Il est lait ce travail qui pourrait rendre « chèvre » une vache !!

jeudi 6 février 2014 par Dr Stéphane Guez330 visites

Accueil du site > Allergènes > Alimentaires > Il est lait ce travail qui pourrait rendre « chèvre » une vache (...)

Il est lait ce travail qui pourrait rendre « chèvre » une vache !!

Il est lait ce travail qui pourrait rendre « chèvre » une vache !!

jeudi 6 février 2014, par Dr Stéphane Guez

Allergie au lait de chèvre (LC) sans allergie au lait de vache (LV) : suppression des épitopes non croisants sur la β−caséine caprine. : S. Hazebrouck1,*, S. Ah-Leung1, E. Bidat2, E. Paty3, M.-F. Drumare1, S. Tilleul1, K. Adel-Patient1, J.-M. Wal1, H. Bernard1

dans Vol. 44 Issue 2
Clinical & Experimental Allergy

- Introduction :

  • L’allergie au lait de chèvre (LV) associée à une tolérance au lait de vache (LV) a été rapportée :
    • chez des patients sans antécédents d’allergie au LV
    • et chez des enfants allergiques au LV traités avec succès par immunothérapie orale.
  • Les IgEs de ces patients, allergiques au LC et tolérants au LV, reconnaissent la β−caséine caprine (β−cap), sans réactivité croisée avec la β-caséine bovine (β−bov) malgré une identité de séquence de 91%.
  • Dans cette étude les auteurs ont étudié la réactivité IgE non croisée se liant aux épitopes de la β-cap.

- Matériel et Méthode :

  • La β-cap recombinante a été génétiquement modifiée en substituant des domaines caprins avec l’équivalent bovin et en réalisant des mutagenèses dirigées.
  • Puis les auteurs ont évalué la reconnaissance de cette β-cap modifiée par les anticorps IgE :
    • de 11 patients allergiques au LC et tolérants le LV
    • et chez 11 patients allergiques au LV
    • ou par des anticorps monoclonaux dirigés contre les caséines caprines.
  • Le potentiel allergique de la β-cap modifiée a enfin été évalué par des tests de dégranulation de basophiles de rat humanisés de la lignée leucémique (RBL)-SX38.

- Résultats :

  • Les épitopes n’entrainant pas de réactivité croisée sur la β−cap ont été trouvés sur les domaines 44-88 et 130-178.
  • Les substitutions A55T/T63P/L75P et P148H/S152P induisent les plus grandes diminutions de réactivité IgE sur la β-cap chez les patients allergiques au LC et tolérants le LV.
  • Le rôle pivot de la thréonine 63 a été particulièrement mis en évidence par sa substitution qui altère également la reconnaissance de la β-cap par le mAb spécifique et pourrait faire la différence entre β-cap et β−bov.
  • La β-cap modifiée contenant les 5 substitutions est alors incapable de déclencher la dégranulation des cellules de rats passivement sensibilisés avec des IgE de patients allergiques au LC et tolérant le LV.

- Conclusions :

  • Bien que les épitopes liant IgE soient répandus sur toute la β-cap, une liaison non croisante de β-cap a été générée avec seulement 5 substitutions d’acides aminés et pourrait ainsi fournir de nouvelles données sur la structure des variants hypoallergéniques.

Les auteurs ont cherché à connaître sur quels épitopes se fixent les IgE spécifiques de patients allergiques au lait de chèvre mais tolérants le lait de vache. Ils ont à l’aide de variants modifiés génétiquement de la caséine, démontrés qu’un seul acide aminé représente la différence majeure entre les caséines de chèvre et de vache.

Ce travail va probablement déprimer tous les allergologues qui pensaient que la connaissance d’une homologie importante de séquence pourrait permettre de conclure à une allergie croisée probable.

Les résultats de cette étude montre qu’il n’en est rien car malgré une homologie de 91% entre les caséines béta de vache et de chèvre il y a des patients qui ne reconnaissent qu’une structure ténue qui explique une absence de réactivité croisée. Un seul acide aminé semble important : donc même une homologie de presque 99% ne permet pas de conclure qu’il y aura forcément une allergie croisée.

Le métier d’allergologue est bien difficile….