L’IL-25, nouveau marqueur de l’allergie sévère à l’arachide ?

vendredi 14 février 2014 par Dr Alain Thillay407 visites

Accueil du site > Sciences > Immunologie > L’IL-25, nouveau marqueur de l’allergie sévère à l’arachide ?

L’IL-25, nouveau marqueur de l’allergie sévère à l’arachide ?

L’IL-25, nouveau marqueur de l’allergie sévère à l’arachide ?

vendredi 14 février 2014, par Dr Alain Thillay

L’IL-25 plasmatique est élevée dans un sous-groupe de patients présentant une réactivité clinique à l’arachide. : 1 Department of General Paediatrics, University Medical Centre Utrecht, Wilhelmina Children’s Hospital, Utrecht, The Netherlands
2 Laboratory for Translational Immunology, Department of Paediatric Immunology, University Medical Centre, PO BOX 85090, Utrecht 3508 AB, The Netherlands
3 Department of Paediatric Respiratory Medicine and Allergy, Emma Children’s Hospital Academic Medical Center, Amsterdam, The Netherlands
4 Department of Paediatrics, University Medical Centre Groningen, Groningen, The Netherlands
5 Sanquin Research, Amsterdam, The Netherlands

dans Clinical and Translational Allergy 2013, 3:40 doi:10.1186/2045-7022-3-40

- Contexte :

  • Un des membres de la famille de l’IL-17, l’IL-25, a été impliquée dans l’initiation et l’amplification de la réponse de type Th2 dans des modèles animaux et a été associée à une hyperréactivité des voies aériennes.
  • L’implication de l’IL-25 et aussi de l’IL-17 dans la maladie allergique alimentaire reste à étudier.

- Méthode :

  • Dans cette étude, une trentaine d’enfants soupçonnés de maladie allergique à l’arachide ont subi un test de provocation orale en double aveugle contre placebo.
  • Les concentrations plasmatiques d’IL-17 et d’IL-25 ont été déterminées avant et après l’épreuve.

- Résultats :

  • L’IL-25 était très élevée dans le sous-groupe d’enfants ayant eu un résultat positif lors du test de provocation.
  • L’IL-25 plasmatique était absente chez les enfants ayant eu un résultat négatif au test de provocation et chez les témoins sains.

- Conclusions :

  • Cette étude montre que l’IL-25, un membre de famille IL-17, est fortement élevée uniquement chez les enfants présentant une réponse clinique à l’arachide.
  • Ceci suggère un rôle de l’IL-25 dans la pathogénie de l’allergie à l’arachide et les concentrations plasmatiques élevées d’IL-25 pourraient être le signe d’un phénotype d’une maladie atopique sévère.

L’IL-25, encore nommée IL-17E, est membre de la famille des cytokines IL-17. Cette IL-25 est la cytokine la plus divergente dans la famille des IL-17, contrairement aux autres membres, elle joue un rôle central dans l’initiation et l’amplification de la réponse Th2.

Les auteurs néerlandais de cette étude, ont voulu savoir si l’IL-25 et l’IL-17 étaient impliquées dans l’allergie à l’arachide.

Ils ont donc recruté une trentaine d’enfants suspects d’allergie à l’arachide (une histoire clinique évocatrice, ImmunoCAP >0,35kU/L ou test cutané positif) et leur ont fait subir un test de provocation orale en double aveugle contre placebo.

Un test de provocation positif était considéré comme un facteur de sévérité de l’allergie à l’arachide.

L’IL-17 et l’IL-25 ont été mesurées avant et après l’épreuve.

Les résultats montrent que pour l’IL-17, dans le groupe positif au TPO, il était constaté une diminution significative de cette cytokine.
Chez ces mêmes enfants au TPO positif, il existe une élévation significative de l’IL-25.

Dans ce groupe, les chercheurs ont vérifié le taux des autres cytokines du profil Th2 (IL-4, IL-5 et IL-13) qui sont restés normaux sans élévation.

Les auteurs ont fait la même expérience sur un groupe d’enfants allergique au lait de vache, pas d’augmentation de l’IL-25 chez les enfants ayant réagi lors du TPO.

Les auteurs de conclure que cette augmentation de l’IL-25 serait un phénomène propre à l’allergie à l’arachide sévère, pouvant être considéré même comme un marqueur d’un phénotype.

On regrettera dans cette étude, l’absence d’utilisation des IgE spécifiques des composants de l’arachide (rAra h 1, rAra h 2, rAra h 3), ces dosages sont eux aussi considérés comme marqueurs de sévérité ; une comparaison aurait été sans doute intéressante.

Enfin, il faudra vérifier cette hypothèse, il s’agit de la première publication sur ce sujet, sur d’autres types d’allergies alimentaires.