Pour soigner la dermatite atopique il faut rester sale !

mercredi 11 mars 2015 par Dr Bertrand Lovato1274 visites

Accueil du site > Maladies > Eczéma > Pour soigner la dermatite atopique il faut rester sale !

Pour soigner la dermatite atopique il faut rester sale !

Pour soigner la dermatite atopique il faut rester sale !

mercredi 11 mars 2015, par Dr Bertrand Lovato

Des bains souhaitables dans la dermatite atopique ? : J Eur Acad Dermatol Venereol. 2015 Jan 27. doi : 10.1111/jdv.12946.

Are baths desirable in atopic dermatitis ?
Sarre ME1, Martin L, Moote W, Mazza JA, Annweiler C.

- Prérequis :

  • Les bains sont une mesure thérapeutique couramment conseillée dans la dermatite atopique (DA) bien que le bénéfice des bains sur l’état cutané soit encore incertain.
  • L’objectif est d’apprécier l’effet d’un bain par mois avec l’eau du robinet sur la peau des patients atteints de DA et d’évaluer l’efficacité des bains chez ces patients.

- Méthodes :

  • Une recherche Medline des « à dernières années a été réalisée en novembre 2012 en utilisant le MeSH « dermatite atopique » OU « eczéma » combiné avec « bains » OU « bain » OU « hydrothérapie » OU « nettoyage » OU « tremper ».
  • Des études d’intervention mesurant les changements cutanés après les bains avec eau du robinet ont été sélectionnées pour la première analyse.
  • Des études observationnelles pour rapporter la proportion de patients atteints de DA favorables aux bains ont été sélectionnées pour la seconde analyse.
  • Des détails importants concernant les méthodes et les résultats ont été extraits indépendamment par deux auteurs.
  • Des modèles de randomisation ont été utilisés pour combiner les données et les résultats pour mener les méta-analyses.

- Résultats :

  • Sur les 271 abstracts initialement identifiés, sept études ont répondu aux critères de sélection. Toutes étaient de bonne qualité.
  • Le nombre de patients atteints de DA variait de 89 à 260 (41.4 à 66.3% de femmes).
  • La taille de l’effet d’ensemble des changements cutanés après les bains était de -0.10 (95% intervalle de confiance : -0.47 à 0.28) dans les effets aléatoires de la méta-analyse.
  • La proportion groupée de patients atteints de DA favorables aux bains dans la méta-analyse était de 29,1% (18.5 à 42.7%).

- Conclusion :

  • Aucune preuve d’un effet bénéfique pour des bains mensuels avec l’eau du robinets sur les changements cutanés dans la DA.
  • Seulement 29% des patients atteints de DA étaient favorables aux bains.
  • L’utilisation des bains dans la DA devrait être décidée en commun avec le patient.

Ce travail est une méta-analyse qui a voulu vérifier l’existence d’effets bénéfiques sur la peau de patients atteints de DA s’il prenaient 1 bain par mois avec de l’eau du robinet.

Les études portantes sur la question ont été choisies dans Medline en utilisant certains termes de recherche comme « dermatite atopique », « eczéma », « bains »… Six travaux ont été retenus et les résultats ont été randomisés pour analyse.

Il en ressort que le nombre de patients atteints de DA allait de 89 à 260 dont 41.6 à 66.3% de femmes. Les effets des changements cutanés étaient de -0,10 (défavorable mais avec 1 compris dans l’intervalle de confiance). La proportion de patients atteints de DA favorables aux bains était de 29.1% (de 18.5 à 42.7%).

La conclusion du travail est qu’il n’y a pas de preuve d’effets bénéfiques sur la peau des patients atteints de DA avec la prise d’un bain par mois avec de l’eau du robinet. Et que seulement 29% des patients étaient en faveur des bains. La décision de bains devait donc se faire en accord avec le patient.

Par contre, dans ce travail, il n’est pas fait mention de l’emploie de cosmétiques ou d’émollients lors des bains ou s’il s’agissait simplement de bains avec de l’eau pure. On ne connaît pas non plus la durée des bains et la façon avec laquelle les patients se séchaient (tamponnement…. ?). Les résultats auraient pu être différents dans le sens bénéfique ou délétère. Du coup, nous ne sommes pas vraiment étonné de l’absence d’effet de ces bains d’eau dont la fréquence est en plus plutôt basse (mensuelle).

On remarque également que les patients porteurs de DA ne sont pas « friands » de bains puisque favorables à seulement 29%. Peut être savent ils déjà que des bains d’eau ne peuvent pas leur être d’un grand secours ?