Un peu de vitamine D pour vos asthmatiques sévères ?

lundi 27 octobre 2014 par Dr Bertrand Lovato561 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Un peu de vitamine D pour vos asthmatiques sévères ?

Un peu de vitamine D pour vos asthmatiques sévères ?

Un peu de vitamine D pour vos asthmatiques sévères ?

lundi 27 octobre 2014, par Dr Bertrand Lovato

Effets cliniques de la vitamine D chez les enfants souffrant d’asthme. : Dogru M. · Kirmizibekmez H. · Yesiltepe Mutlu R.G. · Aktas A. · Ozturkmen S.

Department of Pediatrics, Zeynep Kamil Maternity and Children’s Disease Training and Research Hospital, Istanbul, Turkey

dans Int Arch Allergy Immunol 2014 ;164:319-325

- Objectif :

  • L’asthme et la carence en vitamine D sont fréquents chez les enfants. Les résultats des études portant sur la relation entre eux sont contradictoires.
  • Le but de cette étude est de déterminer la relation entre les paramètres cliniques de l’asthme et de la vitamine D chez les enfants.

- Méthodes :

  • 120 enfants diagnostiqués comme asthmatiques ont été inclus dans l’étude.
  • Le groupe témoin comprenait 74 enfants ne présentant aucun signe atopique.
  • Les chiffres des éosinophiles, les taux d’IgE et de 25OH cholécalciférol ont été mesurés.

- Résultats :

  • Le groupe de patients se composait de 73 hommes (60.8%) et 47 femmes (39.2%) avec un âge moyen de 4.4 +/- 1.2 ans.
  • Il n’y avait pas de différence significative entre les groupes de patients et les contrôles en ce qui concerne l’âge et le sexe.
  • La 25OH D moyenne était de 21.49 +/- 7.74ng/ml dans le groupe asthme et de 23.94 +/- 8.97ng/ml dans le groupe témoin et cette différence n’était pas significative (p=0.094).
  • Les patients souffrant d’asthme ont été regroupés en fonction de leur statut en vit D comme « déficient » (groupe 1), « insuffisant » (groupe 2) et « normal » (groupe 3).
  • Les caractéristiques socio-démographiques, le durée de la maladie, le nombre d’hospitalisation, le nombre de sensibilité aux allergènes, le nombre d’éosinophiles et les taux d’IgE sériques ne montrait pas de différence entre les groupes.
  • Cependant le nombre total des exacerbations, la sévérité de l’asthme et l’usage des glucocorticoides systémiques dans l’année précédente étaient significativement plus élevés dans le groupe carencé (p<0.05).

- Conclusion :

  • Les taux de vitamine D n’étaient pas significativement différents chez les patients souffrant d’asthme.
  • La carence en vitamine D était commune dans le groupe d’étude et dans le groupe témoin.
  • La gravité clinique de la maladie, le nombre d’exacerbations et le recours à la corticothérapie générale étaient liés au taux de la vitamine D.

Cette étude d’une équipe turque voulait démontrer l’existence d’une relation entre le statut en vitamine D chez les enfants et leur statut asthmatique.

Il en ressort premièrement aucune relation mais en formant des groupes de patients selon leur taux en vitamine D et des caractéristiques tels que la sévérité de l’asthme, le nombre d’exacerbations, le recours à une corticothérapie générale ils mettent en évidence une relation avec une carence en vitamine D pour ces patients.

La vitamine D est une vitamine liposoluble, synthétisée par la peau sous l’action des rayons UVB, puis elle est métabolisée par le foie et le rein pour la rendre active. Elle a un rôle dans la régulation du métabolisme phosphocalcique. Une carence est responsable du rachitisme ou de l’ostéomalacie. Elle aurait par contre plusieurs effets « bénéfiques » dans divers pathologies : cancer colo-rectal, dépression, risque cardio-vasculaire, fibromyalgie, dépression, maladie d’Alzheimer mais aussi sur la dermatite atopique en diminuant sa sévérité mais pas de lien clairement établi avec l’asthme, ce que tend à montrer ce travail.

Par contre depuis quelques mois son dosage n’est pris en charge par la sécurité sociale que dans quelques indications : rachitisme, ostéomalacie, âge avancé + chutes répétées, suites de transplantation rénale, suites de chirurgie bariatrique donc pas de place dans l’asthme à l’heure actuelle.

D’autre part on pourrait se demander s’il n’y aurait pas des facteurs confondants dans cette étude turque. En effet, ces enfants asthmatiques sévères sont peut-être issus de conditions socio-économiques défavorisées avec difficultés d’accès aux soins et déficits alimentaires entrainant des carences diverses.