L’allergie à l’œuf comme par magie !

vendredi 3 octobre 2014 par Dr Alain Thillay323 visites

Accueil du site > Allergènes > Alimentaires > L’allergie à l’œuf comme par magie !

L’allergie à l’œuf comme par magie !

L’allergie à l’œuf comme par magie !

vendredi 3 octobre 2014, par Dr Alain Thillay

Tolérance aux protéines d’œuf chez des patients sensibilisés sans consommation préalable. : Álvaro M, García-Paba MªB, Giner MªT, Piquer M, Domínguez O, Lozano J, Jiménez R, Machinena A, Martín-Mateos MA, Plaza AMª.

Tolerance to egg proteins in egg-sensitized infants without previous consumption.

dans Allergy 2014 ; 69 : 1350–1356.

- Contexte :

  • Les enfants sensibilisés à l’œuf, qui n’en ont jamais mangé, peuvent réagir dès la première consommation.

- Objectif :

  • Nous avons cherché à déterminer l’association entre, d’une part, les résultats des prick-tests cutanés (PTC) et des IgE sériques spécifiques des protéines de l’œuf, et, d’autre part, les résultats du test de provocation orale afin de mettre en évidence des seuils de réactivité permettant de poser le diagnostic d’allergie à l’œuf.

- Méthodes :

  • Nous avons recruté cent cinquante-quatre nourrissons, âgés jusqu’à 18 mois, souffrant d’une allergie au lait de vache et/ou d’une dermatite atopique (DA) n’ayant jamais consommé auparavant d’œuf.
  • Les PTC à l’œuf ont été réalisés.
  • Si ceux-ci étaient positifs, la mesure des IgE sériques spécifiques était pratiquée.
  • Si le PTC était positif et/ou les IgE étaient positives (n = 94), le TPO était effectué entre 12 et 18 mois.
  • Les courbes ROC (Receiver Operating Characteristic) tracées ont permis de montrer que les résultats du TPO étaient liés à ceux des PTC et des IgE.
  • Les points seuils de réactivité ayant la meilleure précision de diagnostic ont été mis en évidence.

- Résultats :

  • Quatre-vingt-quatre patients étaient sensibilisés à l’œuf (69%) et 60 non sensibilisés (31%).
  • Parmi les patients sensibilisés, 27 ont toléré l’œuf cuit et l’œuf cru (28,7%).
  • Soixante-sept étaient allergiques (71,3%) :
    • 29 ont réagi à l’œuf cuit,
    • sept au jaune d’œuf,
    • 22 au blanc d’œuf,
    • et 38 ont réagi à l’œuf cru.
  • 69,2% des patients ont toléré l’œuf cuit.
  • Le PTC au blanc d’œuf et les IgE sériques spécifiques de l’ovalbumine ont la meilleure aire sous la courbe.
  • Les valeurs prédictives positives les plus élevées (PPV) ont été obtenues pour le blanc d’œuf en PTC et par la mesure des IgE sériques spécifiques.

- Conclusions :

  • Chez les nourrissons sensibilisés à l’œuf avec un PTC au blanc d’œuf ≥8 mm et/ou des IgE sériques spécifiques du blanc d’œuf ≥8,36 kU/l, le TPO à l’œuf peut être ainsi évité car il existe une probabilité de 94% qu’il soit positif.
  • Chez les autres patients, le TPO doit être effectué dans un contexte sécurisé et au début pour éviter les régimes inutiles.

L’allergie alimentaire est un problème de santé important qui touche 6 à 8% des enfants âgés de moins de 3 ans. La sensibilisation à l’œuf est fréquente dès la première année particulièrement chez les enfants souffrant de dermatite atopique et/ou d’allergie au lait de vache. Cette sensibilisation sans consommation préalable s’expliquerait par un passage des protéines durant l’allaitement maternel ou au travers d’une peau détériorée.

Les auteurs espagnols de cette étude (Université de Barcelone), estimant que le recours au test de provocation orale afin de poser le diagnostic d’allergie à l’œuf constitue une prise de risque indéniable, ont voulu déterminer des seuils de réactivité des tests cutanés et des IgE sériques spécifiques permettant de poser le diagnostic d’allergie à l’œuf.

Chez les enfants sensibilisés à l’œuf (TC positif à l’œuf), n’ayant jamais absorbé d’œuf au préalable, un PTC au blanc d’œuf ≥8 mm et/ou des IgE sériques spécifiques du blanc d’œuf ≥8,36 kU/l sont en faveur d’une allergie vraie dans 94% des cas.

On voit là tout l’intérêt de ce travail qui, à mon sens, apporte beaucoup à la pratique courante de l’allergologie et évite de faire prendre des risques inutiles aux enfants.

Les résultats de cette présente étude de corrélation entre TPO et PTC et/ou IgE sont conformes à ceux de deux études antérieures Dieguez et coll et Caffarelli et coll.