Les enfants asthmatiques sont aberrants face aux bactéries.

mardi 22 avril 2014 par Dr Philippe Carré349 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Les enfants asthmatiques sont aberrants face aux bactéries.

Les enfants asthmatiques sont aberrants face aux bactéries.

Les enfants asthmatiques sont aberrants face aux bactéries.

mardi 22 avril 2014, par Dr Philippe Carré

Les enfants asthmatiques d’âge scolaire présentent comme les enfants des réponses immunes aberrantes aux bactéries pathogènes des voies aériennes. : Jeppe Madura Larsen, Susanne Brix, Anna Hammerich Thysen, Sune Birch, Morten Arendt Rasmussen, Hans Bisgaard

dans The Journal of Allergy and Clinical Immunology - April 2014 (Vol. 133, Issue 4, Pages 1008-1013.e4, DOI : 10.1016/j.jaci.2014.01.010)

- Contexte :

  • L’asthme est une maladie pulmonaire chronique de haute prévalence qui survient à l’origine dans la petite enfance
  • La colonisation des voies aériennes néonatales par les espèces de bactéries pathogènes Haemophilus influenzae, Moraxelle catarrhalis, et Streptococcus Pneumoniae est associée à un risque augmenté d’asthme dans l’enfance plus tardive
  • Les auteurs émettent l’hypothèse que les enfants asthmatiques ont une réponse immunitaire anormale aux bactéries pathogènes dans l’enfance.

- Objectif :

  • Etudier la réponse immunitaire bactérienne chez les enfants asymptomatiques et son association avec le développement ultérieur de l’asthme à l’âge de 7 ans.

- Méthodes :

  • La cohorte de naissance Etude Prospective de Copenhague sur l’Asthme de l’Enfance a été suivie de façon prospective, et l’asthme était diagnostiqué à l’âge de 7 ans
  • La réponse immunitaire à H influenzae, M catarrhalis et S pneumoniae a été analysée chez 292 enfants en utilisant des cellules périphériques mono-macrophagiques conservées depuis l’âge de 6 mois
  • La réponse immunitaire était évaluée en se basant sur le type de cytokines produites et l’activation des cellules T.

- Résultats :

  • La réponse immunitaire aux bactéries pathogènes était différente chez les enfants asthmatiques à l’âge de 7 ans (p=0.0007)
  • En particulier, les sujets asthmatiques avaient prospectivement une production aberrante d’IL-5 (p=0.008), d’IL-13 (p=0.057), d’IL-17 (p=0.001) et d’IL-10 (p=0.028), alors qu’il n’y avait pas de différences dans l’activation des cellules T ou la composition des cellules T périphériques.

- Conclusions :

  • Les enfants ayant de l’asthme à l’âge scolaire présentent une réponse immunitaire aberrante aux bactéries pathogènes dans l’enfance
  • Les auteurs proposent qu’une réponse immunitaire anormale aux bactéries pathogènes colonisant les voies aériennes dans la petite enfance pourrait conduire à une inflammation chronique des voies aériennes et à de l’asthme dans l’enfance.

Cette étude montre que les enfants ayant de l’asthme à l’âge scolaire ont une réponse immunitaire anormale à des bactéries pathogènes dès l’âge de 6 mois.

Cette réponse immune aberrante est caractérisée par des taux élevés d’IL-5 et d’IL-13 en réponse aux trois bactéries pathogènes des voies aériennes, alors que les taux d’IL-17 et d’IL-10 sont augmentés en réponse à H influenzae et M catarrhalis et diminués pour S pneumoniae ; il existe donc une réponse immune bactérienne spécifique. Ces 3 bactéries ont été utilisées car elles sont associées aux infections respiratoires et aux exacerbations d’asthme, mais aussi parce qu’elles représentent des pathogènes habituels colonisant les voies aériennes des nouveau-nés sains.

Ni l’activation des cellules T ni la composition du compartiment cellulaire T périphérique ne montrent une association avec le développement ultérieur de l’asthme.

Une telle réponse cytokinique aberrante aux bactéries pathogènes colonisant les voies aériennes au cours de la vie précoce pourrait conduire à une inflammation chronique des voies aériennes et au développement de l’asthme de l’enfant plus tard. Cette réponse immune inadaptée est suggestive d’une impossibilité d’éliminer ces bactéries dans les voies aériennes, la baisse de la clairance bactérienne pouvant entraîner une colonisation persistante et une inflammation chronique des bronches.

L’origine de cette réponse aberrante pourrait être génétique et correspondre à un endotype particulier de la maladie asthmatique. De nouvelles stratégies visant à promouvoir une immunité bactérienne adaptée dans l’enfance pourrait avoir des implications dans la prévention de la maladie asthmatique.