Pas la peine d’être cuisinier pour prédire un TPO à l’œuf.

vendredi 13 février 2015 par Dr Bertrand Lovato260 visites

Accueil du site > Maladies > Diagnostic > Pas la peine d’être cuisinier pour prédire un TPO à l’œuf.

Pas la peine d’être cuisinier pour prédire un TPO à l’œuf.

Pas la peine d’être cuisinier pour prédire un TPO à l’œuf.

vendredi 13 février 2015, par Dr Bertrand Lovato

Les tests cutanés avec l’œuf cru ne prédisent pas la tolérance à l’œuf cuit chez les enfants allergiques aux œufs. : Turner PJ, Kumar K, Fox AT. Skin testing with raw egg does not predict tolerance to baked egg in egg-allergic children.

dans Pediatr Allergy Immunol 2015 : 25 : 657–661.

- Prérequis :

  • La plupart des enfants allergiques aux œufs tolèrent l’œuf cuit, comme dans les gâteaux, mais la tolérance ne peut pas être prédite avec les tests conventionnels.
  • Nous avons supposé que la papule cutanée au prick test à l’œuf non transformé pouvait prédire la tolérance à l’œuf cuit lors d’un test de provocation oral.

- Méthodes :

  • Nous avons mené une étude rétrospective pour évaluer l’utilité des pricks tests à l’extrait d’œuf, à l’œuf cru et le ratio extrait d’œuf / œuf cru pour la prédiction du résultat d’un TPO à l’œuf cuit chez les enfants présentant une allergie avérée à l’œuf et suivant une éviction complète dans leur alimentation, dans nos centres de référence entre 2009 et 2013.
  • Les TPO ont été réalisés suivant un protocole standardisé utilisant de l’œuf cuit dans un gâteau à équivalence de 3g de protéine d’œuf.

- Résultats :

  • Les données ont été analysées à partir de 186 challenges :
  • Le TPO était positif chez 64 (34%) enfants et négatif chez 122 (66%).
  • Six enfants ont présenté une anaphylaxie lors du TPO.
  • Les enfants tolérants à l’œuf cuit étaient plus susceptibles d’avoir un prick test inférieur avec l’extrait d’œuf qu’avec l’œuf cru ou le rapport extrait / œuf cru (médiane 0,56) que leurs homologues allergiques (0,70, p<0,05).
  • Cependant l’analyse de la courbe ROC a démontré une pauvre prédictivité du résultat du TPO avec le prick à l’extrait d’œuf, l’œuf cru et le rapport extrait / œuf cru respectivement.

- Conclusion :

  • Le rapport extrait / œuf cru n’était pas utile pour prédire le résultat du TPO à l’œuf cuit.
  • En effet, le prick à l’extrait d’œuf était légèrement meilleur pour prédire les résultats que soit le prick à l’œuf cru ou le rapport extrait / œuf cru (aire sous la courbe=0.71, 0.63, et 0.60 respectivement).
  • Malheureusement, la tolérance à l’œuf cuit ne peut être prédite que par les antécédents réactifs ou par exposition contrôlée.

Cette étude rétrospective britannique a tenté de prédire le résultat d’un TPO à l’œuf cuit à partir du résultat des pricks tests chez des enfants allergiques à l’œuf et suivant une éviction stricte dans leur alimentation.

Pour ce faire ils ont utilisé les résultats de pricks tests (papule) avec de l’extrait d’œuf standardisé, de l’œuf cru ou le rapport extrait / œuf cru.

Les enfants ont subi un TPO à l’œuf cuit sous forme de gâteau contenant 3g de protéine d’œuf. 186 challenges ont été effectués, 34% étaient positifs, 66% étaient négatifs et 6 enfants ont présenté une anaphylaxie lors du test.

Les enfants qui ont toléré l’œuf avaient des tests cutanés à l’extrait d’œuf inférieurs à l’œuf cru ou extrait / œuf cru mais l’analyse statistique montre finalement une faible prédictivité des 3 formes de prick.

Au total, même si le prick avec l’extrait d’œuf s’avère meilleur que les autres, aucun des 3 tests ne s’est avéré être suffisamment efficace pour prédire le résultat d’un TPO à l’œuf cuit chez des enfants allergiques à l’œuf.

L’histoire clinique du patient est primordiale et surtout le TPO reste le gold standard en vue d’une réintroduction.