Atopy patch test alimentaire, c’est mieux en lyophilisat.

jeudi 30 avril 2015 par Dr Alain Thillay549 visites

Accueil du site > Maladies > Diagnostic > Atopy patch test alimentaire, c’est mieux en lyophilisat.

Atopy patch test alimentaire, c’est mieux en lyophilisat.

Atopy patch test alimentaire, c’est mieux en lyophilisat.

jeudi 30 avril 2015, par Dr Alain Thillay

Rôle des tests épicutanés de l’atopie dans le diagnostic de l’allergie alimentaire à type de symptômes gastro-intestinaux chez l’enfant. : Onsuree Boonyaviwat, Punchama Pacharn, Orathai Jirapongsananuruk, Pakit Vichyanond andNualanong Visitsunthorn*

dans Vol. 26 Issue 3
Pediatric Allergy and Immunology

- Contexte :

  • Le test de provocation orale en double-aveugle contre placebo est l’étalon-or du diagnostic de l’allergie alimentaire.
  • Cependant, il s’agit d’une procédure fastidieuse nécessitant une surveillance médicale étroite et d’avoir à disposition plateau technique et personnel qualifié en cas de réanimation.

- Objectif :

  • L’objectif de cette étude était de comparer le test épicutané de l’atopie au test de provocation alimentaire orale (TPAO) chez des enfants atteints d’allergie alimentaire provoquant des symptômes gastro-intestinaux.

- Méthodes :

  • Une étude prospective auto-contrôlée a recruté des enfants ayant des antécédents de symptômes gastro-intestinaux suspects d’être liés à une allergie alimentaire.
  • Des prick-tests et des tests épicutanés ont été pratiqués avec des extraits commerciaux et des allergènes lyophilisés du lait de vache, de l’œuf, du blé, du soja et de crevette.

- Résultats :

  • Trente-neuf patients (25 garçons, âge médian 2,4 ans) ayant subi 76 événements à type de symptômes gastro-intestinaux suspects d’être liés à une allergie alimentaire ont été enrôlés.
  • Les prick-tests étaient positifs dans 11/76 événements (14,5%).
  • Sensibilité, spécificité, valeurs prédictives et rapport de vraisemblance ont été calculés et confrontés au résultat du test de provocation orale alimentaire.
  • Des 41 TPAO, 30 (73,2%) étaient positifs.
  • Utilisant des extraits d’allergènes lyophilisés, les tests épicutanés ont donné une haute sensibilité (80%) et une valeur prédictive positive élevée (85,7%).
  • Les tests épicutanés pratiqués avec des extraits commerciaux ont donné une faible sensibilité (30%) mais une spécificité élevée (90%).
  • La valeur prédictive négative des tests épicutanés pratiqués avec des extraits d’allergènes lyophilisés et des extraits commerciaux, est de 53,8% et 32,2%, respectivement.
  • Tous les patients ayant à la fois des tests épicutanés avec extraits d’allergènes lyophilisés positifs et des prick-tests positifs avaient également un TPAO positif.

- Conclusion :

  • Contrairement aux extraits commerciaux, les tests épicutanés avec extraits d’allergènes lyophilisés sont fiables, sûrs et peuvent ainsi être utiles au diagnostic d’allergie alimentaire s’exprimant par des symptômes gastro-intestinaux chez l’enfant.
  • Le test de provocation orale alimentaire est encore nécessaire dans la plupart des cas.

L’allergie alimentaire dans sa forme digestive n’est pas de diagnostic aisé et nécessite le recours à des tests épicutanés de l’atopie (atopie patch test ou APT).

Ces auteurs thaïlandais ont voulu préciser la valeur diagnostique de ces APT. Le but était, in fine, de limiter la pratique du test de provocation orale alimentaire en double-aveugle contre placebo, test exigeant en moyens et personnels.

Les tests épicutanés ont été pratiqués à la fois avec des extraits commerciaux et avec des lyophilisats d’aliments natifs.

Conjointement, les tests cutanés à lecture immédiate étaient également pratiqués.

Les résultats de ces tests étaient confrontés à ceux du TPOADA.

Seuls les APT pratiqués avec des lyophilisats alimentaires sont fiables, sensibilité à 80% (20% de faux négatifs) et une VPP élevée à 87,5%.

Alors que ces APT avec les extraits commerciaux ont un bien moins bon rendement, sensibilité de 30% soit 70% de faux négatifs, bien sûr, dans ce cas la spécificité est élevée, seulement 10% de faux positifs.

Tous les patients ayant eu un APT en lyophilisat et des prick-tests positifs avaient un TPOA positifs.

En conclusion, les auteurs admettent que, malgré ces résultats, le TPOA reste nécessaire.

A mon sens, cette étude est malheureusement datée.

En effet, pour tous les trophallergènes considérés, le diagnostic allergologique moléculaire est valide.

Nous retiendrons toutefois que si on désire pratiquer des APT alimentaires il faut le faire à l’aide de lyophilisats.