mardi 28 janvier 2014, par Dr Philippe Carré

La fraction de NO exhalé améliore la prédiction de la réaction allergique clinique à une provocation à l’arachide chez l’enfant. : Kahn Preece1,2,3, Rani Bhatia2,3, Jan Belcher2, Kathryn Patchett4, Patrick McElduff3, Adam Collison1,3, Joerg Mattes1,3,5,*

dans Vol. 44 Issue 2
Clinical & Experimental Allergy

- Contexte :

  • Les études rétrospectives sur l’allergie à l’arachide dans l’enfance montrent que les taux sériques d’IgE vis-à-vis de l’allergène Ara H2 peuvent aider à prédire une réaction clinique au cours du test de provocation à l’arachide
  • La fraction de NO exhalé est une méthode non invasive corrélée à l’inflammation allergique des voies aériennes et a été associée de façon indépendante à l’augmentation des IgE spécifiques alimentaires.

- Objectif :

  • Déterminer la validité des IgE sériques spécifiques Ara H2 mesurées de façon prospective dans le diagnostic de l’allergie à l’arachide,
  • et explorer l’utilité de la fraction de NO exhalé (FeNO) comme outil de screening non invasif à un test de provocation alimentaire chez l’enfant.

- Méthodes :

  • 53 sujets ont été recrutés à partir d’une cohorte consécutive d’enfants chez qui était prévu un test ouvert de provocation à l’arachide (TOPA) par leur allergologue pédiatrique
  • Les sujets ont eu des prick-tests cutanés (PTC) pour mesurer leur sensibilisation à l’extrait total d’arachide, et leur sérum était recueilli pour mesure des IgE spécifiques Ara H2
  • La FeNO était aussi mesurée chez tous les enfants coopératifs avant la provocation
  • Le TOPA et la surveillance des réactions étaient réalisés par des cliniciens ne connaissant pas le résultat des tests.

- Résultats :

  • Les IgE AraH2 et la FeNO montraient chacun une meilleure valeur diagnostique par rapport aux PTC
  • L’analyse de la courbe ROC montrait une aire sous la courbe (ASC) de 0.84 pour Ara H2 (IC à 95% :0.72 à 0.96)
  • L’ASC pour la FeNO : 0.83 (IC :0.71 à 0.95) était équivalente à celle de d’Ara H2
  • L’ASC combinée pour les PTC, les IgEs à Ara H2 et la FeNO était de 0.96% (IC :0.90 à 1.00)
  • Il n’y avait pas de corrélation entre la FeNO et les taux sériques de nitrite (rs=-0.13, p=0.06, n=18).

- Conclusion et relevance clinique :

  • La mesure prospective des IgE spécifiques Ara H2 augmente la valeur diagnostique et diminue les échecs de la provocation à l’arachide
  • Les taux de la FeNO peuvent apporter une valeur diagnostique plus élevée dans une population pédiatrique ayant un TOPA, et nécessitent des études ultérieures pour le valider.

Cette étude, réalisée chez 53 enfants ayant une indication à un test ouvert de provocation à l’arachide (TOPA) :

  • valide l’utilisation des IgEs Ara H2 comme test diagnostique spécifique de l’allergie à l’arachide
  • et montre que la FeNO peut être un bio marqueur non invasif d’allergie clinique et de tolérance à l’arachide.

La FeNO est une méthode de mesure simple, rapide et non invasive, qui peut éviter un prélèvement sérique et être plus intéressante en pédiatrie ; des taux élevés sont retrouvés chez des enfants asthmatiques atopiques par rapport à des non atopiques, et une association indépendante a été également mise en évidence entre taux de NO et sensibilisation alimentaire.

Cette étude montre que la FeNO a une valeur diagnostique équivalente à celle des Ara H2, avec une ASC comparable en analyse ROC ; de plus, la valeur diagnostique de chacun des deux tests est améliorée si on les combine avec une ASC à 0.96.

Il s’agit donc d’une étude de preuve de concept sur la prédiction de la réponse à une provocation alimentaire chez l’enfant. Les auteurs proposent une démarche incluant la mesure de la FeNO pour améliorer la pertinence diagnostique de l’allergie à l’arachide, et éventuellement diminuer la nécessité du recours à un TPOA dans la population pédiatrique suspecte d’y être allergique.